LE DIRECT
Château de Charlottenbourg, carte postale de 1982 / L'Enseigne de Gersaint, par A. Watteau, 1720 / Petit Palais, Exposition Universelle 1900
Épisode 7 :

Watteau et les projections nationalistes

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est ce qui s’est joué entre la France et l’Allemagne autour de l’Enseigne de Gersaint de Watteau ? Pourquoi l’intérêt croissant pour ce tableau ? Reflète-t-il l’esprit français ? Bénédicte Savoy revient sur l'histoire de cette oeuvre et les projections identitaires qu'elle a pu susciter.

Château de Charlottenbourg, carte postale de 1982 / L'Enseigne de Gersaint, par A. Watteau, 1720 / Petit Palais, Exposition Universelle 1900
Château de Charlottenbourg, carte postale de 1982 / L'Enseigne de Gersaint, par A. Watteau, 1720 / Petit Palais, Exposition Universelle 1900 Crédits : WikiCommons

Comment une exposition peut-elle devenir une pomme de discorde, le lieu d’agacements nationaux ou au contraire de réconciliation? Comment l’Allemagne après 1945 et la destruction de ses grands musées, a-t-elle été privée pendant 10 ans de ses grandes collections d’œuvres d’art par les alliés Russes, Américains et la Grande Bretagne en tête mais aussi la France ? 

Historienne de l’art, germanophone, qui vit à Berlin où elle est Professeur à la Technische Universität de Berlin, Bénédicte Savoy esttitulaire de la chaire internationale « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXesiècle » au Collège de France. Elle nous entraîne depuis sa leçon inaugurale, donnée en 2017, dans une vaste et complexe enquête autour du destin et des déplacements des biens culturels, ces « objets du désir », comme elle les qualifie qui peuvent être ôtés de leur lieu de création en toute légalité ou spoliés sinon volés en période de guerre, dans le cadre de sa série de cours intitulée, « A qui appartient la beauté, Arts et cultures du monde dans nos musées ».

Elle nous transporte après guerre, en Amérique et dans l’Europe des années 1950, dans les pays vainqueurs qui organisent des expositions hybrides entre mise en scène des trophées de guerres, ici les tableaux issus des collections des musées allemands et exposition moderne, avec éclairage électrique approprié, campagne de presse avec reproduction des œuvres vedettes en couleurs... Il en est ainsi du clou de l’exposition à Paris de 1951 avec le tableau de Watteau l’Enseigne de Gersaint, tableau auquel les Français sont plus qu’attachés.

Si les uns demandent le retour de ce trésor, d’autres voient dans cette exposition, l’occasion de célébrer après les horreurs de la guerre, une Europe unie, la réconciliation. Bénédicte Savoy nous livre un beau texte journalistique qui évoque le bonheur de voir venir les chefs d’œuvres pour des objets qui ne se déplaçaient guère et d’y trouver pour les peuples meurtris des nourritures spirituelles. Comment une oeuvre peut-elle créer un sentiment d’humanité profonde?

Mais dans cette série de cours, le balancier balaie le spectre large des sentiments humains et contradictoires.  Après les têtes de bronze du palais d’été de Pékin, c’est une nouvelle projection nationale, une autre « blessure patrimoniale », cette fois-ci du côté français qu’elle analyse et dont elle nous livre les manifestations, aujourd’hui excessives, dans une Europe réconciliée. Nous découvrons ainsi en fin de cours la violence verbale et à fleur de peau d’Aragon. Dans une interview déjà citée au Monde en 2017, l’historienne rappelait:

« il y a toujours un lien entre les êtres humains et les œuvres d'art. Les Russes expliquent qu'ils ont pris des œuvres aux Allemands en 1945, mais que c'est le prix du sang versé. »

Alors que les alliés font circuler les tableaux allemands, elle glisse les interrogations des musées allemands qui suivent à distance le destin de leurs collections éparpillées, en espérant le retour des oeuvres. Et nous gagnons le Collège de France, le 7 juin 2017 pour le cours de Bénédicte Savoy, « A qui appartient la beauté ? aujourd’hui, Watteau et les projections nationalistes »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Remerciements: Sandra Escamez, Spécialiste documentaire à l'Institut national de l'audiovisuel.

Bibliographie

Objets du désir, désir d'objets.

Objets du désir, désir d'objets Bénédicte SavoyCollège de France / Fayard, 2017

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......