LE DIRECT
Saint-Thomas d'Aquin par Fra Angelico, vers 1455/Slides from lightning talk at the Open Educational Resources Conference 2017 held at Resource for London on 5-6 April 2017.
Épisode 2 :

La vérité : avant, après

58 min
À retrouver dans l'émission

Qu’avons-nous sous les yeux? Pourquoi avons-nous des raisons de douter de la force du vrai? Patrick Boucheron revient sur Michel Foucault et son intérêt pour les effets de vérité. Qu’y avait-il avant la Raison d’Etat? La crédulité imposée par l’Eglise? Que dit Machiavel avec le lion et le renard?

Saint-Thomas d'Aquin par Fra Angelico, vers 1455/Slides from lightning talk at the Open Educational Resources Conference 2017 held at Resource for London on 5-6 April 2017.
Saint-Thomas d'Aquin par Fra Angelico, vers 1455/Slides from lightning talk at the Open Educational Resources Conference 2017 held at Resource for London on 5-6 April 2017. Crédits : Wikicommons/Fra Angelico/Stinglehammer

Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, nous entraîne cette semaine dans une enquête sur les fictions politiques, de l’avènement de la post-vérité souligné par le web et par la Dictionnaire Oxford en 2016 à la construction de la vérité au Moyen Age. 

L'historien, spécialiste du Moyen Age, de la Renaissance et de l’Italie, revient sur la théorie transcendantale chez Thomas d’Aquin, l’« Orthodoxie de l’invraisemblable » des doctes, face à la « robustesse de l’expérience » des laïcs. Il nous fait entrer également dans le "laboratoire" des historiens, de l'oeuvre de Michel Foucault aux interrogations de Quentin Skinner sur la vérité et l’historien :

« Faut-il interpréter les croyances que les acteurs du passé croyaient vraies ? »

Dans son cours d’introduction, Patrick Boucheron a interrogé les bases théoriques de la fiction avant de revenir sur "l’archéologie" de Michel Foucault et sa relation à la fiction et à Borges :

"Je n’ai jamais écrit que des fictions", dit le philosophe.

Il s’agit d’appréhender la fiction sous la catégorie de l’expérience. Nous le retrouvons aujourd’hui encore comme « guide privilégié » de cette enquête. En 1978, dans une interview analysée par Patrick Boucheron, Michel Foucault explique à propos de _L’Histoire de la foli_e :

"C'est donc un livre qui fonctionne comme une expérience, pour celui qui l'écrit et pour celui qui le lit, beaucoup plus que comme la constatation d'une vérité historique. (…) Or cette expérience n'est ni vraie ni fausse. Une expérience est toujours une fiction ; c'est quelque chose qu'on se fabrique à soi-même, qui n'existe pas avant et qui se trouvera exister après".

En fait l’expérience historique de la vérité ne cherche pas à fouiller le passé mais à ouvrir l’avenir. Ce qui intéresse Michel Foucault ce sont les « effets de vérité » souligne l’historien.

Au stimulant laboratoire de Michel Foucault, s’oppose le désarroi présent face à la post-vérité, aux « bobards » à l’ère du trumpisme. Patrick Boucheron distingue du mensonge d’Etat, le bonimenteur qui se moque de la vérité et cherche à dominer. Le médiéviste cite Camille Desmoulins, repris par Pierre Rosanvallon, dans son livre Le bon gouvernement en 2015 :

"Le caractère de la république est de ne rien dissimuler, de marcher droit au but, à découvert, d’appeler les hommes et les choses par leur nom"

Où est le masque ? Où est la vérité nue, celle de la démocratie « qui va droit au but », face à celle glaçante, cynique du pouvoir totalitaire qui s’affiche sans fard ? Quel rôle joue l’imagination ?

Patrick Boucheron reprend un autre cours de Michel Foucault, la première leçon du Du gouvernement des vivants où il distingue 5 façons d’établir une relation entre l’art de gouverner et la manifestation de la vérité : la raison d’état, le principe d’évidence, l’âge de l’expertise, le dévoilement ou renversement, principe de Rosa Luxembourg et la terreur, ou la vérité qui glace. Mais le médiéviste note 

Ces « cinq moments se superposent davantage qu’ils se succèdent : il s’agit de faire porter l’effort archéologique au-delà du seuil de répulsion machiavélienne »

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 17 janvier 2017 pour le cours de Patrick Boucheron, aujourd’hui, "La vérité : avant, après"

Pour prolonger :

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle) et producteur de l'émission "Matières à penser" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......