LE DIRECT
En 1945, P. F. Tempels publie "La philosophie bantoue" qui traite de la philosophie d’Afrique noire : un immense problème tourne autour de la signature : pourquoi parle-t-on d’une pensée des Bantous ? Personne n’a récolté la parole individuelle...
Épisode 2 :

Philosopher en Afrique

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu'est-ce que l'ethnophilosophie critiquée par le philosophe africain Paulin J. Hountondji ? Quel tournant a-t-elle inscrit dans l'histoire de la philosophie ? Quelle problématique de la signature retrouve-t-on en philosophie africaine et dans les arts africains ?

En 1945, P. F. Tempels publie "La philosophie bantoue" qui traite de la philosophie d’Afrique noire : un immense problème tourne autour de la signature : pourquoi parle-t-on d’une pensée des Bantous ? Personne n’a récolté la parole individuelle...
En 1945, P. F. Tempels publie "La philosophie bantoue" qui traite de la philosophie d’Afrique noire : un immense problème tourne autour de la signature : pourquoi parle-t-on d’une pensée des Bantous ? Personne n’a récolté la parole individuelle... Crédits : Ernst Haas 1968 - Getty

Une émission enregistrée durant La Nuit de la Philosophie du 16 novembre à l’Unesco en compagnie de philosophes du monde entier à l’occasion de la journée mondiale de la philosophie.

La philosophie africaine est une certaine littérature, elle prend corps dans une bibliographie qui ne cesse de s’enrichir depuis bientôt trente ans...                                                  
Paulin J. Hountondji, "Sur la philosophie africaine", 1977

Comment est-ce que les Africains essaient-ils aujourd'hui de résoudre des problèmes liés à la transcendance, au rapport à l’art, aux divers contrats sociaux qui les lient, à leur espérance ? Au-delà d'une question de la définition d'une philosophie africaine, c'est bien tout l'enjeu de la discussion entre nos trois invités.

Les invités du jour :

  • Nadia Yala Kisukidi, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8
  • Jean-Godefroy Bidima, philosophe, professeur titulaire de la chaire Yvonne Arnoult au département de français et d’italien de l’université Tulane à la Nouvelle Orléans aux Etats-Unis  
  • Yacouba Konaté, philosophe, professeur titulaire de philosophie à l’Université d’Abidjan-Cocody et critique d’art

Paulin J. Hountondji et l'ethnophilosophie

La prise de position sur la philosophie africaine de Paulin J. Hountondji a fait l’effet d’une bombe qui a détruit ses adversaires, et en même temps, cela a laissé beaucoup de terre brûlée...                        
Il décrit ses adversaires sous le vocable d’ethnophilosophie. Il entend par là tous les auteurs qui, au lieu d’étudier la philosophie de Bergson ou d’Adorno, étudient la philosophie bambara ou akan... Cette prise de position a marqué un temps d’arrêt et a cassé le lien entre ce qu’on pourrait appeler la philosophie des "philosophieurs", ceux qui dans nos pays étudient Kant, répètent Kant, dans des positions de phonographe, et ceux qui étaient dans une sorte de recherche de philosophie africaine et pensaient que notre responsabilité était d’entrer en dialogue avec les cultures du terroir...                        
Yacouba Konaté

La philosophie est une aventure individuelle

L'ethnophilosophie est le fait de concevoir une philosophie africaine anonyme, une grande sagesse africaine. Hountondji s’est élevé contre ça pour dire que la philosophie est avant tout une aventure individuelle et qu’une société de philosophe ne peut pas s’être formée ensemble. Il critiquait donc cette philosophie anonyme mais par là il a viré vers une sorte d’idéologie parce que 30 ans après le vocable d’ethnophilosophe a servi aux philosophes africains à s’exclure les uns les autres !                      
Jean-Godefroy Bidima

