LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cycle de vie du papillon
Épisode 3 :

La politique est-elle l’art de s’adapter ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Vous connaissez le sentiment de retard, et celui de courir toujours plus vite. À cela, l'époque propose son remède : "s'adapter". Mais que cache cette injonction ? Sommes-nous adaptables à l'infini ? Et quel est le lien entre l'adaptation et les régimes autoritaires du néolibéralisme ?

Tout va très vite... Faut-il s'adapter
Tout va très vite... Faut-il s'adapter Crédits : Buena Vista Images - Getty

Avez-vous le sentiment d'être toujours en retard ?
En retard au travail, en retard sur votre temps, en retard par rapport à vos enfants, en retard par rapport à quelque chose que vous ne parvenez pas à nommer et qui vous fait courir toujours plus vite et toujours plus longtemps ?
Pour rattraper ce retard, la solution nous est servie sur un plateau : "il faut s'adapter" entend-on. S'adapter à l'accélération, à l'époque, s'adapter à la demande d'adaptation.
Mais sommes-nous adaptables à l'infini ? Et si l'idée même d'adaptation était un impératif idéal formulé par en haut pour être bien sûr de ne jamais changer ?
S'adapter pour ne pas changer : faisons-nous autre chose aujourd'hui ?

L'invitée du jour :

Barbara Stiegler, professeure de philosophie politique à l’Université Bordeaux Montaigne, membre de l’Institut universitaire de France et responsable du Master « Soin, éthique et santé »

Le concept d'adaptation

Dans l’histoire de la notion d’adaptation, Darwin joue un rôle central. L’adaptation est une notion centrale de la théorie de l’évolution et ce qui intéressant c’est de voir qu’au départ, au XVIIIème siècle, ça n’était pas une notion liée à la vie, mais plutôt liée à la mécanique. Il y a une transformation de la notion d’adaptation pour l’intégrer dans les questions biologiques et l’idée fondamentale pour penser l’adaptation c’est l’idée d’une bonne relation entre l’organisme et son environnement. C’est un concept passionnant puisque quand on commence à réfléchir à ce qu’il veut dire, il est en fait contradictoire et compliqué.
Barbara Stiegler

Comment transposer le concept biologique de l’adaptation à la politique ?

L’idée de mon livre est de réfléchir à la manière dont l’adaptation au sens biologique impacte notre vie politique aujourd’hui. Ça paraît fou de poser une telle question parce que nous avons été habitués à penser que les questions de politique n’avaient rien à voir avec les questions de biologie, mais en fait si on réfléchit à l’histoire de la pensée contemporaine, ce dualisme totale entre biologie et politique est quelque chose qui s’est imposé brutalement au milieu du XXème siècle, du fait de la Seconde Guerre mondiale et du fait de l’usage par le nazisme du biologisme. Avant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de grands penseurs hybrident sans aucun complexe les questions de biologie, de société, voire de politique : Nietzsche, Bergson, Piaget, Canguilhem… À partir de là s’est créée une situation compréhensible mais délétère puisque la sphère du politique s’est déconnectée des questions de vie, d’adaptation, d’évolution.
Barbara Stiegler

Pourquoi réhabiliter la biologie à la réflexion politique ?

C’est nécessaire parce qu’au moment où la pensée politique s’est empêchée de continuer à penser le rapport entre ces deux champs, dans la réalité politique les choses ont continué à s’hybrider. On a des questions politiques cruciales aujourd’hui autour de la vie, la santé, l’alimentation, l’avenir du vivant, l’avenir des espèces, autour de la question sur la protection de l’environnement… Il est temps, intellectuellement, d'assumer le passage du biologique au politique et du politique au biologique.
Barbara Stiegler

Textes lus par Vincent Schmitt :

  • Extrait de Humain, trop humain tome II, de Nietzsche, 1878, traduction d'Henri Albert, chapitre Caractéristiques de haute et basse civilisation, éditions Robert Laffont
  • Extrait de Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, d'Adam Smith, 1776, Livre 1, chapitre 5, traduction de Georges Garnier, éditions Flammarion GF
  • Extrait de L'Origine des espèces, de Darwin, 1859, traduction d'Edmond Barbier, chapitre IV, éditions Flammarion GF

Sons diffusés :

  • Mixage de début d'émission avec François Hollande et son slogan "le changement c'est maintenant", et chanson de Rim'k, Je M'adapte
  • Chanson de Juniore feat. Jo De La Baume, En retard
Chroniques
10H55
5 min
Carnet de philo
Ivan Jablonka, un homme qui touche (presque) juste

Bibliographie

Intervenants
  • Professeure de philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et autrice du récent ouvrage "Nietzsche et la vie"
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......