LE DIRECT
Le Songe du Vergier, traité attribué à Évrart de Trémaugon. Le clerc et le chevalier disputant en présence du roi Charles V, de la « puissance spirituelle » et de la « puissance séculière », l’auteur dormant, appuyé sur son coude droit.

Droit, culture et société de la Rome antique, leçon inaugurale de Dario Mantovani

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment le droit de la Rome antique "fait-il, tout, pour réclamer notre attention" ? S’interroge Dario Mantovani. Pour le juriste-historien réactiver la compréhension de ce riche patrimoine interprétatif, signifie se ré-approprier une clé d’intelligibilité de la tradition juridique européenne".

Le Songe du Vergier, traité attribué à Évrart de Trémaugon. Le clerc et le chevalier disputant en présence du roi Charles V, de la « puissance spirituelle » et de la « puissance séculière », l’auteur dormant, appuyé sur son coude droit.
Le Songe du Vergier, traité attribué à Évrart de Trémaugon. Le clerc et le chevalier disputant en présence du roi Charles V, de la « puissance spirituelle » et de la « puissance séculière », l’auteur dormant, appuyé sur son coude droit. Crédits : Londres, British Library, Royal 19 C.IV, fo 1v, manuscrit enluminé

Une chaloupe constitue-t-elle une partie du navire ? Qu’est-ce qui se joue dans cette question posée et habilement traitée dans le Digeste, cette illustre compilation du droit romain, parvenue jusqu’à nous ? 

Milanais d'origine, Dario Mantovani est professeur au Collège de France, où il occupe depuis 2018 la chaire « Droit, culture et société de la Rome antique » . Il dirige le Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques, à l'université de Pavie. Juriste-historien, comme il aime à se définir,  Dario Mantovani a mené dans différentes universités italiennes (à Trente et à Parme) une carrière de chercheur et d’enseignant, avant de devenir professeur de droit romain à l’université de Pavie (à partir de 1997). Notre juriste-historien passionné par la transmission des savoirs et une lecture vivante du droit romain, a obtenu une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC Advanced Grant) pour le vaste projet collectif Redhis, qui étudie l’influence des œuvres des juristes romains dans l’élaboration du droit au cours de l’Antiquité tardive.

En préambule de son enseignement au Collège de France, Dario Mantovani indique : 

« Ma méthode – je devrais dire mon souhait – consiste à comprendre le droit romain du point de vue de la société qui l’a produit, c’est-à-dire tel qu’il a été pensé, pratiqué et traduit dans des textes ».

Dans sa leçon inaugurale, il rappelle :

« Selon le calcul généreux de Justinien, les compilateurs du Digeste comptaient en 530, après JC, sur « presque deux mille » volumes de droit : une vraie bibliothèque. Ce n’est donc qu’une mince partie de cette bibliothèque, sous forme d’anthologie, qui est ensuite arrivée, comme un livre d’apprentissage pour l’Europe, (d’abord) au Moyen Âge, dans les mains d’Évrart de Trémaugon, ensuite de Guillaume Budé (au XVIe siècle), puis de générations de lecteurs, (comme les professeurs des XIXe et XXe siècles au Collège de France que citent Dario Mantovani) ». 

Étudiants de droit écoutant Giovanni da Legnano à l’université de Bologne. Monument funéraire, œuvre de Pier Paolo delle Masegne, 1383, Bologne, Museo civico medievale.
Étudiants de droit écoutant Giovanni da Legnano à l’université de Bologne. Monument funéraire, œuvre de Pier Paolo delle Masegne, 1383, Bologne, Museo civico medievale. Crédits : Bologne, Museo civico medievale/Editions Collège de France

Le juriste-historien prenant en compte « le succès considérable que le droit romain a eu à partir du XIe siècle, » note :

« réactiver la compréhension de ce riche patrimoine interprétatif, signifie se ré-approprier une clé d’intelligibilité de la tradition juridique européenne ».

Que de savants ont été portés par « l’exhortation de Cicéron, reprise par Budé, au XVIe siècle, d’utiliser le droit comme document pour la langue et la mentalité antiques, nous dirions comme matériel ethnographique. » souligne Dario Mantovani. Il rappelle dans l’heure que 

le « De Oratore, disait qu’étudier les lois antiques est fascinant parce qu’elles préservent de savoureux archaïsmes lexicaux ainsi que les modes de vie des aïeux ? ». 

Cela posé, note Dario Mantovani a mi-parcours de sa riche leçon inaugurale, 

«  Mais ce qui frappe davantage est l’usage heuristique du droit romain. »  

Et c’est bien tout un « arsenal de catégories » que ce droit romain offre aux sciences humaines et sociales, de l’auctoritas à la persona… 

« Le droit romain n’est pas seulement un thème de recherche », il est « aussi un instrument pour faire de la recherche », nous dit Mario Montovani.

"À travers le Digeste se dessine en transparence toute une civilisation, qui fournit en retour un contexte aux mots? » 

Alors découvrons en sa compagnie comment les juristes, à la source de riches et beaux textes, s’avèrent des juristes-écrivains.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Nous gagnons le Collège de France, le 17 janvier 2019, pour la leçon inaugurale de Dario Mantovani, « Droit, culture et société de la Rome antique ».

Pour prolonger :

La leçon inaugurale de Dario Mantovani est publiée chez Fayard ; elles est également disponible en version open-édition. Les images reprises dans notre page sont extraites de la leçon inaugurale de Dario Mantovani, les liens vers les documents sources figurent en note de l'édition électronique. Notre juriste-historien rappelle qu'Évrart de Trémaugon a été l’élève de Giovanni da Legnano à Bologne, qui avait lui aussi écrit un traité sur le pouvoir en forme de songe (image 2). Dario Mantovani explique à propos du songe d'Evrart de Trémaugon (image de Une) :

"Nous sommes vers 1373, au Clos Bruneau, le quartier situé juste derrière le bâtiment qui sera le Collège de France. Un homme d’esprit et de caractère, Évrart de Trémaugon, y enseigne le droit canonique. On lui demande de se prononcer sur les règles de succession au trône de France. Demande qui n’était pas innocente, au temps de la guerre de Cent Ans. Les réponses à cette question et à beaucoup d’autres, tout aussi brûlantes et qui concernaient surtout les rapports entre papauté et royauté, lui parviennent à travers un songe."

Evrart de Trémaugon met en scène dans le Songe du Vergier  "un jeu d’escrime, entre droit et ontologie, auquel le cavalier qui défend les intérêts des Valois répond avec des citations plus habiles encore" que celles du clerc, "avocat de l’Église, qui se hasarde à mettre en doute la légitimité de Charles V" en citant lui aussi le Corpus Iuris Civilis. 

Dario Mantovani a tiré de ses premières conférences au Collège de France, en tant que professeur invité , un passionnant ouvrage intitulé Les juristes écrivains de la Rome antique : les oeuvres des juristes comme littérature, aux Belles lettres, Collection "Docet omnia ».

Présentation de la chaire de Dario Mantovani au Collège de France :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Juriste-historien, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Droit, culture et société de la Rome antique", Directeur du Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques, à l'université de Pavie.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......