LE DIRECT
Codex Duran, page 1. Sur tous les continents et depuis la haute antiquité, l'observation du ciel a une grande importance (Diego Durán).
Épisode 2 :

Poésie, bibliothèques et probabilités

58 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi parler de "bibliothèque des étoiles nouvelles" et non d’intertextualité ? Quelle est la vision des étoiles depuis l'Antiquité ? De quelle façon le poète est-il créateur de ses effets? A quelles probabilités de succès peut-il se livrer consciemment ou inconsciemment ? demande William Marx.

Codex Duran, page 1. Sur tous les continents et depuis la haute antiquité, l'observation du ciel a une grande importance (Diego Durán).
Codex Duran, page 1. Sur tous les continents et depuis la haute antiquité, l'observation du ciel a une grande importance (Diego Durán). Crédits : Diego Durán/Wikicommons

Dans le cadre de sa première série de cours au Collège de France, intitulée “La bibliothèque des étoiles nouvelles”, William Marx, titulaire de la chaire Littératures comparées propose de « construire une bibliothèque » à partir d’une simple image. 

Depuis sa leçon inaugurale, notre philologue-historien de la littérature interroge la formule les « étoiles nouvelles », à partir du poème "Les Conquérants" de José Maria de Heredia et les différentes valeurs qu’elle peut prendre depuis l’Antiquité, selon le contexte ou le genre de texte dans lequel, elle apparaît.

Des ciels inconnus

Cette bibliothèque, que nous considérons, "est-elle de l'hémisphère sud ou de l'hémisphère Nord?" demande l'historien de la littérature.

Dans sa leçon inaugurale, William Marx a expliqué comment il a souhaité placer sa première série sous le signe des "étoiles nouvelles" de José Maria de Heredia :

« C’est sous ces étoiles favorables, que je souhaiterais ouvrir ici les travaux de cette chaire de littératures comparées : signe de l’étranger accueilli, de l’autre dans le même et du même dans l’autre, de la découverte de ciels ignorés, de la quête de fabuleux trésors, de la rencontre aussi périlleuse qu’exaltante entre des civilisations éloignées, signe aussi de l’erreur productive, celle de ces conquérants du XVe siècle qui, croyant trouver le Japon, découvrirent l’amérique. À nous aussi désormais il faudra lever l’ancre, incliner nos antennes, passer les bords mystérieux de nos littératures, de nos habitudes acquises, et partir en quête de ces littératures étrangères, de ces textes différents et lointains, quitte, comme Christophe Colomb, à nous tromper et à découvrir en chemin d’autres trésors que ceux que nous espérions: tel est le prix à payer lorsqu’on va vers le véritable inconnu. »

En début de cours, avant de sonder le poète, "créateur de ses effets", William Marx souligne qu'il y a "sans doute un effet de licence poétique" dans le sonnet d'Heredia. 

"L'image ne répond que de manière tout à fait approximative à la réalité astronomique. En revanche, cette image des étoiles nouvelles fonctionne magnifiquement, d'un point de vue poétique. (...) l'effet poétique à l'intérieur de ce sonnet se paye au prix de l'exactitude astronomique."

Les autres étoiles...

Alors avons-nous vraiment affaire à une seule et unique bibliothèque des étoiles nouvelles ? Et quelles sont les autres étoiles que nous pourrions rencontrer ? Sont-elles toujours favorables dans la bibliothèque antique ?

William Marx s'attache aux "autres soleils". Dans Les Géorgiques, c'est l'exil, évoqué par Virgile, qui « oblige à aller chercher une autre patrie sous un autre soleil ». Chez Horace :

"Pourquoi dans une vie si brève, dépenser tant d'énergie à viser tant de buts ? Pourquoi partir pour des terres que chauffe un autre soleil ? Qui, en s'exilant de sa patrie, a jamais réussi à se fuir aussi soi-même ?" ("Odes") 

Quelle est la vision des étoiles des astronomes ? s'interroge William Marx en fin de cours. Il cite l'image positive du poème de Marcus Manilius, Astronomiques, vers l'an 10 de notre ère. C'est une "image de la fondation", nous dit-il.

"Voici tomber à terre une forêt, de vieux bosquets s'effondrent et distinguent un soleil nouveau, de nouvelles étoiles"

Nous gagnons le Collège de France,  le 12 février 2020 pour le cours de William Marx, aujourd’hui "Poésie, bibliothèques et probabilités"

Bibliographie

Vivre dans la Bibliothèque du monde, Leçon inaugurale de William Marx

Vivre dans la bibliothèque du mondeWilliam MarxFayard / Collège de France, 2020

Intervenants
  • Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "littératures comparées". Ecrivain français, essayiste, critique et historien de la littérature.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......