LE DIRECT
Catherine Malabou
Épisode 15 :

Catherine Malabou, philosophe de la plasticité

58 min
À retrouver dans l'émission

Portrait de la philosophe Catherine Malabou marquée très jeune par la lecture de "La Nausée" de Sartre qui a fait naître un désir de philosopher et qui, dans cette discipline, tend à décaper la tradition, et rafraîchir, toujours.

Catherine Malabou
Catherine Malabou Crédits : Marianne Chassort - Radio France

Première diffusion de cette émission le 14/12/2018, et première diffusion du Journal de la philo de Géraldine Mosna-Savoye, en fin d'émission, le 22/11/2019, à réécouter ici :

Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

L'invitée du jour :

Catherine Malabou, philosophe, professeure de philosophie au « Centre for Research in Modern European Philosophy » à l’Université de Kingston au Royaume-Uni.

En philosophie, on n'a qu'une seule idée

On me définit comme philosophe de la plasticité parce que c’est un fil que j’ai suivi pendant très longtemps, parfois ça me dérange parce que c’est une forme de fétichisation d’un concept mais d’autres fois ça ne me dérange pas parce qu’en philosophie, en fait, on n'a qu'une seule idée.                    
Catherine Malabou

La plasticité

La plasticité c'est le fait que le changement vient avant l'être, il n’y a pas d’abord une identité fixe puis des transformations mais la transformation prime sur la fixité donc ça remet en question un certain nombre de choses dans la philosophie elle-même, ça veut dire que le façonnement vient avant l’être.                    
Catherine Malabou

"La Nausée" de Sartre

Une enseignante en terminale nous avait fait lire Sartre, "La Nausée" d’abord, puis d’autres textes par difficulté graduelle. À l’époque on m’avait dit que j’étais littéraire, je croyais que je ferais des études de lettres et j’ai senti en lisant "La Nausée" comme un décrochage, j’ai vu passer une ligne de partage improbable entre la littérature et quelque chose d’autre qui pourrait être la philosophie. "La Nausée" est un roman qui est extraordinaire pour ça, il confronte dans une forme d’unité contrastée l’écriture et la pensée, ça m’a interpellée…                    
Catherine Malabou

Déconstruire la tradition

Avec Derrida j'ai découvert une lecture de la philosophie : la philosophie n'est pas la philosophie mais une certaine tradition, elle aurait pu être toute autre chose mais elle a été ce qu’elle a été parce qu’une certaine direction a été suivie, qui est la métaphysique : un privilège donné à la présence, à l’éternité, à l’être… Il était possible de déconstruire la tradition pour peut-être laisser entrevoir ce que la philosophie aurait pu être.                    
Catherine Malabou

Sons diffusés :

  • Archive de Sartre sur l'existence et la philosophie, dans Les Vendredis de la philosophie, France Culture, 2004
  • Extrait du film Hiroshima mon amour d'Alain Resnais, 1959
  • Son nata a lagrimar, duet d'Haendel interprété par Nathalie Stutzmann et Philippe Jaroussky et l'orchestre Orfeo 55
  • Extrait du film Her de Spike Jonze, 2014
  • Chanson de Elmer Food Beat, Le plastique c'est fantastique, 1990
Intervenants
  • philosophe, professeure de philosophie au « Centre for Research in Modern European Philosophy » à l’Université de Kingston au Royaume-Uni
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......