LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
F. Braudel (détail couverture, "Fernand Braudel et l'histoire", Hachette "Pluriel" & page de garde de l'édition de sa Leçon inaugurale, Collège de France
Épisode 1 :

Leçon inaugurale de Fernand Braudel

1h
À retrouver dans l'émission

Les hommes font-ils l’histoire ? "Non" répond Fernand Braudel dans sa leçon inaugurale, "l’histoire fait aussi les hommes et façonne leur destin – l’histoire anonyme profonde et souvent silencieuse, dont il faut maintenant aborder l’incertain mais immense domaine"...

F. Braudel (détail couverture, "Fernand Braudel et l'histoire", Hachette "Pluriel" & page de garde de l'édition de sa Leçon inaugurale, Collège de France
F. Braudel (détail couverture, "Fernand Braudel et l'histoire", Hachette "Pluriel" & page de garde de l'édition de sa Leçon inaugurale, Collège de France Crédits : Hachette/Collège de France

A côté du "temps rapide des événements, du temps allongé des épisodes", Fernand Braudel marque son intérêt pour le "temps ralenti, paresseux des civilisations".

Depuis le collège de France, dans sa leçon inaugurale, il explique ainsi :

« Certes, les civilisations sont mortelles, dans leurs floraisons les plus précieuses ; certes, elles brillent, puis elles s'éteignent, pour refleurirent sous d'autres formes. Mais ces rupture sont plus rares, plus espacées qu'on ne le pense. Et surtout, elles ne détruisent pas tout également. Je veux dire que, dans telle ou telle aire de civilisation, le contenu social peut se renouveler deux ou trois fois presque entièrement sans atteindre certains traits profonds de structure qui continueront à la distinguer fortement des civilisations voisines. Il y a, si l'on veut, plus lente encore que l'histoire des civilisations, presque immobile, une histoire des hommes dans leurs rapports serrés avec la terre qui les porte et les nourrit ; c'est un dialogue qui ne cesse de se répéter, qui se répète pour durer, qui peut changer et change en surface, mais se poursuit, tenace, comme s'il était hors de l'atteinte et de la morsure du temps. Si je ne me trompe, les historiens commencent à prendre conscience, aujourd'hui, d'une histoire nouvelle, une histoire lourde dont le temps ne s'accorde plus à nos anciennes mesures. »

Historien, novateur, du " temps quasi immobile", de "l’histoire qui bouge lentement", selon sa propre formule, "et de l’aventure capitaliste" (entretien avec Pierre Desgraupes), il peut souligner, dans sa leçon inaugurale, le 1er décembre 1950, l’apport immense des "sciences de l’homme" de cette "révolution intellectuelle et scientifique prodigieuse" dont l’histoire bénéficie à la croisée de la géographie, de l’économie et de la climatologie, pour ne citer que les disciplines emblématiques liées à son œuvre. Gérard Courtois proposant en 2008 pour le journal Le monde une rétro-lecture de la célèbre thèse de Fernand Braudel, publiée en 1949, « La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philipe II », loue cet

"Ulysse moderne, qui a fondé un empire en quelques années".

Quand il interroge son héritage, l’historien Jacques Le Goff, met en avant les recherches de Fernand Braudel autour de la notion de « temps monde », forgée sur un concept allemand, la notion d’économie monde.

A la disparition du grand historien, le médiéviste, Georges Duby (dont nous entendrons fin août la leçon inaugurale) lui rend hommage depuis le Collège de France. Il rappelle que Fernand Braudel a été aussi

"un lutteur, redoutable" et "un constructeur".

Il "consolida les institutions qu'il reprit des mains de Lucien Febvre" et "il en fonda de nouvelles".

Ainsi "En 1949, il fut appelé à prendre au Collège de France la succession de Lucien Febvre". "En 1956, Braudel prit la direction de la VIe Section de l'École des Hautes Études que Lucien Febvre avait fondée une dizaine d'années auparavant, un outil qu'il s'appliqua à rendre toujours plus efficace et plus prestigieux". "Il créa, dans le même esprit, la Maison des sciences de l'homme en 1963".

Chaque samedi et chaque dimanche, vous retrouverez les leçons inaugurales, ce rite de passage, qui introduit les recherches des "nouveaux entrants" au Collège de France. Autrefois appelée, "harangue", cette présentation s'inscrit dans un parcours et un contexte scientifique et historique qui s'énonce de manière éloquente et non sans émotion. Ce sont les textes de fondateurs et quelques « hérétiques consacrés », selon l’expression de Pierre Bourdieu que nous allons redécouvrir, leurs questions, leurs apports, l’état des lieux de leur recherche libre, sinon la recherche qu’ils rêvent et deux comédiens prêteront leur voix aux illustres professeurs du Collège de France.

C’est Clémence Azincourt qui prête aujourd’hui sa voix à Fernand Braudel, titulaire de la chaire de la civilisation moderne, le 1er décembre 1950.

Mise en ondes de Diphy MARIANI

Pour prolonger :

Politique des chaires au Collège de France, sous la direction de Wolf Feuerhahn, Les Belles Lettres, en 2017.

Archive INA : Voix de Fernand Braudel, le 15 avril 1980, sur l'histoire du monde et la révolution intellectuelle et scientifique des sciences de l'homme dans le cadre de l'émission "Longue durée et histoire du monde" (4eme partie).

Fernand Braudel et l'histoire.
Fernand Braudel et l'histoire. Crédits : Hachette "Pluriel"

Bibliographie

La Politique des chaires au Collège de France Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON

La Politique des chaires au Collège de FranceLes Belles Lettres/Collège de France et avec le soutien de PSL Research University, 2017

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......