LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Enterrement de victimes de la peste à Tournai. Détail / miniature des "Chroniques et annales de Gilles Le Muisit", abbé de Saint-Martin de Tournai
Épisode 4 :

3 pandémies de peste : la composition des mondes"

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment Alexandre Yersin & Kitasato Shibasaburo identifient-ils le bacille de la peste? Avant la découverte de Paul Louis Simond sur la puce du rat comme vecteur de zoonose, de quelle façon le Dr Adrien Proust a-t-il flairé le rat au temps de la révolution pasteurienne? demande Patrick Boucheron.

Le docteur Simond injectant le sérum contre la peste à Karachi, 4 juin 1898, cliché publié dans la revue "La Contemporaine" en 1901
Le docteur Simond injectant le sérum contre la peste à Karachi, 4 juin 1898, cliché publié dans la revue "La Contemporaine" en 1901 Crédits : Paul-Louis Simond archive/Institut Pasteur de Paris/wikicommons

"De la "pestis" des anciens à la peste des modernes, de quelle façon "les dangers d’un Orient pernicieux" peuvent-ils révéler un orientalisme épidémiologique? Au-delà de la découverte du bacille de la peste, quel est le style d'Alexandre Yersin en un temps où il faut rendre visible les invisibles microbes?

Patrick Boucheron,  titulaire de la chaire "Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle", nous entraîne dans une vaste enquête interdisciplinaire autour de la "peste noire", pandémie qui a sévi au milieu du XIVe siècle. Cours après nous découvrons comment cette épidémie, de l'Antiquité biblique et gréco-latine à l'époque contemporaine, peut poser un défi narratif. 

Dans le cours précédent, le médiéviste est revenu sur la polysémie du mot peste à partir de ce qu'il a appelé la scène originelle de Thucydide dans La guerre du Péloponnèse. Si le mode peste désigne une maladie contagieuse depuis l'Antiquité, elle désigne avant tout un fléau destructeur et une "trame narrative" où les mots manquent.

Le cours d'aujourd'hui met l'accent sur le XIXe siècle et la 3e pandémie de peste. Patrick Boucheron indique néanmoins :

"La découverte du bacille de la peste par Alexandre Yersin à Hong Kong en 1894 est indissociable d’un orientalisme épidémiologique qui transporte, dans la peste des modernes, l’imaginaire de la pestis des anciens". 

Cela posé, continue l'historien, 

"Elle n’en constitue pas moins une rupture, analysée ici comme un « style » qui traverse les disciplines pour produire le récit d’une nouvelle composition des mondes de la peste, mais aussi d’une nouvelle chronologie où ce qui se passe au loin documente un passé invisible".

Le père de Marcel Proust, fait le tableau de la peste chinoise à  Canton en 1894 et il note que "l’apparition de l’épidémie fut précédée par la mort des rats", indique Patrick Boucheron avant d'expliquer :

"Adrien Proust relève l’épizootie murine sans vraiment en comprendre le rôle dans la transmission vers l’homme, et il cherche dans l’histoire ancienne, toujours à tâtons, des témoignages qui iraient dans le même sens. Ils les trouvent par exemple dans les mentions des épidémies bibliques. Ainsi dans le Livre de Samuel (V, 1-5) quand Dieu frappe les Philistins, coupables d’avoir dérobé à Israël l’arche d’Alliance. La peste qui les afflige est une « panique mortelle » ; les Philistins la font cesser en restituant l’Arche d’Alliance et en l’accompagnant d’une réparation : « Cinq tumeurs d’or et cinq rats en or, car c’est un même fléau qui les a tous atteints, ainsi que vos princes ». Perplexe, Adrien Proust commente ce passage à partir d’un tableau fameux de Nicolas Poussin, La peste d’Asdod, aujourd’hui conservé au Musée du Louvre, qui représente le moment où les Philistins, qui avaient transporté l’Arche d’Israël dans le temple de Dagon à Ashdod, découvrent la statue de leur dieu brisé et se découvrent eux-mêmes malades de la peste".

Nicolas Poussin - La Peste à Ashdod, 1630 (Musée du Louvre)
Nicolas Poussin - La Peste à Ashdod, 1630 (Musée du Louvre) Crédits : Wikicommons

Mais avant de partir sur les traces des docteurs modernes qui cherchent à percer les secrets de la peste, Patrick Boucheron convoque le docteur de fiction imaginé par Albert Camus dans son roman La Peste pour interroger, encore une fois, comment les motifs de Thucydide reviennent d'une époque à l'autre.

Tout de suite et, décidément, pourquoi la peste est-elle ce qui échappe à la mesure de l'homme et comment l'imagination de la peste infecte-t-elle la peste ?

Nous gagnons le Collège de France les 19 et 26 janvier  2021, pour le cours de Patrick Boucheron, aujourd’hui, « 3 pandémies de peste : la composition des mondes"

Bibliographie

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......