LE DIRECT
Le démembrement du Louvre en 1815, vu par la caricature anglaise : "Le départ d'Apollon et des Muses" ou "Adieu Paris" (British Museum )
Épisode 4 :

Droit et morale

58 min
À retrouver dans l'émission

Quel est le cadre qui règle les spoliations ou les translocations d'œuvres d'art autour de 1800? s'interroge Bénédicte Savoy. L'historienne s'attache au regard du droit sur la question de la reprise ou de la restitution des objets d’art et aux débats entre morale et droit, en 1815, après Waterloo.

Le démembrement du Louvre en 1815, vu par la caricature anglaise : "Le départ d'Apollon et des Muses" ou "Adieu Paris" (British Museum )
Le démembrement du Louvre en 1815, vu par la caricature anglaise : "Le départ d'Apollon et des Muses" ou "Adieu Paris" (British Museum ) Crédits : George Cruikshank (impression) /J Sidebotham (publication)

Bénédicte Savoy, Titulaire de la chaire internationale « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXesiècle », au Collège de France et Professeur à la Technische Universität de Berlin, nous entraîne dans une grande enquête autour du moment 1815, quand, le Musée Napoléon, futur musée du Louvre, a dû restituer les chefs d’œuvre qu’il avait conquis. Elle s’attache aux discours, aux textes, aux pétitions, tout ce qui exprime les "polyphonies européennes" sur la question des prises, des translocations et du retour des objets d'art, dans sa série intitulée "1815 : Année zéro. L'Europe à l'heure des restitutions d'œuvres d'art"

L’historienne qui a fait sa thèse sur « les spoliations des biens culturels par la France en Allemagne autour de 1800 » a été nommée experte culturelle pour la restitution du patrimoine africain, le 5 mars, 2018 par le président de la République, aux côtés de l’écrivain et universitaire sénégalais Felwine Sarr (Felouine). Leur rapport a été rendu en novembre 2018. Au journal La Croix qui lui a consacré un beau portrait en janvier 2019, Bénédicte Savoy explique qu'elle a retrouvé dans les archives une autre expertise officielle réalisée au début des années 1980. 

« Il y a 40 ans, ce précédent rapport arrivait aux mêmes conclusions que le nôtre ». 

Malheureusement cette expertise est restée lettre morte. L'historienne reste néanmoins confiante sur la portée du rapport de 2018 sur la restitution du patrimoine africain. 

« Les lignes ont considérablement bougé » depuis les années 1980, se réjouit-elle. « La question des restitutions est un enjeu européen ». « La société civile se l’est appropriée à travers des films, des pièces de théâtres, des romans. Ce n’est plus un sujet d’experts ». 

Aussi nous plonge-elle aujourd'hui, et selon sa formule, « dans des histoires de droit avec la question des traités de guerre » , qui avait réglé les allées et venues des œuvres d'art autour de 1800, avant d'aborder le traité de Paris en 1814 et l'acte final du Congrès de Vienne, en juin 1815, avec la chute définitive de Napoléon. 

Ces deux traités règlent-ils pour autant le sort des œuvres d'art considérées, par certains comme volées par les troupes françaises, quand d’autres évoquent les contributions ou butins de guerre ?  Comment seules les œuvres d’art prises en Italie du Nord et à Rome ont-elles fait l'objet de traités ? s'interroge Bénédicte Savoy.

Quels sont les arguments juridiques des opposants aux restitutions, ceux qu'on appelle les légalistes face aux partisans des restitutions, les moralistes ?

Bénédicte Savoy ouvre aussi aujourd'hui la question complexe de "l'origine juridique des œuvres », après deux décennies de saisies révolutionnaires et impériales.  

Alors « est ce que les objets d’arts peuvent être soumis de la même manière que d'autres propriétés à des cadres juridiques? » demande l'historienne. « Et peut-on transformer ces cadres juridiques si on considère qu'ils ne sont plus conformes à la morale d'une époque? »

Nous gagnons le Collège de France, le 15 mars 2019 pour le cours de Bénédicte Savoy, aujourd’hui « Droit et morale »

Pour prolonger

Sa Leçon inaugurale a été publiée chez Fayard en 2014, sous le titre, Objets du désir, désir d’objets

Bénédicte Savoy a aussi publié Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, aux Éd.de la maison des sciences de l’homme, en 2003.

Références musicales :

Générique de fin  : Yokota Susumu, "Flaming love and destiny", extrait de l'album Symbol (Lo Recording, 2004). 

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......