LE DIRECT
Barbara Cassin à son domicile, en 2018
Épisode 19 :

Barbara Cassin, philosophe philologue

59 min
À retrouver dans l'émission

Portrait de Barbara Cassin, philosophe amoureuse de la langue et de la culture grecque antique, qui réfléchit notamment sur l'héritage sophistique et sur la question des intraduisibles, les mots et concepts que l’on traduit toujours mal...

Barbara Cassin à son domicile, en 2018
Barbara Cassin à son domicile, en 2018 Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Les Chemins de la philosophie du vendredi vous emmènent chaque semaine à la rencontre de ceux qui ont fait de la philosophie leur métier.   

La philosophie est-elle une vocation ? Comment viennent les  idées ? Comment se fabrique un concept ? À quoi ressemble l'atelier du  philosophe ? Et quel rôle le philosophe doit-il jouer dans la cité ?

L'invitée du jour :

Barbara Cassin, philosophe, philologue, directrice de recherche au CNRS et Académicienne.

Philosophie et philologie

Je me définis comme philosophe mais j’ajoute philologue, c’est-à-dire que je m’occupe des textes, j’aime le langage et la façon dont les choses sont écrites. Il y a pour moi une complémentarité entre philosophie et philologie… La philosophie se pose d’immenses questions et c’est comme ça que je l’ai rencontrée. En classe de philo, j’ai vu qu’il était normal d’avoir des gens qui se posaient des questions. J’ai trouvé cela extraordinaire qu’on ose faire de ça un métier et j’ai voulu faire ça. La philologie a pris sur le tard comme art, technique, après avoir compris ce qu’était que la philosophie. Je l’ai fait lorsque j’ai voulu regarder de plus près ce que c’était qu’une manière d’écrire ou de parler pour un philosophe… J’ai mesuré la différence des langues.    
Barbara Cassin

Philologie et transmission

La définition de Nietzsche du philologue est celle-ci : "ramper dans la métrique grecque avec l’acribie d’une limace myope". Quand on est philologue, on est toujours trop philologue, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de limite. Ce n’est pas la volonté de puissance, c’est la volonté d’aller jusqu’au bout du détail, jusqu’au bout de la manière dont c’est fait, dont c’est dit. Je définirais la philologie comme quelque chose qui s’occupe des textes dans leur transmission, depuis la manière dont ils sont écrits jusqu’à la manière dont ils sont traduits, quelque chose qu’on ne fait pas nécessairement quand on est philosophe.    
Barbara Cassin

Michel Deguy, poète et philosophe

Michel Deguy était mon professeur de philo au lycée Pasteur. Il était poète et philosophe, c’était dans cet ordre à mon avis… C’était une immense leçon de liberté par rapport aux disciplines, aux textes, aux idées. Je me souviens de la première dissertation que j’ai rendue. Il avait donné comme sujet « la limite ». Je me suis donnée beaucoup de mal… et le commentaire fut : « le côté dialectique est entrevu, 9 ». J’ai adoré ça, c’était extraordinaire, on était obligé de comprendre quelque chose.    
Barbara Cassin

René Char, Heidegger, poésie

J’ai lu et connu Heidegger chez René Char… C’était dans la suite de l’hypokhâgne à Pasteur et de mai 68. Je me suis retrouvée au séminaire du Tort où j’étais la plus petite, un séminaire que faisait Heidegger chez René Char… J’ai donc flairé conjointement la philosophie avec la poésie, avec Michel Deguy et donc aussi avec Char et Heidegger, ça ne me viendrait pas à l’idée de les opposer. En revanche, leur relation est une vraie question…    
Barbara Cassin

Entre poésie et philosophie, ça bouge

Cette importance de la poésie et de la réflexion sur la langue montre la dimension matérielle de la philosophie, c’est même le point de jonction entre la poésie et la philosophie. Char disait : « le poète ne dit pas la vérité, il la vit et en la vivant il devient mensonger, paradoxe des muses, justesse du poème ». Ce rapport entre la vérité et le faux est très intéressant, ça bouge entre poésie et philosophie. Je crois que c’est exactement là que je me situe, dans ce bouger…    
Barbara Cassin

Sons diffusés :

  • Archive de René Char sur Heidegger et le rôle de la poésie, France Culture, 1964
  • Archive de Michel Deguy, le poète est un "oracle du temps qu'il fait", France Culture, 1964
  • Musique de Claude François, Comme d'habitude, 1967 et My Way interprété par Frank Sinatra, 1969
  • Extrait du documentaire Marseille en VO, produit par le MuCEM, 2017, sur l'exposition Après Babel, traduire
  • Archive de Bachelard, "Les siestes de Leibniz"
  • Chanson de Marlene Dietrich, Lili Marleen

Chroniques

10H55
5 min

Le Journal de la philo

Un roman doit-il contenir des photographies ?

Bibliographie

Intervenants
  • philosophe, philologue, directrice de recherche au CNRS et Académicienne
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......