LE DIRECT
Vassily Kandinsky, Fugue, oil on canvas 129,5х129,5 sm, Basel, Switzerland, Collection Ernst Beyeler.
Épisode 4 :

Dissonances et consonances : les avant-gardes

1h
À retrouver dans l'émission

Comment « la dissonance picturale et musicale d’aujourd’hui, selon le mot de Kandinsky en 1911, n’est rien d’autre que la consonance de demain? ». Roland Recht et Makis Solomos mettent en valeur les ruptures, interrogent les avant-gardes artistiques, avant le Premier conflit mondial.

Vassily Kandinsky, Fugue, oil on canvas 129,5х129,5 sm, Basel, Switzerland, Collection Ernst Beyeler.
Vassily Kandinsky, Fugue, oil on canvas 129,5х129,5 sm, Basel, Switzerland, Collection Ernst Beyeler. Crédits : Kandinsky / Wikicommons

Comment l’art va-t-il se retirer de la sphère publique à l’orée de la Première Guerre mondiale? Demande l’historien de l’art Roland Recht. Quelles sont les nouvelles définitions des arts plastiques dans leur relation avec le public ? Comment « l’implication du spectateur dans le processus cognitif » devient-il « une nécessité pour Duchamp » ? Comment « ce n’est plus la beauté qui distingue l’oeuvre d’art mais sa nouveauté » ? Comment l’introduction du paradigme du son, de la problématique de l’écoute s’avèrent en musique une rupture tout aussi essentielle que celle de l’atonalité qui a été critiquée dès les années 1907-1908? Demande le musicologue, spécialiste de Xenakis, Makis Solomos.

Nous vous proposons, toute cette semaine et la suivante, de larges extraits du colloque donné à l’automne 2014, sous le titre, "Autour de 1914-1918 : nouvelles figures de la pensée, Sciences, arts et lettres",. Dans cette perspective, le Collège de France a invité ses professeurs et différents chercheurs dans une approche interdisciplinaire sur la question des répercussions sur le long terme de la Première guerre mondiale.

Makis Solomos, professeur de musicologie à l’université Paris VIII et chercheur à Musidanse, s’attache à montrer, en émaillant son analyse de brefs extraits musicaux en deuxième partie, comment, de Claude Debussy à Arnold Schönberg, en passant par le « son organisé » d’Edgar Varèse, au-delà de la rupture de l’atonalité, aux alentours de 1914 et jusqu’à aujourd’hui, 

« le son est devenu un des enjeux majeurs de la musique. Tout s’est passé, dit-il, comme si durant un siècle environ, la musique avait amorcé un changement de paradigme , à savoir le passage d’une culture musicale centrée sur le ton à une culture du son ».

Roland Recht, professeur honoraire au Collège de France, titulaire de la chaire d'« Histoire de l'art européen médiéval et moderne », s’arrête pour sa part, en première partie sur trois personnalités isolées et non des moindres, Pablo Picasso, Marcel Duchamp et Vassily Kandinsky, dans les 3-4 années qui précèdent la guerre, car ces trois artistes « se situent à des moments cruciaux de leurs évolutions respectives, à un tournant de l’art moderne. » Et il revient sur la notion d’avant-gardes, leur élaboration plus ou moins brutales, le « protocole d’une rupture avec la tradition » et le « divorce définitif entre les masses et l’art moderne en 1912-1913». 

« En schématisant les choses, nous dit-il, on pourrait dire que les innovations introduites par Picasso, Duchamp et Kandinsky indiquent les trois voies principales qu’empruntera l’art du XXe siècle, la peinture régénérée par le collage; l’art conceptuel; enfin l’abstraction qui adoptera différentes modalités ». 

Et nous gagnons le Collège de France, le 17 octobre 2014 pour le colloque « Autour de 1914-1918 : nouvelles figures de la pensée », tout de suite, Roland Recht, « Picasso, Duchamp, Kandinsky. L'avant-garde et ses prémices », puis, Makis Solomos, "Ruptures musicales superficielles et profondes autour de 1914-1918".

Extraits musicaux proposés par Makis Solomos :

  1. A
  2. rnold Schönberg, Six petites pièces pour piano, op. 19: n°1 / Piano: Glenn Gould
  3. 2. Claude Debussy, Jeux / The Cleveland Orchestra, direction Pierre Boulez
  4. 3. Arnold Schönberg, 5 pièces pour orchestre op. 16: n°3: « Farben » / London Symphony Orchestra, direction Anton Dorati / 
  5. Edgar Varèse, Ionisation / Royal Concertbouw Orchestra, Asko Ensemble, direction Riccardo Chailly
  6. Anton Webern, Symphony op. 21 / London Symphony Orchestra, direction Pierre Boulez

Pour prolonger :

  • Les actes du colloque ont été publiés sous la direction d’Antoine Compagnon, chez Odile Jacob en 2015.
  • Roland Recht a dirigé le Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, aux Presses universitaires de Strasbourg et il publie avec Agnès Callu L'historien de l'art : conversations dans l’atelier, prochainement aux Editions L'Atelier contemporain. 
  • Makis Solomos a publié De la musique au son. L'émergence du son dans la musique des XXe-XXIe siècles aux Presses Universitaires de Rennes en 2013.
Intervenants
L'équipe
Coordination
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......