LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Musée médiéval de Bologne, détail d'un tombeau, 1333
Épisode 2 :

La métaphysique, reine des sciences

5 min

La métaphysique est à l'origine un ensemble fondateur de 14 livres écrits par Aristote. Au Moyen Âge, elle devient une science théologique supérieure à toutes les autres qui pose la question ultime du "pourquoi ?". Comment s’est opéré le passage de titre d’ouvrage au nom d’une science ?

Musée médiéval de Bologne, détail d'un tombeau, 1333
Musée médiéval de Bologne, détail d'un tombeau, 1333 Crédits : Godong/UIG - Getty

Emission présentée par Anastasia Colosimo

Au Moyen Âge, on voit apparaître la tentative d’unification, sous la forme d’une science, de quelque chose qui était donné sous la forme mystérieuse et contradictoire des ouvrages d'Aristote rassemblés sous le titre Après la physique...
L’interrogation la plus fondamentale de toutes, posée par Aristote et reprise par les médiévaux, c’est celle sur ce qui fait qu’une chose est ce qu’elle est.
Récit de la naissance de la métaphysique avec notre invité Olivier Boulnois.

L'invité du jour :

Olivier Boulnois, philosophe, directeur d’études à l’École pratique des hautes études
Auteur de Métaphysiques rebelles : genèse et structures d’une science au Moyen Âge aux éditions puf.

La métaphysique, née d'un besoin d'origine théologique

On date le mot métaphysique pour désigner cette science à la fin du XIIème siècle par l’auteur Gundissalinus qui a écrit un traité sur la division des sciences.
En répartissant les sciences, il y en a une qu’il a appelée la métaphysique. Il l’associe à une science divine. À l'époque on éprouvait un besoin d'origine théologique : on ressentait le besoin une philosophie naturelle qui portait sur la nature et l’être et c’est en dépassant notre expérience du monde qu'on pouvait alors s’efforcer de penser ce qui est au-delà de toute expérience, c’est-à-dire Dieu.
Olivier Boulnois

La querelle des universaux au Moyen Âge

Le Moyen Âge connaît une querelle, celle dite des "universaux", un problème de logique et de signification, de la correspondance du réel avec ce que la logique peut dire. Voici un exemple : quand je dis "une chaise", il y a quelque chose de logique qui correspond à l’essence de la chaise, ou bien s’il n’y a que des chaises individuelles, le nom ne servant alors finalement que d’étiquette commune. Le nom ne serait qu’un signe et le nominalisme consiste à dire qu’on s’en tient à des noms qui nous servent à atteindre la communauté qu’il y a entre les choses, quand le réalisme affirme qu’entre deux chaises il y a une communauté réelle, des propriétés réelles qui font qu’on peut dire que les chaises sont la chaise…
Mais cette querelle des universaux n’était pas ce qui allait déterminer le sens et la fonction de la métaphysique elle-même...
Olivier Boulnois

L'objet de la métaphysique serait Dieu ?

La première formulation de la réponse au problème de la métaphysique consiste à mettre en place une idée de la métaphysique uniquement théologique : l’objet de la métaphysique serait Dieu.
Le mot de théologie comme science n’est pas un mot réservé au christianisme, elle existe déjà chez Aristote dans la métaphysique. Ce serait alors mettre en évidence un livre de la métaphysique d’Aristote pour faire de lui le centre et le sommet de la réflexion métaphysique.
Le penseur le plus connu de cette philosophie est Maître Eckhart, philosophe, théologien, mystique, pasteur qui a prêché en langue allemande, un personnage riche, très savant en philosophie et en exégèse de l’écriture.
Olivier Boulnois

Textes lus par Vincent Schmitt :

  • Table des prologues, dans L'oeuvre latine de Maître Eckhart, Commentaire de la Genèse précédé des Prologues, éditions du Cerf, 1984
    et musique du film Jeanne la pucelle de Jacques Rivette, Hespèrion, Jordi Savall
  • Extrait du Prologue du commentaire de la métaphysique de Saint Thomas d'Aquin
    et musique de Jordi Savall, Rotundellus (Cantiga 105)

Sons diffusés :

  • Son d'introduction : Monty Python : Sacré Graal ! de Terry Gilliam, Terry Jones, 1975
  • Chanson de Brigitte de Suède, Psaume 100 (Annuntietur in universa terra)
Intervenants
  • philosophe, directeur d’études à l’École pratique des hautes études
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......