LE DIRECT
La mort de Socrate
Épisode 4 :

Verdict : Socrate condamné à mort

58 min
À retrouver dans l'émission

Et Socrate but la cigüe...

La mort de Socrate
La mort de Socrate Crédits : Jacques-Philippe-Joseph de Saint-Quentin

Condamné à mort ! Le verdict du procès condamne Socrate à boire la ciguë et marque l'avènement de la philosophie. Mais pourquoi Socrate n'a-t-il pas accepté les propositions d'évasion ? Etait-il si serein face à la mort ? Spécialiste et traducteur de Platon, Luc Brisson nous éclaire sur les derniers moments de la vie de Socrate.

Le texte du jour

« Criton fit un signe à l’esclave qui se tenait tout à côté. L’esclave sortit et mit un certain temps avant de revenir, suivi de celui qui devait donner le poison et qui l’apportait tout broyé dans une coupe. Quand il vit l’homme, Socrate lui dit : « Très bien, mon ami, c’est toi qui t’y connais, que faut-il faire ? – Rien d’autre, répondit-il, qu’aller et venir après avoir bu jusqu’à ce que tu sentes une lourdeur dans les jambes ; à ce moment, allonge-toi : de cette façon, cela fera son effet. » En même temps, il lui tendit la coupe. Socrate la prit. […]

Il porta la coupe à ses lèvres et tout tranquillement, tout facilement, il la vida. Jusqu’à ce moment, nous avions, pour la plupart, réussi à nous retenir de pleurer ; mais quand nous vîmes qu’il buvait, et qu’il avait bu : impossible ! Ce fut plus fort que moi, je laissai moi aussi couler mes larmes, à tel point que je dus me couvrir le visage pour pleurer sur moi-même – car ce n’était pas sur lui, mais sur mon propre sort que je pleurais, en comprenant quel ami j’allais perdre. […]

L’homme nous montrait que Socrate se refroidissait et devenait raide. Déjà presque toute la région du bas-ventre était froide ; découvrant son visage (car il se l’était couvert), Socrate dit – et ce furent là les derniers mots qu’il prononça : « Criton, nous devons un coq à Esculape. Payez cette dette, ne soyez pas négligents.

Bien sûr, fit Criton, ce sera fait. Mais vois si tu n’as rien d’autre à nous dire ? »

A cette question. Socrate ne répondit plus rien ; au bout d’un petit moment, il eut un soubresaut. L'homme lui découvrit le visage : Socrate avait le regard fixe. Voyant cela, Criton lui ferma la bouche et les yeux.

Voilà, Echécrate, ce que fut la fin de notre ami, d’un homme dont nous pouvons dire que, parmi tous ceux qu’il nous a été donné de connaître, il fut le meilleur, le plus sensé aussi et le plus juste ».

Platon, Phédon, 117b (Flammarion, Ed. Luc Brisson), pp.1239-1240.

Lectures

  • Platon, Apologie de Socrate, 41c-42a (trad Luc Brisson) p 127
  • Xénophon, Lettre de Xénophon à Xantippe, femme de Socrate dans Œuvres complètes de Thucydide et Xénophon (A Desrez Librairie-Editeur, 1836)

Extraits

  • Platon, Apologie de Socrate, lecture de Michel Bouquet pp.92-93, france Culture, émission "L'autre scène ou les vivants et les dieux", 21/03/1983
  • Fin du Phédon, RTF 27/10/1955

Références musicales

  • Leonard Cohen, A singer must die
  • Bartok, Suite de danses , molto tranquillo
  • Tom Waits, Little drop of poison
  • Bartok, Concerto pour 2 pianos percussions et orchestre
  • Erik Satie, La mort de Socrate, Phédon

Chroniques

10H55
4 min

Le Journal de la philo

Les philosophes ont-ils besoin de méditer ?

Bibliographie

Intervenants
  • Directeur de recherches au CNRS, spécialiste de Platon et de Plotin
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......