LE DIRECT
autel de Pergame La face ouest de l'autel de Pergame, dédié à Zeus et à Athéna, a été reconstituée dans la salle centrale du musée. L'autel fut érigé entre 164 et 156 av. J.C. à Pergame (Asie mineure) par les souverains attalides.
Épisode 3 :

L'autel de Pergame, des fragments monumentaux à Berlin

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment l’autel de Pergame, ce monument consacré à Zeus au IIe siècle Avant JC est-il arrivé à Berlin ? "Comment cette oeuvre participe-t-elle d’un modèle muséal où s’affirme la voie nationale?" demande l’historienne de l’art Bénédicte Savoy. Quels sont les règlements sur les Antiquités?

autel de Pergame La face ouest de l'autel de Pergame, dédié à Zeus et à Athéna, a été reconstituée dans la salle centrale du musée. L'autel fut érigé entre 164 et 156 av. J.C. à Pergame (Asie mineure) par les souverains attalides.
autel de Pergame La face ouest de l'autel de Pergame, dédié à Zeus et à Athéna, a été reconstituée dans la salle centrale du musée. L'autel fut érigé entre 164 et 156 av. J.C. à Pergame (Asie mineure) par les souverains attalides. Crédits : Wikicommons/Dalbera

Quelles relations entre l’empire Ottoman et les archéologues européens en Asie Mineure?  Même un édifice peut être délocalisé et reconstruit en une mise en scène qui fera date dans l’histoire muséographique européenne, et c’est ce que nous allons découvrir aujourd’hui.  

Bénédicte Savoy, Titulaire au Collège de France de la chaire internationale « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXesiècle » et Professeur à la Technische Universität de Berlin, s’attache aux destins des objets d’art dans le cadre de sa stimulante série, intitulée, « A qui appartient la beauté, Arts et cultures du monde dans nos musées ». Elle analyse du plus petit bien culturel à l’édifice monumental, les phénomènes de translocations, ou déplacements des œuvres. Elle justifie ce terme dans une interview donnée en 2017 au journal Le Monde et j’en rappelle les termes : le mot translocation fait  « entrer toutes les catégories d'appropriation d'œuvres d'art et du patrimoine aux dépens d'un plus faible, économiquement ou militairement ». Nous suivons depuis le cours précèdent le cas d’objets ou d’œuvres de l’Antiquité qui ont pu être « délocalisés » sinon déracinés en toute légalité.  Dans sa leçon inaugurale, Bénédicte Savoy rappelle : 

« C’est la Révolution française qui impose à l’Europe cette idée nouvelle, dont nos musées sont les héritiers directs, selon laquelle, l’appropriation intellectuelle des « objets d’art et de science », comme on les appelle alors, est nécessairement liée à leur appropriation matérielle » (P. 39). 

L'historienne de l'art met alors en valeur le lien entre accumulation d’objets, production de savoir et fantasmes de domination universelle. Elle rapproche ce phénomène des catégories de libido décrites par Saint Augustin, puis réinvesties dans un sens laïc aux XIXe XXIe siècles, la libido sentiendi  qui est le désir des sens au sens large ; la libido sciendi qui est le désir de connaissance ; la libido dominant qui est le désir de domination ». L’histoire de l’autel de Pergame, dans l'actuelle Turquie, d’abord parti en quelques fragments en Grande Bretagne, puis reconstruit magnifiquement à Berlin, c'est aussi l'itinéraire d'une oeuvre monumentale qui se charge d'une dimension politique, devenant un symbole de Berlin, comme le buste de Néfertiti, avant d’être emportés par les Russes puis rendu à la RDA, acte politique fort… C’est le destin singulier d’un édifice antique arraché à sa ville natale en Asie mineure que nous suivons de la fin du XIXe siècle à 1959 et aujourd’hui.  

Rappelons comment Bénédicte Savoy décrit l'autel de Pergame dans sa leçon inaugurale. "A Berlin, le musée de Pergame vient d'ouvrir au public. On y voit une reconstruction grandeur nature de l'autel de Zeus découvert par des archéologues prussiens vingt ans plus tôt dans la province d'Izmir de l'actuelle Turquie. L'autel est orné d'une frise monumentale: la gigantomachie, qui représente la victoire des Dieux sur les géants, de l'ordre sur le désordre. La frise est faite de 120 plaques de marbre hautes de 2,30m. 

Et nous gagnons le Collège de France, le 3 mai 2017 pour le cours de Bénédicte Savoy, « A qui appartient la beauté ? aujourd’hui, l’autel de Pergame »

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......