LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Quelle place pour les femmes à l'université ?
Épisode 2 :

Quelle place pour les femmes à l'université ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Le "plafond de verre" que l’on déplore dans le monde de l’entreprise et de la haute administration existe aussi dans le monde universitaire, sous la forme, non pas seulement d'écarts de salaires ou d'accès aux postes prestigieux, mais de l’invisibilisation des apports conceptuels des femmes...

Quelle place pour les femmes à l'université ?
Quelle place pour les femmes à l'université ? Crédits : suedhang - Getty

Emission enregistrée à Citéphilo 2018 à Lille, une manifestation qui, chaque année, propose un temps de réflexion philosophique autour de questions d’actualité. La thématique de cette année porte sur le féminin, singulier universel.

Au lycée, en philosophie, seule une femme est au programme des terminales, quand tous les autres penseurs étudiés pendant l’année sont des philosophes hommes...

Après l’appel des historiennes publié dans Le Monde le 3 octobre dernier « pour mettre fin à la domination masculine en histoire », des chercheuses, des intellectuelles, des productrices de savoir, dont Nathalie Heinich, notre invitée, ont fait paraître une tribune rapportant et dénonçant l’invisibilisation des apports théoriques des femmes.
Elle est également à l'initiative d’une banque de données collective qui restitue des expériences qui permettant de prendre conscience de l’invisibilisation des femmes dans le monde académique.

L'invitée du jour :

Nathalie Heinich, sociologue directrice de recherches au CNRS, autrice d'une tribune qui dénonce l’insuffisante présence des femmes au sommet de la hiérarchie et dans les instances de gouvernance de leurs disciplines à l’université.

Prendre conscience du plafond de verre universitaire

L’idée de la banque de données est d'apporter des témoignages, de documenter quelque chose qui n’apparaît pas autrement, pour le moment, que sous la forme du bouche à oreille, ça n’est pas public. J’ai pensé qu’en faisant un travail collectif et en le rendant public, nous pourrions contribuer peut-être à ce qu’il y ait une prise de conscience des hommes et des femmes de ce vrai plafond de verre universitaire.  
Nathalie Heinich

Le fonctionnement du système universitaire

Pour comprendre le phénomène, il faut comprendre comment fonctionne le monde universitaire : il y a des règles précises de citation par les pairs. Lorsque quelqu’un a publié quelque chose dans une revue scientifique, un livre, un colloque, celui qui revient ensuite sur le sujet est censé avoir lu et mentionner ce qui a été apporté par la personne précédente. Pourquoi ? C’est d’abord la traçabilité des sources et bien sûr une forme de courtoisie qui consiste à ne pas voler les idées des autres… Le plagiat est une faute gravissime. Dans la réalité, ça ne fonctionne pas forcément ainsi, beaucoup trop de chercheurs s’abstiennent de ces règles de base et d’autant plus lorsqu’il s’agit de citer le travail intellectuel des femmes…  
Nathalie Heinich

Un recrutement égal mais une visibilité conceptuelle des femmes moindre

Institutionnellement, la présence des femmes à l’université dans le monde occidental remonte à la seconde moitié du 19ème siècle. Il y a donc eu moins de femmes chercheures, enseignantes, cela lié à la question du statut des femmes. Ce qui m’intéresse c’est plutôt dans le monde actuel où le recrutement n’est pas si déséquilibré entre les hommes et les femmes, malgré cette relative égalité, la visibilité conceptuelle des femmes, de leur pensée, est moins assurée.  
Il y a une forme de plafond de verre qui est spécifiquement universitaire et l’intériorisation de l’idée que les femmes n’auraient pas droit à une certaine ambition théorique.  
Nathalie Heinich

Lecture de Shemss Audat :

  • Extrait de La Force de l'âge de Simone de Beauvoir, éditions Gallimard
    et musique de Brocker Way, Life for myself

Sons diffusés :

  • Début d'émission : extrait du film Les figures de l'ombre de Theodore Melfi, 2017
    et chanson de Rihanna, Consideration
  • Archive d'Elsa Dorlin sur la tribune des philosophes, entretien avec Colomba Grossi, France Culture, 2018
  • Archive de Françoise Héritier, Question d'époque, France Culture, 1998
  • Chanson de fin : Juliette, Rimes féminines
Chroniques
10H55
5 min
Carnet de philo
Internet a-t-il inventé les "trolls" ?
Intervenants
  • Sociologue, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......