LE DIRECT
Cuirassé dreadnought, construit pour la marine impériale allemande, le SMS Posen a participé à la bataille du golfe de Riga contre la marine impériale russe et la Royal Navy en août 1915.
Épisode 1 :

Le problème russe en 1914 et l’Empire ottoman

59 min
À retrouver dans l'émission

"Question d’Orient ou question d’Occident"?, selon la formule de l’historien Arnold Toynbee? Pourquoi revenir sur les causes profondes et immédiates de la grande guerre? L'historien Henry Laurens s'interroge, qui est passif et qui est actif au moment où les événements se précipitent?

Cuirassé dreadnought, construit pour la marine impériale allemande, le SMS Posen a participé à la bataille du golfe de Riga contre la marine impériale russe et la Royal Navy en août 1915.
Cuirassé dreadnought, construit pour la marine impériale allemande, le SMS Posen a participé à la bataille du golfe de Riga contre la marine impériale russe et la Royal Navy en août 1915. Crédits : Wikicommons/US National Archives photo

Pourquoi prendre conscience des héritages de l’histoire ? Quels sont les enjeux autour des axes structurants des réseaux de chemins de fer et de la course aux super-cuirassés entre Grande Bretagne, Allemagne et Empire ottoman ? Acteur majeur, en 1914, la Russie cherchait-elle la guerre et quel était le problème de sa politique alors que l’empire ottoman s’équipait en super-cuirassés? Comment le nationalisme turc va-t-il se distinguer du nationalisme Ottoman ?

Henry Laurens, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Histoire contemporaine du monde arabe », nous entraîne en 1914 et ouvre une nouvelle série, intitulée, « Les crises d'Orient : le Moyen-Orient à partir de 1914 ». Son cours s’inscrit dans « l’absolue continuité de son dernier livre publié chez Fayard,  Les crises d'Orient. Question d’Orient et Grand Jeu (1768-1914), . Dans la présentation qui accompagne ce nouveau cycle de récit-analyse qui va explorer la période qui s’étend de 1914 aux années 1970 dans un premier temps, Henry Laurens indique: 

« Mes cours seront en quelque sorte une histoire politique du Moyen-Orient comme objet géopolitique. Le but est évidemment de montrer que la source des violences, à travers les complexités des analyses historiques, réside beaucoup plus dans la géopolitique que dans une quelconque culture. »

L’année précédente, il avait pu rappeler qu’il considérait « L’histoire comme un immense feuilleton sans conclusion ». Le schéma de crises qu’il a mis à jour, sur la question d’Orient au XIXe siècle, c’est-à-dire « la confusion permanente entre politiques locale, régionale et internationale existe toujours », et la crise syrienne d’aujourd’hui s’inscrit dans ce canevas (Le Figaro Magazine). C’est une « grammaire géopolitique » dans laquelle il nous fait entrer au moyen de l’histoire militaire et diplomatique.

Il rappelle aussi bien sûr l’enjeu des accords, des coalitions :

« pour avoir une politique étrangères active, il faut s’assurer d’avoir des alliances »

L’historien souligne également :

« La crise qui commence fin juin 1914, s’inscrit dans le prolongement séculaire de la rivalité entre Autrichiens et Russes dans la péninsule balkanique".

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 15 novembre 2017, pour le cours d’Henry Laurens, « Les crises d'Orient : le Moyen-Orient à partir de 1914 », aujourd’hui « quel est le problème russe en 1914? »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire contemporaine du monde arabe.
L'équipe
Coordination
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......