LE DIRECT
Portrait du philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) - Gravure du 19eme siecle
Épisode 3 :

L'Histoire a-t-elle un sens ?

59 min
À retrouver dans l'émission

« Jeunes comme Alexandre, assassinés comme César, déportés comme Napoléon, qu’ont-ils gagné ces grands hommes ? »

Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804
Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 Crédits : Wikicommons

Pour Hegel, l’enjeu de l’histoire est le devenir des peuples et les grands hommes sont ceux qui incarnent le mieux les idées de leur époque, pourtant « c’est une affreuse consolation de savoir qu’ils n’ont pas été ce qu’on appelle heureux ». L’Histoire a-t-elle un sens, une fin et quels rôles ces grands hommes sacrifiés, ont-ils joués dans le cours de l'Histoire?

Le texte du jour

« De l’histoire mondiale il peut être dit […] qu’elle est la présentation de l’esprit, de la façon dont il arrive à élaborer le savoir de ce qu’il est en soi. Les Orientaux ne savent pas que l’esprit, ou l’homme comme tel, est libre en soi. Parce qu’ils ne le savent pas, ils ne le sont pas. Ils savent seulement qu’Un seul est libre, mais c’est précisément pour cela qu’une telle liberté n’est qu’arbitraire, sauvagerie, passion sourde […] ; - cet Un n‘est donc qu’un despote, non pas un homme libre. 

C’est d’abord chez les Grecs que s’est levée la conscience de la liberté, et donc ils ont été libres, mais eux-mêmes, comme d’ailleurs les Romains, surent seulement que Quelques-uns sont libres, non pas l’homme comme tel. Ceci, Platon ne le sut pas, ni Aristote. C’est pourquoi les Grecs n’ont pas seulement eu des esclaves - et leur vie et la subsistance de leur belle liberté en a dépendu - mais leur liberté elle aussi ne fut elle-même, pour une part, qu’une fleur contingente, passagère, non travaillée et limitée, et en même temps, pour une autre part, une dure servitude humaine, de tout ce qui est humain. – Seules les nations germaniques réussirent à acquérir […] la conscience que l’homme en tant qu’homme est libre, que la liberté de l’esprit constitue sa nature la plus propre. Cette conscience s’est d’abord levée dans la religion, la région la plus intime de l’esprit. Mais c’était une autre tâche encore que d’incorporer ce principe dans la réalité mondaine, une tâche qui, pour être résolue et accomplie, exige un long et dur travail de formation culturelle. […] Cette application du principe à la réalité effective, la pénétration, la formation de l’état du monde par ce même principe, constitue le long cours de l’histoire elle-même. »

Hegel, La philosophie de l’histoire, (traduction de Myriam Bienenstock) Livre de poche, 2009, p.  63-64. (publication à titre posthume)

Extrait

Le Youtubeur Cyrus North - près de 300 000 abonnés / Son slogan : « Je pense donc tu me suis » 

Tolstoï , Guerre et Paix, Partie 3 Tome 3 : lecture par Théâtre et compagnie, 2010 réalisé par Cédric Aussir 

Références musicales

Beethoven, Symphonie héroïque n3 en mi bémol

Frankie Laine et Jimmy Boyd, Tell me a story

 

 

Chroniques

10H55
6 min

Le Journal de la philo

Le bicentenaire Marx
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......