LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dessin d'Anaïs Ysebaert
Épisode 4 :

Métaphysique du poulpe

58 min

Chez les Grecs anciens, on parlait déjà de l'intelligence du poulpe, le maître du camouflage. Et s'il pensait... quel type de philosophie ferait-il ? Une philosophie du mensonge ?

Métaphysique du poulpe
Métaphysique du poulpe Crédits : Copyright Anaïs Ysebaert

Faites une expérience de pensée : imaginez que vos yeux ne distinguent plus les couleurs, que vous n'avez pas un cœur mais trois, que vous n'avez pas un mais neuf cerveaux, que votre corps est souple, votre sang bleu, que vous êtes entièrement équipé de ventouses, que des siphons permettent de vous oxygéner ou de vous propulser, que votre peau détecte la lumière, qu'un de vos membres sectionné puisse repousser, et que vous n'avez plus deux bras ni deux jambes, mais huit tentacules... Essayez de vous mettre dans la peau d'un poulpe et examinez ce que le monde a de différent quand on y vit autrement.

L'invitée du jour :

Vinciane Despret, philosophe, elle enseigne au département de philosophie de l’université de liège

Une philosophie du mensonge

Ce serait peut-être plutôt une pensée qu'on pourrait donner aux poulpes, mais une pensée qui s'apparenterait, qui serait la cousine en quelque sorte, de la philosophie grecque. Sauf que dans cette pensée, tout serait inversé puisque le poulpe finalement, tout ce qui l'intéresse, c'est de leurrer. Donc son système de pensée serait "mentons le mieux possible, leurrons le plus possible, trompons le mieux possible, faisons feu de tout bois pour pouvoir leurrer, à la fois échapper aux prédateurs", parce que c'est ça son problème, et à la fois réussir à se nourrir... D'une certaine manière, l'ennemi philosophique du poulpe, c'est la vérité, et son meilleur allié, c'est ce qui lui permet de mentir et de mentir toujours plus et mieux. C'est quand même extraordinaire, c'est un renversement qui démoralise complètement notre rapport un peu fasciné à la vérité.      
Vinciane Despret

Texte lu par Hélène Lausseur :

  • Victor Hugo, Les travailleurs de la mer, deuxième partie, livre IV, chapitre 2 « Le Monstre », 1866 (avec une musique de Alan Silevestri, The Abyss Bud's big dive, bande originale du film The Abyss)

Sons diffusés :

  • Mix de début d'émission de Laurence Malonda avec des extraits des films : States of Grace de Destin Daniel Cretton, C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde, La nuit au musée 2 de Shawn Levy, Scarface de Brian de Palma, Love actually de Richard Curtis
  • Chanson de The Beatles, Octopus’s garden
  • L'odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau, ORTF, 28 juin 1973 
  • Archive de Philippe Diole, Inter actualités 13H, 16 mars 1973
  • Géraldine Mosna-Savoye lit un extrait de Donna Haraway, Vivre avec le trouble, chapitre 2 “Une pensée tentaculaire”, pages 59-60
  • Jules Vernes, 20 000 lieues sous les mers, 1870, Eric Herbette et Olivier Cohen d'après l'œuvre de Jules Verne, lu par Jacques Gamblin et Charles Aznavour
  • Extrait du documentaire La sagesse de la pieuvre, de Pippa Ehrlich et James Reed, 2020
  • Chanson de fin : Syd Barrett, Octopus

Dessin de Anaïs Ysebaert : Insta @anais.ysebaert 

Chroniques
10H52
3 min
Le Pourquoi du comment : Philo
Qu'est-ce qui distingue le titre d’une chanson d’une question philosophique ?
Intervenants
  • Philosophe, professeure de philosophie à l’université de Liège.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......