LE DIRECT
Denisova Molar /Homo sapiens neanderthalensis/Cro-Magnon
Épisode 5 :

Le remplacement

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est ce qui se passe quand les hommes modernes arrivent dans des régions où vivent les Néandertaliens et les Dénisoviens? Comment interagissent-ils entre eux? Jean-Jacques Hublin questionne, cette semaine, l'expansion d'Homo Sapiens et les différentes vagues de peuplement.

Denisova Molar /Homo sapiens neanderthalensis/Cro-Magnon
Denisova Molar /Homo sapiens neanderthalensis/Cro-Magnon Crédits : Wikicommons/Thilo Parg/Luna04/120

Le paléoanthropologue, Jean-Jacques Hublin, professeur invité au Collège de France, depuis 2014 et directeur du département d'Évolution humaine à l'Institut d'anthropologie évolutive Max Planck de Leipzig en Allemagne, poursuit son exploration de l’émergence des hommes modernes dans le cadre de sa série de cours intitulée « Homo sapiens l'espèce orpheline ». Aujourd’hui le chercheur questionne après les sortie d’Afrique, l’expansion de ces hommes modernes et les conséquences de leur arrivée pour les autres espèces.

« Ce n’est pas un simple remplacement, souligne-t-il et il y a plusieurs vagues de peuplements ».

Ces hommes modernes se sont installés au Proche Orient dans la péninsule arabique et en Asie. Mais c’est en Europe que l’on peut étudier en particulier les interactions entre les Néandertaliens et les hommes modernes.

Lors du colloque sur les migrations le 13 octobre 2016, Jean Jacques Hublin a rappelé en ouverture que depuis les temps les plus reculés « nous sommes tous des immigrés africains », et même les Néandertaliens, hominines eurasiatiques, avaient des ancêtres africains. Il sera question ce matin un peu de paléogénétique. Nous avons 2% d’ADN hérités de Néandertal, tandis que les Mélanésiens peuvent avoir 6% d’ADN Dénisovien, la branche archaïque sœur. Cela posé, l’expansion des hommes modernes semble se faire au détriment des espèces locales. Jean-Jacques Hublin interroge aussi les aspects culturels, les industries de transition et souligne une fois encore la complexité des processus dans un contexte où « les changements environnementaux ont pu produire des déplacements de population considérables » (Le Monde en 2016).

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 8 novembre 2016, pour le cours de Jean-Jacques Hublin, intitulé « Homo sapiens : l’espèce orpheline », aujourd’hui les « Le remplacement ».

Intervenants
  • Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.
L'équipe
Réalisation
Coordination
À venir dans ... secondes ...par......