LE DIRECT
Formella 18, apelle o la pittura, Nino Pisano, 1334-1336 (détail)
Épisode 4 :

La perfection de l’imperfection et le motif du hasard

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment Pline l’Ancien évoque-t-il à plusieurs reprises la question de l’achèvement de l’oeuvre dans l’histoire de la peinture antique, avec les figures des peintres Apelle et Protogene? Comment cet auteur a-t-il servi d’inspiration à Balzac pour son roman "Le Chef d’Oeuvre inconnu" au XIXe siècle?

Formella 18, apelle o la pittura, Nino Pisano, 1334-1336 (détail)
Formella 18, apelle o la pittura, Nino Pisano, 1334-1336 (détail) Crédits : Wikicommons

Comment le jet d’une éponge a-t-il permis d’achever une oeuvre picturale, comme le raconte Pline et comment le hasard peut-il se transformer en méthode, en force créatrice?

Pierre-Michel Menger, titulaire de la chaire « Sociologie du travail créateur », nous entraîne sur plusieurs semaines dans une grande et passionnante enquête intitulée "Comment achever une œuvre ? Travail et processus de création".

Il poursuit aujourd’hui son interrogation des enjeux de la formule, "le moins est plus", le célèbre "less is more" du poète Robert Browning. Le cours précédent s’est achevé sur les révolutions picturales initiées par Cézanne et Picasso et sur la la question de la « perfection de l’imperfection » qui a fait fureur au XXè siècle? Pierre-Michel Menger nous fait voyager dans l’histoire des arts créatifs, nous retrouvons à côté des peintres, les écrivains, Paul Valéry,  qui a réfléchi sur le rôle du hasard, mais aussi Claire Brétecher à côté des théoriciens de l’art et surtout de Pline l’Ancien qui sert de « matrice » à l’analyse de Pierre-Michel Menger.

Dès les premiers cours, le sociologue a montré comment les artistes réfléchissent sur le travail créateur et documentent l’élaboration de leur oeuvre. Il a cité déjà Paul Valéry et son insistance sur le travail opiniâtre de l’artiste et son obsession à relancer sans cesse l’oeuvre. 

"Les œuvres d’art, écrit Valéry, donnent l’idée d’hommes plus précis, plus maîtres d’eux-mêmes, de leurs yeux, de leurs mains, plus différenciés et articulés que ceux qui regardent l’ouvrage fait, et qui ne voient pas les essais, les repentirs, les désespoirs, les sacrifices, les emprunts, les subterfuges, les années, et enfin les hasards favorables – tout ce qui disparaît, tout ce qui est masqué, dissipé, résorbé, tu et nié, tout ce qui est conforme à la nature humaine et contraire à la soif de merveilleux, - laquelle est toutefois un instinct essentiel de cette nature". 

Alors comment le hasard, le contrôle, la chance et le labeur créateur s’entrelacent-ils? Comment plusieurs forces composent-elles ensemble dans l’élaboration d’une oeuvre ? 

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 8 mars 2019, pour le cours de Pierre-Michel Menger,  aujourd’hui La perfection de l’imperfection et le motif du hasard"

Référence musicale 

Thelonius Monk avec John Coltrane,  « Monk's mood »"

Intervenants
  • sociologue, titulaire de la chaire Sociologie du travail créateur au Collège de France
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......