LE DIRECT
Portrait de Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste en octobre 1967, en France . (
Épisode 1 :

Place au maître !

59 min
À retrouver dans l'émission

Que cherchait-on lorsqu'on se rendait au cabinet du psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan (1901-1981) ? La vérité sur son désir ? L'accomplissement de son désir ? Comment se passaient les séances avec Jacques Lacan ?

Portrait de Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste en octobre 1967, en France . (
Portrait de Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste en octobre 1967, en France . ( Crédits : Giancarlo BOTTI - Getty

Et si le plus grand enseignement de la psychanalyse était que la vérité, votre vérité, existe ? Mais que vous ne pourrez jamais la prendre entièrement, et qu’en voir un bout, déjà, est une victoire. Reste à savoir par quel bout la prendre, ou par quel bout l’apprendre... 

L'invitée du jour :

Colette Soler, philosophe et docteur en psychologie

L’interlocution analytique : 

Lacan a ramené la psychanalyse aux seules nécessités de l’échange, de la parole, d’associations libres du patient, c’est-à-dire l’effort que fait l’analysant pour parler et en parlant, chercher quelle est sa propre vérité, ce qui l’encombre, ce qui motive ses symptômes, ce qui le fait souffrir. Toutes les nécessités de l’analyse tiennent aux types d’interlocutions analytiques. C’est que Lacan a essayé de diffuser, d’expliquer, d’un bout à l’autre de son enseignement sur la pratique analytique. Colette Soler

L’adaptabilité de l’analyste :

Dans l’analyse, il est difficile de dire objectivement quel genre d’analyste est un analyste. Puisque chaque analysant a son idée de l’analyste qu’il a eu. Alors Lacan a analysé beaucoup de personnes, et il n’y en a pas deux qui ont la même idée de lui ! Et ça c’est un bon signe, parce que c’est le signe qu’il était vraiment en position de supporter les transferts singuliers de chacun et d’y répondre de façon également singulière. Colette Soler

La vérité n'est pas l'exactitude : 

Ce que Lacan appelle la vérité ce n’est pas l’exactitude. L’exactitude c’est pour tout le monde. Mais ce qu’il appelle la vérité, c’est la vérité individuelle. Chacun a sa vérité, qui vient de son histoire, de son inconscient. C’est d’ailleurs très frappant lorsqu’on est analyste de constater à quel point il n’y a pas deux sujets semblables, il n’y a pas deux sujets qui vous disent la même chose. Il y a parfois des insistances sur des thèmes, mais sur la façon de le prendre, de le vivre, il n’y a pas deux sujets semblables. La vérité n’est donc pas l’exactitude scientifique, mais ce qu’un sujet essaie de dire et de chercher sur sa spécificité. Colette Soler

Texte lu :

  • Extrait de L’Ethique de la Psychanalyse, Séminaire VII, 6 juillet 1960, de Jacques Lacan, éditions Seuil, 1986

Sons diffusés :

  • Archive de Jacques Lacan, dans Radiophonie, RTB, 07/04/1970, réalisé par Robert Georgin
  • Extrait du film Mafia Blues, réalisé par Harold Ramis, 2002
  • Chanson de Allan Sherman, You Need An Analyst
  • Musique d'Albert Roussel, Le festin de l’araignée op 17, Entrée des coléoptères 
  • Musique d'Erik Satie, arrangée par Darius Milhaud, Grimages II, Coquecigrue
  • Chanson des Platters, The Great Pretender

Chroniques

10H55
5 min

Le Journal de la philo

Penser printemps
Intervenants
  • philosophe, docteure en psychologie, psychanalyste de l’EPFCL-France
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......