LE DIRECT
Que fait la police ?
Épisode 2 :

La haine de la police

58 min
À retrouver dans l'émission

Quelles sont les conditions de légitimité non pas seulement de la violence exercée par la police mais aussi celle de la haine qu’elle suscite ?

Philosophie des forces de l’ordre
Philosophie des forces de l’ordre Crédits : CSA Images - Getty

Première diffusion de cette émission le 20/09/2016, et première diffusion du Journal de la philo de Géraldine Mosna-Savoye, en fin d'émission, le 06/09/2019, à réécouter ici :

"Tout le monde déteste la police", "ACAB", ces slogans qui ont fleuri depuis quelques années au cours de manifestations sont le signe d’une défiance voire d’une haine envers la police. Quelles causes sociales, quels motifs philosophiques ou politiques peuvent expliquer cette hostilité ? Qui éprouve cette haine et pourquoi ? 

L'invité du jour

Jean-Christophe Angaut, maître de conférences de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialiste de Bakounine et de la philosophie allemande du XIXe siècle et de l’anarchisme.

Une violence illégitime

Il est primordial que la violence de l’Etat qui s’exerce au travers de la police ne soit pas énoncée comme violence. Vous n’entendrez jamais un représentant de l’Etat admettre qu’il y a de la violence policière. Un des enjeux autour des violences policières c’est de faire admettre que c’est de la violence car qui dit violence dans nos société dit violence illégitime. C’est une violence légitime qui pour être légitime ne doit pas s’énoncer comme telle.  
Jean-Christophe Angaut

Deux formes de violence 

La violence policière est à l’intersection de deux formes de violence : une violence liée au maintien de l’ordre et une violence liée à l’instauration d’un ordre. Dans la pratique policière en tant qu’elle a précisément affaire à l’exception et qu’elle est toujours tentée de dériver vers l’état d’exception on a en même temps le maintien de l’ordre et la création d’un ordre par la pratique. La police est le point de fuite par lequel la démocratie risque toujours de dériver vers l’état d’exception.  La police est l’institution qui a affaire avec l’exception, avec l’infraction, avec des situations qui ne sont pas prévues par le droit et où elle instaure ce qui est le droit dans ces conditions avec la composante d’arbitraire qui va avec.  
Jean-Christophe Angaut

Lectures

- Armand Durantin, « L’agent de police de la rue Jérusalem », in Les français peints par eux-mêmes, t.2 (Léon Curmer éditeur, 1840), p.325

- Walter Benjamin, Critique de la violence, 1921, trad Nicole Casanova, (Payot Rivage, 2012), pp.75-76

- Pierre Kropotkine, La morale anarchiste, 1889, (Fayard, 2004)

Références musicales

- Cut Killer, Nique la police

- Garth Stevenson, Tracks reflection

- The Clash, Police on my back

- IAM, Que fait la police

Intervenants
  • maître de conférences de philosophie à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialiste de Michel Bakounine et de la philosophie allemande du XIXe siècle et de l’anarchisme, membre du comité de rédaction de la revue Réfractions
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......