LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La version Browning au Théâtre de poche Montparnasse

La version Browning de Terrence Rattigan par Mona Ozouf, et les conseils de Caroline Broué

8 min
À retrouver dans l'émission

La philosophe et historienne Mona Ozouf nous conseille d'aller voir la Version Browning, pièce de Terrence Rattigan, au Théâtre de poche Montparnasse. Caroline Broué nous emmène au cinéma : au Festival de Cinéma Européen des Arcs, et voir le film Music of Strangers.

La version Browning au Théâtre de poche Montparnasse
La version Browning au Théâtre de poche Montparnasse

La philosophe et historienne Mona Ozouf a choisi de nous parler de la Version Browning, une pièce de Terrence Rattigan écrite en 1948 et mis en scène par Patrice Kerbrat en ce moment au Théâtre de Poche à Montparnasse. Si on ne peut pas aller voir la pièce, le texte est disponible aux éditions Les Solitaires intempestifs.

Les conseils de la Matinale du samedi

Affiche du festival de cinéma européen des Arcs
Affiche du festival de cinéma européen des Arcs

La 8e édition du festival de cinéma européen des Arcs se tient du 10 au 17 décembre 2016.

  • The Music of strangers
Affiche du film The music of strangers
Affiche du film The music of strangers

Beaucoup de bons films sont sortis cette semaine. Parmi eux, un dont on n’a pas beaucoup parlé, The Music of Strangers, sans doute moins intéressant pour sa forme que pour ce qu’il raconte, l’aventure de quelques musiciens prodigieux venus du monde entier et rassemblés à l’initiative du grand violoncelliste Yo-Yo Ma. Dans The Music of Strangers, le réalisateur Morgan Neville revient sur la création en 2000 de cet ensemble inédit de 50 musiciens issus des pays de la Route de la Soie, d’où son titre : le Silk Road Ensemble.

« On entend tout le temps que la musique est un langage universel qui crée des liens entre les gens. » explique le réalisateur. « Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment, et comment cela fonctionne-t-il ? »… Bonne question à laquelle le documentaire cherche à répondre en se focalisant sur 4 membres du groupe : Kayhan Kalhor, Iranien, Wu Man, Chinoise, Cristina Pato, Espagnole et Kinan Azmeh, Syrien. Kayhan est un virtuose du kamancheh, la vièle à pique persane, Wu joue du pipa, le luth chinois, Cristina est sonneuse de cornemuse de Galice où elle est surnommée la « Jimi Hendrix de la gaïta », et Kinan s’impose avec sa clarinette comme l’une des stars montantes de la musique contemporaine syrienne. Tous ont pour point commun d’avoir vu leur culture menacée de disparaître. Tous s’efforcent individuellement de préserver leur identité culturelle et collectivement de découvrir et de partager celle des autres musiciens de l’ensemble. Projet compliqué à monter et à défendre, ils sont passés pour des touristes culturels, ce qui n’est pas un compliment, rien à voir entre eux, ce qui n’est pas facile quand on défend l’idée d’un langage universel. Mais ils y sont finalement arrivés puisque depuis 16 ans maintenant le Silk Road a enregistré 6 albums et joué devant deux millions de personnes dans 33 pays. Comme quoi, un groupe de personnes créatives qui excellent dans leur domaine et qui, plus que tout, aiment travailler ensemble, ça peut donner des choses magnifiques. Comme dit Wu man, « Je crois que le monde est rond. Il n’y a ni Est ni Ouest : c’est juste un globe ».

Chroniques
7H15
29 min
L'Invité(e) culture
Dans l'exposition Soulèvements avec Georges Didi-Huberman : "Se soulever, c'est une force"
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......