LE DIRECT
Hubert Robert. Salle des Quatre Saisons au Louvre. Années 1790 Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris
Épisode 6 :

Le retour du même différent

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment les colonnes d'Aix-la-Chapelle ont-elles quitté leur cadre sépulcral pour embellir le Louvre? Comment le passage par Paris a-t-il transformé certaines œuvres qui avaient été saisies par les troupes napoléoniennes?Bénédicte Savoy analyse quelle est leur plus-value scientifique et politique.

Hubert Robert. Salle des Quatre Saisons au Louvre. Années 1790 Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris
Hubert Robert. Salle des Quatre Saisons au Louvre. Années 1790 Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris Crédits : Hubert Robert/Musée du Louvre

Comment des tableaux d’églises, sortis de leur contexte d'origine, reviennent-ils auréolés de leur exposition au musée du Louvre? Comment certaines oeuvres deviennent-elles l’objet de projections identitaires, tandis que leur retour devient un événement patriotique ?

Bénédicte Savoy, Titulaire de la chaire internationale « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXesiècle », au Collège de France et Professeur à la Technische Universität de Berlin analyse le phénomène des translocations d’œuvres d’art autour de 1815, quand, le Musée Napoléon, futur musée du Louvre, a dû restituer les chefs d’œuvre qu’il avait conquis. Sa série intitulée "1815 : Année zéro. L'Europe à l'heure des restitutions d'œuvres d'art" nous fait revivre les débats qui ont agité les villes et les pays européens autour des objets d’art qui avaient été saisis par les troupes françaises.

Bénédicte Savoy rappelle la définition de ce terme de translocation dans le contexte du temps long, ces 20 ans de guerres révolutionnaires et napoléoniennes :

« c'est à l'origine un terme de chimie génétique qui désigne, l'échange entre chromosomes provoqué par cassure et réparation, échange impliquant des mutations. Je crois que dans les sujets qui nous occupent, si on pense les déplacements d'œuvres d'art (les translocations, le passage d'un lieu à l'autre), aussi en termes de mutations, du fait du temps long , les choses changent et qu'on ne revient pas au même, on arrive à saisir ces translocations ». 

« C'est pourquoi aujourd'hui, poursuit-elle avec notre sujet, le retour du même différent, nous allons voir comment ce temps, qui passe affecte non seulement les frontières, les régimes, la carte de l'Europe, les structures d'accueil..., affecte aussi les objets eux mêmes. »

En introduction de sa série, l'historienne notait :

"Les chevaux de Saint-Marc sont partis avec une certaine puissance symbolique ou une narration qui leur était propre jusqu'à leur départ, en 1797. Ils reviennent en 1815 et sont rapportés par l'empereur d'Autriche. (...) Ils sont codifiés autrement. C'est l'une des très grandes questions sur le sujet des restitutions. Le fait que les objets pendant leur absence - et plus elle est longue, plus le phénomène est important, - les objets se transforment, ils ne restent pas les mêmes."

Nous gagnons le Collège de France, le 29 mars 2019 pour le cours de Bénédicte Savoy, aujourd’hui "Le retour du même différent".

Pour prolonger

Sa Leçon inaugurale a été publiée chez Fayard en 2014, sous le titre, Objets du désir, désir d’objets

Bénédicte Savoy a aussi publié Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, aux Éd.de la maison des sciences de l’homme, en 2003.

Références musicales :

Générique de fin  : Yokota Susumu, "Flaming love and destiny", extrait de l'album Symbol (Lo Recording, 2004). 

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......