LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Trois Mercuries, Vénus assises et deux Amours, Bacchus, Mercury, Pan et les génies, Psyché et Diana avec une branche d'olivier, Paris, Bibliothèque des arts décoratifs (bibliothèque)
Épisode 2 :

Le daimôn, de Jane Ellen Harrison à Marcel Detienne

58 min
À retrouver dans l'émission

Quelles questions posent les "daimones", entités divines grecques, qu’on se gardera de traduire par "démons" ? Pourquoi revenir sur l’historiographie qui entoure la notion complexe de "daimôn" ? Quel est le daimôn des philosophes ? s’interroge l’historienne Vinciane Pirenne-Delforge.

Trois Mercuries, Vénus assises et deux Amours, Bacchus, Mercury, Pan et les génies, Psyché et Diana avec une branche d'olivier, Paris, Bibliothèque des arts décoratifs (bibliothèque)
Trois Mercuries, Vénus assises et deux Amours, Bacchus, Mercury, Pan et les génies, Psyché et Diana avec une branche d'olivier, Paris, Bibliothèque des arts décoratifs (bibliothèque) Crédits : photo de DeAgostini / Getty Images - Getty

Professeure au Collège de France, titulaire de la chaire « Religion, histoire et société dans le monde grec antique », Vinciane Pirenne-Delforge a mené sa carrière au Fonds de la recherche scientifique (FNRS) de la Fédération Wallonie-Bruxelles, tout en enseignant à l'université de Liège, où elle a dirigé l'unité de recherche « Histoire et anthropologie des religions ». Ses principaux champs d'investigation sont la religion grecque antique - notamment ses dieux et ses normes rituelles -, le fonctionnement des systèmes polythéistes dans les cultures anciennes, ainsi que l'historiographie des religions. 

Elle interroge cette année les entités des "Dieux, des daimones et des héros".

Dans le cours précédent, elle s’est demandée où nous en étions de la question du daimôn et en quoi cette interrogation sur le daimôn pouvait nous permettre de saisir des moments intéressants dans la manière dont nous avons abordé la religion des Grecs. Elle est revenue sur l’historiographie autour des daimones depuis le milieu du XIXe siècle. Elle a montré comment ces daimones offraient une excellente clé d’entrée alors que l’on interroge le postulat tenace de la hiérarchie entre grands dieux et dieux mineurs.

Vinciane Pirenne-Delforge est également revenue sur les travaux de Joseph Antoine Hild qui, quoique bien ancrés dans leur temps ne sont pas dépourvus d’intuition. Elle note d'ailleurs :

"L’association de ce que Hild appelle le « démon » à « l’action de la divinité dans le monde » était du meilleur aloi pour entrer dans une véritable interrogation sur la puissance des dieux. 

Ce que Hild fournit au total, c’est une sorte de typologie des démons :

- en tant qu’ils seraient les "serviteurs" des dieux supérieurs, transformant dès lors toute une série de personnifications en "démons", assurant d’une certaine manière le lien entre les dieux et les hommes, en peuplant l’espace entre le ciel et la terre ; 

en tant que le démon serait – au singulier – une manifestation du destin, au sens large d’une sorte de providence divine ou au sens étroit de la destinée individuelle ;

- il n’y avait plus alors qu’un pas à franchir pour en venir au démon personnel censé accompagner la vie des individus de la naissance à la mort, un "ange gardien" en quelque sorte.

Mais, note encore Vinciane Pirenne-Delforge :

"le destin, la providence ou le démon personnel (l’ange gardien dont je viens de parler) sont des notions particulièrement connotées et chargées des déterminations spécifiques héritées du christianisme. Dans cette perspective, la religion grecque est soit dévalorisée soit interprétée avec des outils inadéquats, quand les deux mouvements ne se rejoignent pas."

Alors où en est la question du daimôn au début du XXe siècle ?

Quelle est la place significative des daimones dans la vision d’une Grèce primitive rêvée par la professeure de Cambridge, Jane Harrison, en quête des origines de la religion ? Comment le XXe siècle a-t-il accordé "davantage d’attention aux interprétations philosophiques, voire astrologiques, du daimōn"? Comment Platon et d’autres penseurs ont-ils "fait de la figure du daimōn l’être intermédiaire par excellence" ? Comment "le daimōn, dénué de représentation figurée et de culte", devient pour Marcel Detienne un "signifiant flottant", qui "n’a pas une valeur fixe et déterminée dans la pensée religieuse"?

Mais avant de retrouver l'approche du grand helléniste en deuxième partie de cours, Vinciane Pirenne Delforge interroge en ouverture l'eniautos daimôn de la chercheuse de Cambridge, Jane Harrison, au début du XXe siècle. Chez Harrison la religion grecque ne commence pas avec Homère, il faut remonter à des temps anciens, chtoniens où agissent les daimones… 

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 14 février 2019, pour le cours de Vinciane Pirenne-Delforge, aujourd’hui  "Le daimôn, de Jane Ellen Harrison à Marcel Detienne’’.

Pour Prolonger : 

Civilisation grecque, VIe siècle av. JC, Amphore à figures noires. Détail: Aphrodite tenant dans ses bras, Himeros et Eros, qualifié de grand daimôn, par la philosophe Diotime, selon Socrate dans "Le Banquet" de Platon.
Civilisation grecque, VIe siècle av. JC, Amphore à figures noires. Détail: Aphrodite tenant dans ses bras, Himeros et Eros, qualifié de grand daimôn, par la philosophe Diotime, selon Socrate dans "Le Banquet" de Platon. Crédits : Photo par DEA / G. DAGLI ORTI / De Agostini via Getty Images - Getty

Le cours est complété par différents documents (citations, définitions,  références bibliographiques...)  disponibles sous la rubrique "support".

- Jane Ellen Harrison, 

  • Prolegomena to the Study of Greek Religion, Cambridge, 1903.
  • Themis. A Study of the Social Origins of Greek Religion, Cambridge, 1927

- Louis Gernet, Recherches sur le développement de la pensée juridique et morale en Grèce. Étude sémantique, Paris, 1917

- Marcel Detienne, _De la pensée religieuse à la pensée philosophique. La notion de "_daimôn" dans le pythagorisme ancien,
Paris, 1963

-La leçon inaugurale de Vinciane Pirenne-Delforge :« Le polythéisme grec, comme objet d’histoire » publiée chez Fayard en 2018.

Elle a co-écrit avec Gabrielle Pironti : L'Héra de Zeus : ennemie intime, épouse définitive, aux Belles lettres, en 2016.

Références musicales :

Le générique de fin est composé de deux titres inédits de Mood, les versions instrumentales des chansons "Rivières" et "l'Appel", bel album qui doit sortir prochainement sous le titre "L'Appel". 

Intervenants
  • Historienne, professeur au Collège de France. Elle est titulaire de la Chaire Religion, Histoire et Société dans le Monde Grec Antique.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......