LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
détail de la couverture de "Jacqueline de Romilly. Professeur dans l’âme" (Radio France/Ina) et page de garde de la leçon inaugurale de Jacqueline de Romilly
Épisode 4 :

Leçon inaugurale de Jacqueline de Romilly

1h
À retrouver dans l'émission

Quel travail sur les mots et les textes grecs ? demande Jacqueline de Romilly. Comment cet incessant questionnement de la formation et du développement de la pensée grecque sert les hommes et les sociétés d’hier à aujourd’hui ?

détail de la couverture de "Jacqueline de Romilly. Professeur dans l’âme" (Radio France/Ina) et page de garde de la leçon inaugurale de Jacqueline de Romilly
détail de la couverture de "Jacqueline de Romilly. Professeur dans l’âme" (Radio France/Ina) et page de garde de la leçon inaugurale de Jacqueline de Romilly Crédits : Harmonia Mundi/Collège de France

Pourquoi cette culture va-t-elle au-delà de la Grèce ? demande encore Jacqueline de Romilly au moment où elle crée et défend la chaire intitulée « La Grèce et la formation de la pensée morale et politique » au Collège de France.

Ce professeur « formidable » et passionnée dans le souvenir de ses nombreux élèves marque son émotion d’entrer au Collège de France. C’est sa voix qui témoigne dans notre générique du rituel qui lie les nouveaux entrants à leurs pairs dans la grande maison fondée sous l’égide de François 1er et l’impulsion de Guillaume Budé, - une institution toujours soucieuse d’un savant équilibre entre les innovations et des fondements classiques, sinon éternels.

Jacqueline de Romilly, brillante pupille de la nation, guidée par sa passion du grec et du bien commun a souvent été la première dans tous les sens du mot. Et en décembre 1973, elle est la première femme à entrer au Collège de France. Elle s’en amuse et plus que le gain féministe, c’est le combat de toute une vie en faveur du maintien des études hellénistes que cette grande spécialiste de Thucydide met d’emblée en avant :

Je veux voir dans le geste du Collège de France un geste symbolique propre à marquer, en notre temps de crise du grec, le fidèle attachement de cette maison à une discipline qui fut sa vocation initiale et qu'elle fut la première à instaurer. Guillaume Budé est toujours là, dans la petite cour de la rue Saint-Jacques et sa présence, cet égard, me semble tutélaire.

Bien des années plus tard, en 2000, alors qu’elle est devenue pour le grand public la vigie d’une certaine idée de la transmission et de la vitalité de l’hellénisme de l’enseignement secondaire à la recherche, dans un recueil intitulé Pour l'amour du grec et dirigé en collaboration avec son collègue du Collège de France, Jean-Pierre Vernant, autre grand spécialiste de la Grèce antique, elle écrit ainsi :

Ces valeurs ne s'acquièrent que dans un contact prolongé avec tous les hommes qui nous ont précédés, et surtout ceux qui ont médité ces valeurs, qui en ont parlé, qui les ont illustrées.

Celle qui s’attache au travail au plus près de mots et des textes, d’Homère à Euripide, demande dans sa leçon inaugurale :

Comment l’hellénisme a pu renaître et mourir comme le phénix ?

De crises en renaissances, cet éternel retour a quelque chose d’émouvant ; l’on imagine le petit Thucydide ou le jeune Plutarque, puis le jeune Virgile, le jeune Racine, le jeune Giraudoux, se penchant tour à tour sur le même Homère.

Si les histoires des Grecs ne sont pas « usées », elle montre en parallèle le dynamisme de la recherche renouvelée par les apports de l’histoire, de l’épigraphie, de l’archéologie, de la linguistique et même du structuralisme (nous sommes en 1973). Mais en philologue, elle revient toujours aux mots, comme le mot « libre » dont elle tisse l’évolution en parallèle d’une pensée grecque qui joue des combinaisons, de l’esprit d’une langue qui impose le mouvement vers l’idée...

C’est Clémence Azincourt qui prête sa voix à Jacqueline de Romilly pour sa leçon inaugurale. Et nous gagnons le grand amphithéâtre du Collège de France, le 13 décembre 1973.

Mise en ondes de Diphy MARIANI

Pour prolonger :

- « Jacqueline de Romilly. Professeur dans l’âme » de la collection "Les Grandes Heures Radio France/Ina" (Editions Harmonia Mundi) : Jacqueline de Romilly évoque avec charme et justesse, au micro de Pascale Lismonde (journaliste), son amour pour le grec ancien, son attachement à sa mère, sa passion de l’enseignement et son émerveillement pour le savoir. Une émission diffusée sur France Culture.

Bibliographie

La Politique des chaires au Collège de France Sous la direction de : Wolf FEUERHAHN, Préface de : Antoine COMPAGNON

La Politique des chaires au Collège de FranceLes Belles Lettres/Collège de France et avec le soutien de PSL Research University, 2017

Intervenants
  • Helléniste, membre de l'Académie française et de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France (1913-2010)
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......