LE DIRECT
Jacques Demy
Épisode 4 :

Une chambre en ville

59 min
À retrouver dans l'émission

Une chambre en ville est un conte cruel entre réalisme politique et "opéra populaire" : la lutte des classes en comédie musicale.

Richard Berry et Dominique Sanda dans le film de Jacques Demy Une chambre en ville (1982)
Richard Berry et Dominique Sanda dans le film de Jacques Demy Une chambre en ville (1982) Crédits : MOUNE JAMET / COLLECTION CHRISTOPHEL - AFP

Comme les Parapluies de Cherbourg, Une chambre en ville est un film entièrement chanté. L'aspect inédit et surprenant de ces films "en-chantés" est ici d'autant plus marquant qu'on a affaire à des scènes absolument pas investies par les codes de l'opéra : le film s'ouvre ainsi sur une scène d'opposition entre policiers et manifestants, qui s'affrontent donc par le chant. 

Il s'agit donc d'un film éminemment politique. En fait, en examinant de plus près le cinéma de Demy, on se rend compte qu'il y a très souvent un propos, ou un arrière-plan politique (la guerre d'Algérie dans Parapluies de Cherbourg, la guerre du Vietnam dans Model shop...). Mais c'est toujours assez discret, alors que c'est beaucoup plus frontal dans Une chambre en ville. C'est d'ailleurs probablement ce caractère très ouvertement politique qui a gêné Michel Legrand, qui - comme Catherine Deneuve d'ailleurs - a refusé d'accompagner Demy sur ce film. 

De manière plus générale, Une chambre en ville est un film caractérisé par une grande violence. Au-delà du contenu directement politique, il offre aussi une peinture de l'absolu des sentiments qui font de la vie un drame lyrique, de la violence verbale (on entend des mots très brutaux comme "conne", "pute"...) et de l'extrême cruauté des hommes, qui, figures presque animales, s'adonnent à un affrontement sauvage. 

On retrouve aussi dans Une chambre en ville tous les thèmes particulièrement chers à Demy, également présents dans tous ses autres films : le goût pour la couleur, l'intérêt pour les mères célibataires, et surtout la rencontre entre une forme de fatalité et le hasard qui vient remettre en cause ce destin pré-écrit. La rencontre d'Edith Leroyer et François Guilbaud est un bel exemple de ces rencontres à la Demy, qui semblent à la fois le fruit de la contingence et de la destinée. 

Le critique de cinéma Jean-Marc Lalanne revient ici pour vous sur Une chambre en ville, véritable concentré du "Demy-monde".

Extraits :

  • Archive de Jacques Demy dans l'émission "Agora", 11/07/1984
  • Une chambre en ville, film de Jacques Demy, 1982

Chroniques

10H55
5 min

Le Journal de la philo

Connaissez-vous Voltairine de Cleyre ?

Bibliographie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......