LE DIRECT
Bonino da Campione (14th century), Monument funéraire de Bernabò Visconti (1323-1385). Détail. Cette oeuvre est conservée aujourd'ui au  the Museo d'arte antica, Castello sforzesco à Milan.
Épisode 10 :

Messire Bernabò, étude de cas

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est-ce qui se joue entre la force et la justice chez Bernabò Visconti? Comment "son style de gouvernement se distingue-t-il de celui de Galeazzo II dans un régime seigneurial italien à la croisée des chemins dans le dernier tiers du XIVe siècle"? s'interroge Patrick Boucheron.

Bonino da Campione (14th century), Monument funéraire de Bernabò Visconti (1323-1385). Détail. Cette oeuvre est conservée aujourd'ui au  the Museo d'arte antica, Castello sforzesco à Milan.
Bonino da Campione (14th century), Monument funéraire de Bernabò Visconti (1323-1385). Détail. Cette oeuvre est conservée aujourd'ui au the Museo d'arte antica, Castello sforzesco à Milan. Crédits : Wikicommons/Bonino da Campione/Giovanni Dall'Orto (photo)

Comment « le Prince de Machiavel, marque-t-il un point de bascule de la formation historique des états à l’anthropologie politique des pouvoirs », tout en marquant le « passage d’une seigneurie qui s’impose en donnant des nouvelles de sa propre tyrannie »? demande l’historien Patrick Boucheron.  Quelle est la littérature d’action politique? Que nous apprend le monument funéraire de Bernabò Visconti? Comment selon la formule de Panofsky, 

son « cheval s’est-il frayé un accès à l’intérieur de l’église »?

Patrick Boucheron, titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, poursuit son exploration des fictions politiques dans l’Italie urbaine et médiévale, entre les expériences communale et  seigneuriales.

Dans le cours précédent, il avait proposé 

"d’appeler la novellisation du réel — c’est-à-dire la capacité de saisir, par la fiction, cette puissance d’advenir que l’on désigne justement, en français, du nom de nouvelle".

Et il avait analysé comment l’intrusion de Bernabò Visconti, seigneur de Milan de 1354 à 1385, "étonne chez Machiavel". Du passage allusif au chapitre 21 du Prince, il souligne :

"on raconte qu’il savait faire parler de lui — le lecteur n’en saura pas davantage, mais il en sait suffisamment pour comprendre la nature fondamentalement tautologique de l’exercice du pouvoir : a le pouvoir celui dont on dit qu’il l’a, non seulement parce qu’on parle de lui, mais parce que parlant de lui, on réoriente sans le savoir le récit de nos propres vies."

L’analyse des allusions de Machiavel à Messire Bernabò renvoie au "passé moyen  et à un hors-champ narratif, raconté par la novellistica". 

"Cet entre-deux du passé moyen, qui est l’intervalle de l’oubli de l’histoire, est un espace fictionnel : c’est bien de Bernabò Visconti, personnage de la novellistica dont nous avons désormais à parler à partir d’aujourd’hui. Mais je souhaite le faire de manière très classique, presque traditionnelle, en évoquant le personnage historique avant d’analyser ses déformations imaginaires, ou plus exactement ses réinventions littéraires — bref, tenter d’approcher une figure historique pour prendre la mesure de ses reconfigurations par la fiction politique".

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, les6 et 13 mars 2018  pour le cours de Patrick Boucheron, aujourd’hui « Messire Bernabò, étude de cas »

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle) et producteur de l'émission "Matières à penser" sur France Culture
L'équipe
Coordination
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......