LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jacques Demy
Épisode 1 :

Il était une fois Lola

58 min
À retrouver dans l'émission

Sorti en 1961, Lola est le premier long-métrage de Jacques Demy et déjà tout son univers est là : Nantes, les marins, la fête foraine, la danse, le chant et l'amour.

Anouk Aimée dans le film Lola de Jacques Demy
Anouk Aimée dans le film Lola de Jacques Demy Crédits : Allociné

La fragile beauté de la vie

Jacques Demy est celui qui derrière les chants, les couleurs et la poésie, filme l'existence dans sa dimension la plus tragique. Qui sait qu’entre l'ennui du quotidien et les drames existentiels, la vie offre peu de possibilités de se réjouir, mais qui n'y voit aucune raison d'en désespérer. Car le cinéma est là, projection de ce réel insaisissable, sur l'écran noir de vos nuits blanches. Un asile qu'il décrit en ces termes :

Le cinéma permet l'isolement. Je pars en voyage. Je m'assois dans un fauteuil et plus rien ne compte, plus personne. Je suis dans le noir et je suis absorbé par l'écran, je me liquéfie complètement. 

Le cinéma de Demy permet ainsi de s'échapper du quotidien, et de proposer une forme de vie idéale. Mais derrière cette harmonie apparemment parfaite, on sent aussi toujours la fêlure, et un très puissant sentiment d'absurde. Demy nous montre que rien n'est jamais acquis : dès qu'on touche du doigt le bonheur, il peut s'évanouir. 

Le réalisateur est fasciné par cette fragilité, ce (dés)équilibre mystérieux de la vie. Car Demy est aussi - surtout ? - le cinéaste du hasard, comme le souligne ici l'historien du cinéma Jean-Pierre Berthomé :

Il y a chez Demy une part considérable accordée au pouvoir du hasard pour organiser des parcours irrationnels. Mais il y a aussi l'idée d'un destin. Les choses sont inscrites, dépendent d'un pouvoir supérieur qui gouverne nos petites trajectoires.

Lola, belle au bois dormant

Dans Lola, Jacques Demy raconte la vie d'une femme d'une grâce absolue, entre minauderie et élégance, dans sa guêpière faite de dentelle noire et de fous rires. Mais il la raconte à trois âges différents : le destin de Lola fait écho à celui de la petite Cécile et à celui de sa mère, Madame Desnoyers. Cela donne l'impression d'une boucle dont on ne peut pas sortir : on reconnaît là le rapport au temps circulaire propre à Demy. Ses films présentent en effet toujours, comme ici, un univers clos, où les personnages tournent en rond, se croisent, se rencontrent. Cela n'est évidemment pas sans rappeler l'univers des contes, qui, on le sait, a tant fasciné Demy.

D'ailleurs, Lola peut être comprise comme une Belle au bois dormant moderne. C'est une femme seule, qui éduque son enfant seule, et qui attend patiemment l'amour de sa vie. Mais malgré sa situation, Lola ne s'ennuie pas et ne s'inquiète pas - c'est d'ailleurs peut-être le personnage le plus heureux du film. Elle a une confiance absolue en l'amour et en le destin. Et elle a raison ! Lola est en effet un film qui, par sa fin heureuse, gratifie l'attente, en fait un éloge, et célèbre cette fidélité amoureuse absolue. 

Un manifeste artistique

Premier long-métrage de Demy, Lola est ainsi déjà empreint de toute la philosophie du cinéaste, de son rapport au temps, au hasard, à la fragilité de la vie. Mais c'est aussi déjà l'occasion pour lui d'affirmer ses choix artistiques. À cet égard, Lola apparaît comme une préfiguration des Parapluies de Cherbourg : le débit, les intonations, les lignes mélodiques de la parole ne sont que les amorces d'un film chanté.

C'est d'ailleurs un pari fou. En 1960, le cinéma français est dominé par la Nouvelle Vague : dans les salles, on va voir Les quatre cents coups, ou Hiroshima mon amour. Rien de ce qui se fait ne ressemble à ce que propose Demy. Selon Jean-Pierre Berthomé, cette audace, qui de prime abord peut sembler risquée, est en même temps ce qui a permis au réalisateur d'échapper à l'écueil d'être démodé, puisque, précisément, il n'a jamais été "à la mode". Jacques Demy est hors-mode, hors-temps, et donc intemporel. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits sonores :

  • Archive : Jacques Demy, émission « Le cinéma des cinéastes », 22/02/1976
  • Lola, film de Jacques Demy (1961)
  • Archive : Jacques Demy à propos de son film Lola, RTF, 5 mars 1962
  • Rolland rêve, bande originale de Lola
Chroniques
10H55
5 min
Carnet de philo
Qu’est-ce que le concept chinois de « Tianxia » ?

Bibliographie

.

LolaJacques DemyArte éditions, 2016

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......