LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les dieux de l'Olympe, 1532-1535, détail d'une fresque de Giulio Romano (1499-1546), Chambre des géants, Palazzo Te, Mantoue
Épisode 4 :

Apprendre à philosopher contre les dieux

59 min
À retrouver dans l'émission

Dans l’ « Iliade », les héros côtoient les dieux. Mais qu'ont-ils de plus que les êtres humains ? Ils veulent le bien, parfois se jouent des hommes et les placent face à leur finitude. Mais pour Homère, les dieux ne seraient-ils pas des ornements poétiques qui permettraient de cerner l'âme humaine ?

Les dieux de l'Olympe, 1532-1535, détail d'une fresque de Giulio Romano (1499-1546), Chambre des géants, Palazzo Te, Mantoue
Les dieux de l'Olympe, 1532-1535, détail d'une fresque de Giulio Romano (1499-1546), Chambre des géants, Palazzo Te, Mantoue Crédits : De Agostini / M. Carrieri - Getty

Les dieux apparaissent au fur et à mesure au cœur de l’Iliade, de plus en plus irrationnels et jouant passionnément avec le destin des hommes.
Le texte, véhiculant une forme de sagesse détrônant les idoles, peut être lu comme une première formulation de la résistance éthique des hommes face à l’arbitraire des passions que leur opposent les dieux…
« Apprendre à philosopher contre les dieux », c’est mettre en évidence le fait que l’Iliade n’est pas une œuvre philosophique mais que tous les récits et les mythes interrogent l’irrationnelle toute-puissance divine.

L'invitée du jour :

Judith Perez, professeure de littérature française latine et grecque au lycée Sevigné à Paris, autrice d’Apprendre à philosopher avec Homère aux éditions Ellipses.

Quelle posture des dieux face aux hommes ?

Les dieux dans l’ « Iliade » ont cette particularité de nous mettre face à un égarement, nous sommes dans l’errance quant à leur posture par rapport aux hommes : sont-ils cause de bien ? Ou le contraire ? Homère se plaît à nous perdre. Quand ils insèrent le ménos dans le cœur des hommes, l’ardeur, le zèle, ils vont ensuite au contraire se jouer des hommes, les tromper…
Judith Perez

Les dieux nous placent face à notre finitude

Les dieux sont peut-être là pour nous mettre face à notre finitude puisque eux-mêmes sont immortels. Leur présence est là pour caractériser la condition humaine. Ils sont aussi démesurés dans leur temporalité tandis que les hommes sont poursuivis par cette idée qu’ils ont un segment à vivre comme Achille, au court destin. Les dieux sont là pour nous montrer que de ce temps nous devons prendre la mesure et ne pas tomber dans l’hubris, la démesure.
Judith Perez

L’ « Iliade », une forme d’apologie de l’expérience humaine de la violence

Les dieux ont des réactions d’adolescents, ils laissent place à la tyrannie de leurs désirs et ne maîtrisent pas leurs passions à la différence des hommes.    
On a l’impression que les dieux sont des ressorts pour pouvoir connaître l’âme humaine et surtout connaître ce qu’elle n’est pas.    
L’ « Iliade » serait pour moi une œuvre qui prône le triomphe de la raison humaine, de la capacité de sensibilité, de pitié, de maîtrise de ce qui est difficile à maîtriser, une forme d’apologie de l’expérience humaine de la violence.  
Le texte serait là pour prendre de la distance par rapport à une idéalisation des dieux qui permet la religion, la croyance, la piété comme si la représentation de dieux drôles et parfois ridicules, malfaisants, permettait un mouvement vers la remise en question du divin pluriel. Une forme de critique, de début de philosophie, puisque c’est un mouvement vers la rupture avec les dieux représentés anthropomorphiques.
Judith Perez

Lectures de Georges Claisse :

  1. Athéna dompte la colère d'Achille, dans l'Iliade d'Homère, Chant I, v. 188-218, traduction de Jean-Louis Backès aux éditions Gallimard folio classique, 2013
    Sur une musique de Sibelius, Symphonie n°2
  2. Aphrodite est blessée par Diomède, dans l'Iliade d'Homère, Chant V, v. 331-354, traduction de Jean-Louis Backès aux éditions Gallimard folio classique, 2013
  3. Priam vient chercher le corps de son fils Hector, dans l'Iliade d'Homère, Chant XXIV, v. 485-512, traduction de Jean-Louis Backès aux éditions Gallimard folio classique, 2013
    Sur une musique de Gavin Bryars, At portage and main

Sons diffusés dans l'émission :

  • Extrait de la série TV Game of Thrones, saison 7 épisode 1, HBO
  • Extrait de l'Iliade d'Homère, Chant XXIII, v. 760-780, interprété par Guy Moign, livre audio éditions Livraphone, 2002
    Sur une musique de Sibelius, Nymphe des bois
  • Chanson de Bonnie Tyler, Holding out for a hero
  • Chanson des Who, Athena
Chroniques
10H55
4 min
Carnet de philo
Une vie dans une journée

Bibliographie

Iliade HomèreGallimard folio classique, 2013

Intervenants
  • professeure de littérature française latine et grecque au lycée Sevigné à Paris
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......