LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Paris, 27 juillet 1830. Saisie des presses du National, évènement déclencheur de la Révolution de Juillet./Portrait d’Armand Carrel, huile sur toile d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique
Épisode 5 :

Armand Carrel, l’esprit de chevalerie

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment "Le National", journal indépendant, fondé en janvier 1830 s’est-il identifié à Armand Carrel? Quel modèle de liberté de la presse a-t-il incarné? Pourquoi Carrel apparaissait-il comme un Républicain hautain et militaire? demande Antoine Compagnon.

Paris, 27 juillet 1830. Saisie des presses du National, évènement déclencheur de la Révolution de Juillet./Portrait d’Armand Carrel, huile sur toile d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique
Paris, 27 juillet 1830. Saisie des presses du National, évènement déclencheur de la Révolution de Juillet./Portrait d’Armand Carrel, huile sur toile d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique Crédits : Wikicommons/Ary Scheffer

Pourquoi, selon Sainte-Beuve, l'esprit chevaleresque d'Armand Carrel a-t-il participé à sa chute? Quelle était son amitié avec Chateaubriand? 

Nous avons découvert hier, dans le cadre de la série d’Antoine Compagnon, "De la littérature comme sport de combat", le talentueux et admiré, Armand Carrel, grand journaliste, mort en duel, ancien militaire, un temps condamné à la prison où il se forma comme homme de lettres, un temps secrétaire de l’historien Augustin Thierry. 

Homme d’honneur, défenseur de la liberté et du bien commun, Carrel vivait en concubinage dans un milieu parisien conservateur, sous la Restauration et Antoine Compagnon,  titulaire de la chaire "Littérature française moderne et contemporaine", avait souligné le « romanesque » de son destin auquel tout le monde était sensible… Et à commencer par Chateaubriand, qui voyait en Carrel, une sorte de "fils spirituel". Dans ses Mémoires d’Outre-Tombe, il note : 

"Carrel était à la fois le courage et le talent du National auquel il travaillait avec Messieurs Thiers et Mignet". 

"Rien de plus romanesque que sa vie », écrivait-il, en rappelant quelques épisodes illustres du sous-lieutenant rebelle « qui a échappé à mille dangers ». 

« L’amour se trouve mêlé aux troubles de son existence privée. Il lui faut protéger une passion qui soutient sa vie et cet homme de cœur, toujours prêt au grand jour à se jeter sur la pointe d’une épée, met devant lui des guichets et les ombres de la nuit, il se promène dans les campagnes silencieuses avec une femme aimée, à cette première heure de l’aube où la diane l’appelait  à l’attaque des tentes de l’ennemi. »

Armand Carrel dont Antoine Compagnon analyse le charisme en début de cours, cite même l'éloge de John Stuart Mill pour "le plus grand chef de file politique de son temps", alors qu'il n'appartient à aucun parti et qu'il est la figure vivante du journaliste libre et indépendant, "admiré même de ses ennemis".

Nous le retrouvons aujourd’hui au moment où il va prendre la tête du journal indépendant Le National et se couvrir de gloire. Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France pour le cours d’Antoine Compagnon, le 6 février 2018, aujourd’hui « Armand Carrel, l’esprit de chevalerie »

Extrait de l'évocation d'Armand Carrel par John Stuart Mill dans Dissertations and Discussions, 1859
Extrait de l'évocation d'Armand Carrel par John Stuart Mill dans Dissertations and Discussions, 1859 Crédits : J. W. Parker/Harvard University
Intervenants
L'équipe
Coordination
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......