LE DIRECT
Quatre contresens philosophiques
Épisode 2 :

Hobbes : “L’homme est un loup pour l’homme”

59 min
À retrouver dans l'émission

Thomas Hobbes est l’auteur du célèbre livre de philosophie politique “Léviathan”. En 1641, en exil volontaire en France, il observe ce qui agite et trouble son pays, l'Angleterre : la guerre civile. Il rédige alors “Du citoyen”, où apparaît la fameuse maxime, objet de nombreux contresens...

Hobbes : “L’homme est un loup pour l’homme”
Hobbes : “L’homme est un loup pour l’homme” Crédits : csa images - Getty

Une émission initialement diffusée le 23/02/2021

Contrairement aux apparences, la phrase "L'homme est un loup pour l'homme" ne signifie pas que la vie en société est une guerre de chacun contre chacun, ce qui est une autre phrase malcomprise écrite par le même philosophe.
Ce philosophe s'appelle Thomas Hobbes, il est surtout connu pour avoir écrit un ouvrage philosophie politique magistrale : Léviathan, paru en 1651.
Mais ce n'est pas dans ce texte qu'il affirme que l'homme est un loup pour l'homme, et la phrase, beaucoup reprise dans l'histoire de la philosophie et de la littérature, a fait l'objet de nombreux contresens...

L'invité du jour :

Luc Foisneau, directeur de recherche au CNRS et enseigne la philosophie politique à l'EHESS

Le concept d'état de nature

“L’état de nature” est un concept, une invention, qu’on pense aujourd’hui à la manière de Darwin comme s’il s’agissait d’une description des relations entre les espèces ou les individus, mais lorsque Hobbes pense ce concept, il crée une distinction entre état de nature et état civil, et l’état de nature ne lui sert qu’à une seule chose : nous permettre de penser la différence qu’il y a entre vivre en société protégé par des lois et vivre hors de la société dans cet état qu’il désigne comme un état de nature, et il ajoute : cet état de nature est aussi un état de guerre…        
Luc Foisneau

Un philosophe-observateur en exil

Le texte dont est extraite la fameuse phrase “L’homme est un loup pour l’homme”, qui est une citation d’un auteur latin, est écrit à Paris en novembre 1641, c’est une épître dédicatoire : “Du citoyen”, écrit avant le “Léviathan”. Hobbes est alors un philosophe en exil volontaire, son exil durera 11 ans, qui va observer les événements qui se passent en Angleterre. Cette phrase renvoie très directement, lorsque Hobbes l’utilise, à l’idée que son pays est en train de basculer dans la guerre civile…      
Luc Foisneau

Textes lus par Bernard Gabay :

  • Extrait de l'ouvrage Du Citoyen, de Thomas Hobbes, Epître Dédicatoire, traduction de Philippe Crignon, éditions GF (avec une musique d'Ernest Bloch, Concerto Grosso, interprété par Jenny Lin au piano)
  • Extrait de Homo Sacer : Le pouvoir et la vie nue, de Giorgio Agamben, éditions du Seuil (avec une musique de Bartok, Divertimento BB118, interprété par l'orchestre Les Dissonances)

Sons diffusés :

  • Extrait du film Mesrine : l’instinct de mort, de Jean-François Richet, 2008
  • Archive de Giorgio Agamben, dans l'émission À voix nue, France Culture, 16 janvier 1998
  • Extrait de la série tv Buffy contre les vampires, saison 4, épisode 6
  • Chanson de fin : Gainsbourg, Cha cha cha du loup

Chronique d'Aurélien Bellanger en fin d'émission :

Bibliographie

Hobbes : la vie inquiète

Hobbes : la vie inquièteLuc FoisneauGallimard folio essais, 2016

Intervenants
  • directeur de recherche au CNRS et enseigne la philosophie politique à l'EHESS
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......