LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait non daté de l'écrivain français Charles Péguy

"Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile" de Camille Riquier

51 min
À retrouver dans l'émission

Aujour'hui, entretien avec Camille Riquier sur Charles Péguy, qui aurait voulu écrire ses Mémoires d'un imbécile...

Portrait non daté de l'écrivain français Charles Péguy
Portrait non daté de l'écrivain français Charles Péguy Crédits : INTERCONTINENTALE - AFP

"Nous avons été bêtes au-delà de tout ce que les jeunes gens d’aujourd’hui peuvent imaginer ; mais je plains celui qui à vingt-cinq ans n’est pas le dernier des imbéciles, des niais, des confiants". Mais pourquoi être un imbécile a-t-il du bon, comme l'assure Charles Péguy ? Pourquoi faut-il croire et pas seulement savoir ? Et pourquoi, face à ceux qui font les malins, faut-il préférer la naïveté ?

Le texte du jour

« Sur le premier Mouvement socialiste, revue bimensuelle internationale, il n’est pas jusqu’au nom de l’éditeur qui ne soit le plus plein de mémoire ; l’éditeur, c’était moi, naturellement ; mais la firme était celle de la librairie Georges Bellais, 17, rue Cujas, 17, Paris ; librairie Bellais, ancienne librairie Bellais, berceau de nos espérances, laboratoire de nos sincérités, tombeau de nos illusions, qu’êtes-vous devenue ? Et vous, mon vieil ami Georges Bellais, qui mîtes votre bonne renommée commerciale toute au service d’un petit boursier d’études, permettez qu’aujourd’hui je profite un peu de ce moment d’attendrissement, évidemment sénile, pour vous envoyer sur la rive droite, (…), par-dessus les ponts de Seine, (…) et publiquement, (…) ce bref souvenir de nos jeunes années. Nous avons été bêtes au-delà de tout ce que les jeunes gens d’aujourd’hui peuvent imaginer ; mais je plains celui qui à vingt-cinq ans n’est pas le dernier des imbéciles, des niais, des confiants ; je plains celui qui dans la naissance et dans la troublante adolescence de l’affaire Dreyfus, dans l’ébranlement, dans le sursaut, dans le scandale de tout un peuple, n’eût pas été la dupe de la plus apprêtée ; celui de nous qui en janvier 1899 eût deviné, eût connu, senti les hontes et les lâchetés de toutes les amnisties, des amnisties qui nous attendaient, qui nous guettaient, que l’on nous préparait, que déjà certains escomptaient, celui-là eût été un jeune homme très intelligent, mais je plains celui-là. »

- Charles Péguy, Le mouvement socialiste (texte posthume, écrit en avril 1904), Gallimard Pléiade Vol. 1, p. 1368-1369.

Lecture

- Charles Péguy, Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet in Cahiers XIII, II (24/9/1911), Gallimard Pléiade Vol. 3, p. 439-440.

Extraits

- Archive mort de Péguy (Source RTBF, 1964)

- Archive Madame Simone (Source : Entretiens du 17 juillet 195)

- Archive Deleuze (Source : cours à Vincennes du 2 décembre 1980)

Références musicales

- César Franck, La symphonie en ré mineur

- Rudolf Matz, Quatuor en ré mineur

- Gabriel Fauré, Elégie en ut mineur

- Brahms, Intermezzo en mi mineur

Alexis Lavis
Alexis Lavis Crédits : MC - Radio France
Chroniques
10H48
5 min
Petit précis de philosophie à l'usage des candidats
Epicure et ses conseils pour bien mourir aux socialistes
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......