LE DIRECT
Livre d'heures de Marguerite d'Orléans, La Sainte Trinité. France, Paris, vers 1430. Paris, BnF, Département des manuscrits, Latin 1156B, folio 163.
Épisode 6 :

Le pouvoir cannibale

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment notre système politique se fonde-t-il sur la métaphore eucharistique de l’Incarnation ? Pourquoi les rois chassent-ils ? Qu’est-ce que le pouvoir cannibale ? s'interroge l'historien médiéviste Patrick Boucheron

Livre d'heures de Marguerite d'Orléans, La Sainte Trinité. France, Paris, vers 1430. Paris, BnF, Département des manuscrits, Latin 1156B, folio 163.
Livre d'heures de Marguerite d'Orléans, La Sainte Trinité. France, Paris, vers 1430. Paris, BnF, Département des manuscrits, Latin 1156B, folio 163. Crédits : BNF/http://classes.bnf.fr/phebus/grands/marg1.htm

Comment la croyance autour de la religion royale s’effrite-t-elle ? ou n’était-ce pas difficile à croire dès le début ? Pourquoi l’Eglise a-t-elle toujours choisi le récit le plus invraisemblable ?

Patrick Boucheron, titulaire de la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, nous entraîne dans une grande réflexion-enquête autour des fictions politiques dans le cadre de la série de cours qu’il a donnés début 2017 au moment de l’investiture de Donald Trump et dans le contexte de la montée des populismes. Dans une interview donnée au Collège de France, l’historien explique que si "le pouvoir s’impose par sa capacité à se raconter, par la puissance de la fable, il s’impose également en tordant le récit de nos propres vies". Patrick Boucheron propose donc de "chercher les origines, sinon les commencements médiévaux entre l’art de gouverner et l’art de raconter". Dans les cours précédents, il a posé l’hypothèse de la « société eucharistique », distinguant le caractère englobant des pouvoirs religieux par rapport aux pouvoirs laïcs, qu’il qualifie de prédateurs. Aujourd'hui il oppose la manducation de la métaphore eucharistique qui peut fonder notre système politique au caractère cannibale du pouvoir, de la monarchie, aujourd'hui, jusqu’au Léviathan de Hobbes, à partir de demain.

Dans se leçon inaugurale, Patrick Boucheron a mis en évidence :

"L'énigme Théologico-politique qui est le propre de l'histoire occidentale, son reste inassimilable, car nous sommes encore redevable (qu’on le veuille ou non, qu'on le sache ou pas) de cette longue histoire qui fait du sacrement eucharistique la métaphore active de toute organisation sociale. Reposant sur la théologie de l'incarnation, elle informe et contraint l'implicite d'une théorie de la représentation, entendue à la fois dans son sens figuratif (comme agissent les images pour rendre présente l'absence) et et son sens politique (comment s'organisent les institutions pour déléguer le pouvoir des communautés introuvables à des représentants)".

Comment comprendre les pouvoirs symboliques demande l'historien pour noter aussitôt que "les effets du pouvoir symbolique sont tout sauf symboliques" :

« ils consistent dans la mise en partage d'un monde de pensées, de valeurs d'images et d'intentions que l'on peut appeler 'imaginaire', mais qui accède à une existence concrète dès lors qu'il devient socialement tangible." c'est en ce sens ce que l'histoire des pouvoirs trouve son origine dans la révolution symbolique initiée par l'église , mais capturée ensuite par les pouvoirs laïcs.

Entre le sacerdotium et le regnum s'immisce le 3e pouvoir du studium.

Aujourd’hui c’est l’imaginaire sanglant, de l’eucharistie à la chasse royale et au déni du cannibalisme que l’historien explore à la lumière de la fiction politique.

Hier il avait lu le songe du roi Louis VII. « Le roi Louis, avant la naissance, eut cette vision pendant son sommeil : il lui semblait que son fils Philippe tenait dans sa main un calice d’or plein de sang humain qu’il offrait à tous ses grands et tous y buvaient ». Il nous proposera un 2e songe. Mais avant ce retour au Moyen Age, il analyse à l’opposé, la mise à mort de la royauté, la fin de la croyance dans la religion royale avec le retour piteux de Louis XVI après la fuite de Varennes

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 7 février 2017 pour le cours de Patrick Boucheron, sur les fictions politiques, aujourd’hui le pouvoir cannibale.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle) et producteur de l'émission "Matières à penser" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......