LE DIRECT
Schopenhauer
Épisode 3 :

De l’égoïsme à la pitié

59 min
À retrouver dans l'émission

Le rêve de Schopenhauer : devenir un savant libre dans toutes choses. Pour cela, il choisit la solitude la plus totale, exceptée la compagnie de son chien... Mais chose paradoxale, ce misanthrope produit ce qui ressemble à une morale dont le point de départ est l'égoïsme. Quelle est-elle ?

Schopenhauer choisit la solitude... exceptée la compagnie de son chien
Schopenhauer choisit la solitude... exceptée la compagnie de son chien Crédits : Malte Mueller - Getty

Première diffusion de cette émission le 06/06/2018, et diffusion antenne inédite du Journal de la philo confiné de Géraldine Mosna-Savoye, en fin d'émission, daté du 10/04/2020, à réécouter ici :

Nous sommes à la fois incapables de vivre seul.e.s et insupporté.e.s par la vie en société…
Le philosophe Schopenhauer, lui, a choisi son camp : il sera seul, tout seul. Il vivra seul, écrira seul et marchera seul, longtemps, en se répétant ces quelques lignes écrites dans Parerga et Paralipomena dans un monde qui se compose pour 5/6ème au moins de coquins, de fous, et d’imbéciles, la règle de conduite de chaque membre du 6ème restant doit être de se retirer d’autant plus loin qu’il diffère davantage des autres… et plus loin il se retire, mieux cela vaut pour lui !
Schopenhauer est bien ce même philosophe qui incite les hommes à faire preuve à la fois d'égoïsme et de pitié. L'égoïsme s'oppose-t-il forcément à la morale ? Contre le bon sens, la morale pratique !

L'invité du jour :

Christophe Salaün, professeur de philosophie au lycée au lycée Darius Milhaud au Kremlin-Bicêtre

Le caractère acquis ou la connaissance de soi

La morale que produit Schopenhauer n’est pas prescriptive, il ne s’agît pas de dire ce que l’on doit faire et comment on devrait le faire, mais dire que lorsqu’on regarde les hommes agir, on voit ce qu’ils sont. Il y a chez Schopenhauer l’idée que chacun a un caractère qui lui est d’emblée donné par son appartenance, son partage de la volonté métaphysique, et en même temps, chacun découvre au fond son caractère dans ses propres actes… Ce caractère transcendantal qui est celui de la volonté se manifeste empiriquement dans nos actes, et on peut en tirer ce qu’il appelle le caractère acquis, la connaissance de soi.      
Christophe Salaün

Textes lus par Daniel Mesguich :

  • Extrait de Pensées et fragments (N.401), de Schopenhauer, traduction Alcan, parfois publié dans les Parerga et paralipomena, 1851
  • Extrait du Fondement de la morale, de Schopenhauer, 1840, paragraphe 19, éditions Aubier
  • Extrait du Monde comme Volonté et comme Représentation, de Schopenhauer, 1819, paragraphe 68

Sons diffusés :

  • Extrait du film Le Brio, de Yvan Attal (2017)
  • Extrait du livre audio Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison, lu par Didier Bourdon, éditions Frémeaux & Associés
  • Chanson de Jean-Jacques Goldman, Je marche seul
  • Musique de Stéphane Haeri, Eastern thoughts
  • Musique de Rossini, Péchés de vieillesse
  • Chanson de Jean Wells, Have a little mercy
Intervenants
  • professeur de philosophie au lycée au lycée Darius Milhaud au Kremlin-Bicêtre

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......