LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Enterrement de victimes de la peste à Tournai. Détail / miniature des "Chroniques et annales de Gilles Le Muisit", abbé de Saint-Martin de Tournai
Épisode 1 :

In média res (introduction générale)

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment la mort passe-t-elle dans la vie d’Alayseta Paula en 1348 à Marseille? "Si la peste noire est un laboratoire d'interdisciplinarité, de quelle façon est-elle aussi une épreuve de narration? S’interroge l’historien médiéviste Patrick Boucheron.

Tournai en 1349, Enterrement de victimes de la peste / Miniature, 14e siècle. Les Chroniques de Gilles Li Muisis (1272-1352), abbé de Saint-Martin de Tournai.
Tournai en 1349, Enterrement de victimes de la peste / Miniature, 14e siècle. Les Chroniques de Gilles Li Muisis (1272-1352), abbé de Saint-Martin de Tournai. Crédits : Gilles Li Muisis/Bibliothèque royale de Belgique

Comment la société médiévale résiste-t-elle au choc de la peste noire et révèle-t-elle du même coup, par sa résistance, des structures inaperçues, comme le travail des femmes et évidemment, la réaction sociale et politique que ces opportunités sociales suscitent?

Pour sa nouvelle série de cours, intitulée « La Peste noire », Patrick Boucheron, ,  titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, revient sur la 2e pandémie de peste. Survenue en Europe,  au milieu du XIVe siècle, elle est "la plus grande catastrophe démographique de l’histoire de l’humanité". 

Patrick Boucheron explique :

"Nous sommes confrontés à un événement de longue durée, et il serait bien naïf de prétendre confiner notre conception de la peste noire à une chronique des années 1347 à 1352 en Europe occidentale" (...) "Les progrès conjoints de l’archéologie funéraire et de l’anthropologie, poursuit l'historien, mais aussi de la microbiologie et des sciences de l’environnement, ont révolutionné l’approche de cette pandémie". 

"Depuis le séquençage génomique de Yersinia pestis en 2011 et la reconstitution complète de l’arbre phylogénétique de l’agent pathogène, nous avons accès à une autre histoire épidémiologique, que nous pouvons mettre en relation avec l’histoire environnementale — à la fois celle, très globale, des changements climatiques qui commandent peut-être sa diffusion et celle, très locale, des milieux où le germe trouve les réservoirs animaux dans lesquels il prépare silencieusement les mutations nécessaires aux sauts d’espèces. Autrement dit, l’histoire épidémiologique de la peste noire est aujourd’hui l’un des laboratoires de l’interdisciplinarité où s’éprouve la possibilité d’une compréhension élargie de ce que peut l’histoire dès lors qu’elle s’ouvre à toutes les sciences du passé — y compris celles qui visent aujourd’hui, dans les laboratoires et non pas seulement dans les archives, une archéologie du vivant".

Dans sa leçon inaugurale, Patrick Boucheron, fin 2015 se demandait ce que peut l’histoire. Il revient à la fois sur ce que peut l’histoire et sur le travail des historiens.

"Ce que peut l'histoire n'est rien d'autre que ce qu'elle peut mettre en récit", nous dit-il aujourd’hui. Mais comment mettre en récit cette histoire globale, débordée à l'échelle effectivement de la santé globale, aujourd'hui de la peste noire ?  demande-t-il avant d’expliquer que "c'est donc dans cette perspective très générale que s'inscrira le cours de cette année".

Revenant sur sa vocation pour l’histoire du Moyen Age, Patrick Boucheron explique au journal « La Croix l’hebdo » en septembre 2020 :

"J'ai aimé chez les médiévistes que j'ai entendus qu'ils soient pleinement historiens, mais ne se contentent pas de l'être : ils étaient sociologues, anthropologues de leur propre sujet. Le Moyen Âge me semblait une façon de se situer à mi-chemin entre la rareté documentaire de l'Antiquité et le trop-plein de l'histoire contemporaine. Après une maîtrise sur la révolution française j'ai fait mon DEA et ma thèse avec le médiéviste Pierre Toubert. Lors des séminaires, je prenais au vol des paroles que je ne comprenais pas. Certaines devenaient des "paroles graines, comme disent les Africains : on les met dans sa poche et un jour on se rend compte qu'elles ont germé. En lisant les médiévistes comme Georges Duby et Jacques Le Goff, j'ai compris que, comme la littérature et la philosophie, l'histoire pouvait être un art de la pensée, une manière de planter de la pensée dans la prose. Pour ces raisons j'ai un rapport un peu indiscipliné à cette matière, que je défends pourtant avec acharnement."

Nous gagnons le Collège de France le  5 janvier 2021 pour le cours de Patrick Boucheron, intitulé "In media res (introduction générale)".

Référence sonore 

Générique de fin : "Chant de bataille", extrait de l'album Oraison, Raphaël Imbert Quartet, Label Out Note Records  / OutThere Music

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Oraison est une méditation musicale sur la mémoire, l’histoire et le temps, articulée dans un langage jazz. Raphaël Imbert fonde sa réflexion sur sa propre expérience de résident d’un village de Haute Provence, Oraison, qui est le seul village de France à avoir donné à ses rues le nom des soldats morts au combat durant la Grande Guerre, ou durant un acte de résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale (notamment l’épisode connu sous le nom de « Guet-apens d’Oraison »). Le nom de ce village aurait des origines provençales et signifierait « l’endroit où souffle le vent ». Où souffle l’esprit donc ! Oraison, une suite de compositions originales qui apparaît comme un oratorio séculaire et sans texte, est l’occasion pour Raphaël Imbert de proposer un voyage spirituel etnarratif avec un plan précis, une série de portraits évocateurs, une manière différente de se souvenir, une façon de vivre et de revivre au moyen d’une mémoire enrichie par la création" (extrait de la présentation de l'album).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......