La philosophie possède ses propres exclus

Faire de la philosophie, c’est poser des problèmes et il y aurait quelque chose de violent à considérer qu’on détermine nos problèmes uniquement en fonction de nos provenances. Moi je me suis engagée dans la philosophie avec un amour pour un certain nombre d’auteurs et dans ma conscience d’étudiante française, j’ai habité la philosophie en schizophrène : dans mon cursus je n’envisageais pas que le canon philosophique pouvait introduire d’autres auteurs, non pas parce qu’il n’y avait pas d’autres philosophes, mais parce que le canon dans lequel j’ai été amenée à habiter possédait lui aussi ses propres exclus. Derrida posait déjà ces questions dans les années 70-80. Puis dans des espaces contre-institutionnels, j’ai commencé à lire d'autres auteurs. La réconciliation a eu lieu avec la rencontre de Souleymane Bachir Diagne qui a travaillé sur les circulations intellectuelles. C’est de cette manière que la philosophie africaine est apparue comme problème au sens où il s’agissait pour moi, en mobilisant ce terme, de commencer à introduire du dissensus critique à l’intérieur du canon philosophique tel que je l’ai habité dans mes études en france.                    
Nadia Yala Kisukidi

Problématique de la signature

Un grand problème tourne autour de la signature : pourquoi parle-t-on d'une pensée d'ensemble des Bantous ? Parce qu'au moment où on récoltait cette parole, personne n’a récolté le nom de l'auteur qui l’a proférée. Ce même problème se retrouve dans les arts plastiques africains : on a pillé les autels, arraché des oeuvres dans des conditions hyper violentes et on a amené ces oeuvres sans prendre la précaution de connaître les auteurs. On a désanonymé des oeuvres qui sont maintenant ici pour dire que c’est de l’art traditionnel mais aujourd’hui il y a tout un courant de chercheurs dont le travail consiste, je trouve ça scabreux, à rechercher les auteurs de ces oeuvres...                  
Yacouba Konaté

La question de la traversée

On a trop théorisé sur qu’est-ce que la philosophie africaine, ce qui m’importe aujourd’hui c’est la question de la traversée. Qu’est-ce qui est important ? Est-ce d’où on vient et où on va ou l’entre-deux ? Cette interrogation me vient à partir d’une lecture du tableau de Géricault, "Le Radeau de la Méduse". Sur ce radeau, les gens ne savent pas s’ils vont survivre, ce qui est important n’est pas le but mais le mouvement de la traversée parce que si on réussit la traversée on sauve de par le fait même la provenance, l’origine. Or la traversée africaine aujourd’hui c’est quoi ? D’abord une injustice internationale sur le point de vue des échanges, les Chinois qui achètent nos terres, une élite cupide, une jeunesse avide de futur...                
Jean-Godefroy Bidima

Africana

Je suis intéressée par les traversées diasporiques, comment elles ont été marquées par ces expériences de l’injustice et ont produit des problèmes communs et des objets théoriques. Je reprends le terme philosophie africana à Lewis Gordon, penseur Jamaïcain et Américain qui a traversé toutes les frontières possibles, pour essayer de concevoir un continent théorique où l’Afrique est en dehors de l’Afrique et tellement en dehors d’elle-même qu’elle s’est transformée... Africana ne définit pas un être, un donné, mais un projet intellectuelle, une visée.                
Nadia Yala Kisukidi

Texte lu par Georges Claisse :

  • Extrait de Sur la philosophie africaine, critique de l'ethnophilosophie de Paulin J. Hountondji, 1976, éditions François Maspero

Sons diffusés :

  • Chanson d'Alpha Blondy, Brigadier Sabari
  • Chanson de Nina Simone, Flo Me La

Chroniques

10H55
5 min

Le Journal de la philo

Revue "Tumultes" : vers un monde commun ?
Intervenants
  • maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Paris 8
  • philosophe, professeur titulaire de la chaire Yvonne Arnoult au département de français et d’italien de l’université Tulane à la Nouvelle Orléans aux Etats-Unis
  • philosophe, professeur de philosophie à l’Université d’Abidjan-Cocody et critique d’art
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......