LE DIRECT
Portrait d’Armand Carrel d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique/Duel à Boulogne/Anne-Louis Girodet, Portrait de Chateaubriand, Saint-Malo, musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin.
Épisode 7 :

La salutaire prévoyance du duel

59 min
À retrouver dans l'émission

Quels ont été les trois duels politiques du journaliste Armand Carrel, demande Antoine Compagnon ? Comment pouvait-il concevoir le duel comme un prolongement de la liberté d’expression, un "acquis de la démocratie" alors que la Monarchie de juillet procède à des arrestations préventives ?

Portrait d’Armand Carrel d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique/Duel à Boulogne/Anne-Louis Girodet, Portrait de Chateaubriand, Saint-Malo, musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin.
Portrait d’Armand Carrel d’Ary Scheffer, Musée de la vie romantique/Duel à Boulogne/Anne-Louis Girodet, Portrait de Chateaubriand, Saint-Malo, musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin. Crédits : Wikicommons/Ary Scheffer

Ces arrestations préventives devaient permettre de contrer la vague de duels fatals, opposant Carlistes et Républicains en 1833. Quelle a été la querelle des responsabilités? Celle d'Armand Carrel à la tête du journal indépendant Le National a été dénoncée, suite au duel entre les deux députés, le Général Bugeaud et Dulong, qui perdit la vie en janvier 1834.  

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire "Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » poursuit la série inaugurée en 2017 autour  "De la littérature comme sport de combat".

Nous voici au 4e cours consacré au grand tribun républicain, Armand Carrel. Antoine Compagnon, explorant la figure du « soldat des lettres », incarnée chez Carrel, avait repris à l’issue du 1er cours la formule de Sainte-Beuve, 

« Carrel était fait pour devenir un des généraux remarquables de la République et de l’Empire, il s’est retrouvé journaliste, tout en restant sous-lieutenant ». 

C’est cette alliance de l’épée et de la "plume d’acier" que notre historien de la littérature interroge une nouvelle fois avec la question du "duel de mots" qui se prolonge sur le pré carré… où « l’on se rencontre », selon la formule des duellistes.

Nous avions laissé hier, notre fervent défenseur de la liberté, emprisonné à Sainte-Pélagie pour délit de presse. Nous retrouvons ce matin, Armand Carrel visité par Chateaubriand, dont Antoine Compagnon analyse sinon les signes d’amitié réciproque entre les deux adversaires politiques, sinon les signes d’un Carrel "fils spirituel" de Chateaubriand qui se souvient : 

« Depuis 1832, je n’ai cessé d’avoir des rapports avec lui jusqu’au jour où je l’ai suivi au cimetière de Saint-Mandé. Armand Carrel était triste : il commençait à craindre que les Français ne fussent pas capables d’un sentiment raisonnable de liberté ; il avait je ne sais quel pressentiment de la brièveté de sa vie : comme une chose sur laquelle il ne comptait pas et à laquelle, il n’attachait aucun prix, il était toujours prêt à risquer cette vie sur un coup de dés »… 

Et ce sont de belles et passionnantes citations des Mémoires d’Outre tombe que nous allons encore retrouver aujourd’hui dans le sillage d’Armand Carrel. 

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, les 13 et 20 février 2018 pour le cours d’Antoine Comagnon, aujourd’hui "La salutaire prévoyance du duel"

Intervenants
L'équipe
Coordination
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......