LE DIRECT
Clint Eastwood en 2019.
Clint Eastwood en 2019. Crédits : Valérie Macon - AFP
Clint Eastwood en 2019.
Clint Eastwood en 2019.
Clint Eastwood en 2019. Crédits : Valérie Macon - AFP

Philosopher avec Clint Eastwood

4 ÉPISODES (5 DISPONIBLES)
Clint Eastwood, le cowboy des temps  modernes. Si sa filmographie pouvait se résumer en une question, ce serait celle-ci : au nom de quoi l'individu peut-il mettre en œuvre sa propre loi, aux dépens de celle que lui impose  l'autorité ? C'est bien  parce que cette question n'a pas de réponse simple qu'Eastwood  en...
À retrouver dans l'émission
Tous les Épisodes
49 min
LE 13/01/2014

Si sa filmographie pouvait se résumer en une question, ce serait celle-ci : au nom de quoi l’individu peut-il mettre en œuvre sa propre loi, aux dépens...

48 min
LE 14/01/2014

Avoir une pensée de vengeance et la réaliser, c’est prendre un fort accès de fièvre, mais qui passe : avoir une pensée de vengeance, sans la force ni le...

49 min
LE 15/01/2014

Philosopher avec Clint Eastwood, troisième temps. Entretien avec Pierre-Olivier Toulza, maître de conférences en Études cinématographiques à l'université...

49 min
LE 16/01/2014

C'est aujourd’hui que nous allons poser la question qui découle logiquement des émissions précédentes, celle avec laquelle nous aurions pu commencer tant...

51 min
LE 24/08/2017

Avoir une pensée de vengeance et la réaliser, c’est prendre un fort accès de fièvre, mais qui passe : avoir une pensée de vengeance, sans la force ni le...

À propos de la série

Clint Eastwood, le cowboy des temps  modernes. Si sa filmographie pouvait se résumer en une question, ce serait celle-ci : au nom de quoi l'individu peut-il mettre en œuvre sa propre loi, aux dépens de celle que lui impose  l'autorité ? C'est bien  parce que cette question n'a pas de réponse simple qu'Eastwood  en propose des variations, au sens musical du terme, dans la plupart de ses films. Contre ceux qui pensent que la loi de l'Etat protège quand la loi individuelle est toujours dangereuse, Eastwood  rétorque non pas que la seconde est toujours meilleure que la première, mais que dans les deux cas, il faut se garder d'être manichéen, et de confondre celui qui tue pour se venger, avec celui qui se tue pour en venger d'autres, sans parler de celui qui accompagne la demande de mort d'une autre personne. En quittant progressivement le film de genre pour  le film d'auteurs, Eastwood quitte les plaines pour la ville, troque le shérif contre le FBI et pose la même question à  nouveaux frais. Les querelles de territoires sont hissées à leur portée métaphorique pour y dépeindre ce que l'on peine à nommer : le désir de vengeance, les affres et la beauté de la vieillesse, la nécessité tragique de l'euthanasie, la difficile liberté amoureuse et politique, avec un sens de la complexité des situations rehaussé par le  clair-obscur qui lui est cher. La justice est-elle toujours préférable à  la vengeance ? Le combat pour sa propre liberté se fait-il nécessairement aux dépens de la liberté d'autrui ? Et pourquoi  l'innocence s'accommode-t-elle si facilement de la culpabilité ? C'est  parce que l'art de ce cinéaste consiste à poser ces questions dont il sait qu'elles sont sans réponses, et parce qu'il sait bien qu'aucun film n'a jamais changé le monde, que cette semaine, nous allons philosopher  avec Clint Eastwood.

  

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......