LE DIRECT
Mosquée des Omeyyades, 28 oct. 2017 : fuite des pigeons effrayés par un bombardement dans la banlieue, près de Jobar & de la Ghouta à l'est, où depuis 2012, plus de 23 000 civils auraient été tués, dans cet ancien oasis agricole & grenier de Damas.
Épisode 1 :

Le miroir de Damas

58 min
À retrouver dans l'émission

Des temps anciens à aujourd’hui, quelle "part de Syrie, avons-nous, tous, en nous" ? Comment le jeu des puissances prétendant agir pour les minorités, à partir du milieu du XIXe siècle, a-t-il creusé à chaque fois leur tombeau ? S’interroge l’historien Jean-Pierre Filiu.

Mosquée des Omeyyades, 28 oct. 2017 : fuite des pigeons effrayés par un bombardement dans la banlieue, près de Jobar & de la Ghouta à l'est, où depuis 2012, plus de 23 000 civils auraient été tués, dans cet ancien oasis agricole & grenier de Damas.
Mosquée des Omeyyades, 28 oct. 2017 : fuite des pigeons effrayés par un bombardement dans la banlieue, près de Jobar & de la Ghouta à l'est, où depuis 2012, plus de 23 000 civils auraient été tués, dans cet ancien oasis agricole & grenier de Damas. Crédits : Photo by Sally Hayden/SOPA Images/LightRocket via Getty Images - Getty

Rediffusion du 12 novembre 2018

Cette semaine, voici trois contributions extraites du séminaire d’Henry Laurens, titulaire de la chaire, Histoire contemporaine du monde arabe, dans le cadre de sa grande réflexion sur la Culture politique arabe en 2017. 

C’est Jean-Pierre Filiu,  professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po, qui ouvre cette réflexion, avec engagement et sensibilité, à partir de son livre, Le Miroir de Damas, publié en 2017 à la Découverte. 

Humanitaire au Liban au moment de la guerre civile libanaise, diplomate, chercheur, ayant longtemps vécu en Syrie (son premier séjour remonte à 1980), Jean-Pierre Filiu a eu plusieurs vies, ce que ne manque pas de rappeler Henry Laurens.  

En ouverture du Miroir de Damas, Jean-Pierre Filiu note que nous avons tous en nous une part de Syrie. Il se donne donc pour projet de renouer avec la part de l'histoire universelle qui s'est déroulée là-bas, au-delà des violences inimaginables d’aujourd’hui et de l’instrumentalisation des faits qui peut en résulter.

Les espaces de Syrie, ses cités, ses vallées, ses citadelles sont saturés d'une histoire complexe, souligne l'historien.

Eglise byzantine Saint Simeon Stylites (près d'Alep, en Syrie). Datant du Ve siècle et classée au patrimoine mondial, elle a été lourdement touchée en 2016 par une frappe aérienne pendant la guerre civile syrienne.
Eglise byzantine Saint Simeon Stylites (près d'Alep, en Syrie). Datant du Ve siècle et classée au patrimoine mondial, elle a été lourdement touchée en 2016 par une frappe aérienne pendant la guerre civile syrienne. Crédits : Epics - Getty

Le séminaire d’aujourd’hui nous fait entrer dans cette histoire riche et complexe, de Saint-Paul à la haute figure d’Abdelkader, l’Algérien sauveur de chrétiens, des Omeyyades à la mise en valeur de cette terre, à la fois espace de massacres et de refuge, berceau de bien des mouvements et du jeu néfaste des puissances. 

Nous y retrouvons la France qui s’attribue les destinées de la Syrie après la Première Guerre mondiale et une vision des mandats aux antipodes du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En dernière partie de sa conférence, Jean-Pierre Filiu interroge le "paradoxe gaullien". Qu'est-ce qu'on ne fait pas dire à Charles de Gaulle et à sa formule tronquée sur « l’Orient compliqué » ? se demande-t-il, avant de nous livrer la citation entière et un commentaire développé.

Au Magazine l’Obs en 2017, Jean-Pierre Filiu expliquant son projet soulignait : 

J'ai voulu renouer avec la perspective du temps long, de saint Paul à Henry Kissinger. Cela permet un nouveau regard sur un conflit où tout le monde se sent impuissant (…).

Le martyre d'Alep, une des cités les plus anciennes de l'humanité, est à cet égard un tournant majeur. L'ONU y a laissé violer, à l'automne dernier, tous les principes du droit humanitaire. Et cela après avoir eu les preuves, mais sans en désigner le coupable, des bombardements chimiques d'août 2013. 

Ne pas désigner l'auteur d'un crime imprescriptible préparait une faillite aussi retentissante de la communauté internationale. Les monstres ont été réveillés et                                                                  
lâchés (…), ce qui se joue là-bas n'est pas qu'une affaire d'Arabes. Elle nous concerne au premier chef évidemment (…) parce qu'il y va de notre avenir collectif. L'idée que 'ce qui se passe en Syrie reste en Syrie' était moralement abjecte et stratégiquement inepte.

Tout de suite, nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 15 novembre 2017.

Damas, Ghouta, Syrie - 6 janvier 2018, les fumées, juste après une frappe aérienne russo-syrienne ayant fait 17 morts, dont 4 enfants et plus de 100 blessés parmi les civils.
Damas, Ghouta, Syrie - 6 janvier 2018, les fumées, juste après une frappe aérienne russo-syrienne ayant fait 17 morts, dont 4 enfants et plus de 100 blessés parmi les civils. Crédits : Mouneb Taim/SOPA Images/LightRocket/ Getty - Getty

Pour prolonger :

Jean-Pierre Filiu a publié à La Découverte, 

Jean-Pierre Filiu publie aussi un blog sous le titre, « Un si proche Orient » sur Le Monde.fr

Intervenants
  • professeur des universités en histoire à Sciences Po (Paris). Il anime sur le site du quotidien "Le Monde" le blog "Un si proche Orient".
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......