LE DIRECT
Denis Diderot
Épisode 2 :

Le neveu de Rameau de Diderot

50 min
À retrouver dans l'émission

Le neveu de Rameau, texte hybride, surprenant et subversif, résiste au temps et aux interprétations, il demeure toujours une énigme.

Denis Diderot
Denis Diderot Crédits : Louis-Michel van Loo — Flickr

Raison et folie, morale et immoralisme sont ici les protagonistes du débat, mais l’un comme l’autre finissent changés: les lumières en dialogues, c’est avant tout le refus du dogmatisme et l’ouverture à l’étonnement. C’est ce qu’incarne cette discussion intense et drôle où chaque page est une surprise.

LE TEXTE DU JOUR :

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit, toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie. J’abandonne mon esprit à tout son libertinage. Je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit dans l’allée de Foy nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées, ce sont mes catins. Si le temps est trop froid, ou trop pluvieux, je me réfugie au café de la Régence ; là je m’amuse à voir jouer aux échecs. Paris est l’endroit du monde, et le café de la Régence est l’endroit de Paris où l’on joue le mieux à ce jeu. […]

[…] Je fus abordé par un des plus bizarres personnages de ce pays où Dieu n’en a pas laissé manquer. C’est un composé de hauteur et de bassesse, de bon sens et de déraison. Il faut que les notions de l’honnête et du déshonnête soient bien étrangement brouillées dans sa tête ; car il montre ce que la nature lui a donné de bonnes qualités, sans ostentation, et ce qu’il en a reçu de mauvaises, sans pudeur. Au reste il est doué d’une organisation forte, d’une chaleur d’imagination singulière, et d’une vigueur de poumons peu commune. Si vous le rencontrez jamais et que son originalité ne vous arrête pas ; ou vous mettrez vos doigts dans vos oreilles, ou vous vous enfuirez. Dieux, quels terribles poumons. Rien ne dissemble plus de lui que lui-même.

Diderot, Le neveu de Rameau, écrit entre 1762 et 1773, publié en 1823

Gerhardt Stenger
Gerhardt Stenger Crédits : Lila Boses - Radio France

Gerhard Stenger fait une adaptation du Neveu de Rameau pour une lecture-interprétation qui a été créée au festival d’Avignon en 2009, et est l'auteur, avec Henri Mariel, d’une pièce de théâtre intitulée Diderot en prison qui tourne régulièrement dans la région nantaise.

Retrouver également sur le site de France Culture la conférence de Gerhardt Stenger : Diderot le combattant de la liberté

LECTURES :

-Diderot, Le neveu de Rameau, écrit entre 1762 et 1773, publié en 1823

-Diderot, Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient,1749

RÉFÉRENCES MUSICALES :

-Jean-Philippe Rameau, Bicentenaire de l'institut de France ."Les Indes Galantes", opéra-ballet de Rameau, livret de Louis Fuzelier 1735

-Fernandel : "Lui et moi"

Hors -Série Philosophie Magazine
Hors -Série Philosophie Magazine

Chroniques

10H50
2 min

Deux minutes papillon

Guérir la vie par la philosophie de Laurence Devillairs
Intervenants
  • maître de conférences émérite en littérature française à l’Université de Nantes
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......