LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Récif corallien (Acropora) (Ile de la Réunion) qui témoigne du blanchissement corallien, phénomène de dépérissement des coraux
Épisode 6 :

Gilles Bœuf : La biodiversité sur les continents, quelle érosion ? Suite et fin

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment l'activité humaine affecte-t-elle la vie animale, végétale et minérale présente dans les océans et sur les continents ? Comment cette vie s'adapte-t-elle aux activités de l'espèce humaine ? La sixième extinction de masse s'est-elle déjà produite ?

Récif corallien (Acropora) (Ile de la Réunion) qui témoigne du blanchissement corallien, phénomène de dépérissement des coraux
Récif corallien (Acropora) (Ile de la Réunion) qui témoigne du blanchissement corallien, phénomène de dépérissement des coraux Crédits : © Elapied via Wikimedia Commons

Aujourd'hui on ne pêche plus vraiment. On fait exploser des milliers de poissons, et ceux qui ne sont pas en état d’être vendus, sont transformés en farine, pour nourrir des animaux auparavant végétariens, obligés aujourd'hui d'ingurgiter des protéines animales.

Les océans sont dépeuplés et surexploités. Tous leurs stocks de poissons et de plantes marines s'effondrent. Ils sont en passe de n’être plus que des poubelles. Le milieu marin regorge de ressources minérales potentielles et avérées comme l'or, le diamant, le schiste noir ou encore des solutions marines (sel, eau, magnésium). L' homme ne manque pas d'exploiter les différentes ressources minérales et animales des océans. Ces activités sont pratiquées à outrance et nuisent gravement à la diversité biologique présente dans les océans.

On crée, avec beaucoup d'application, toutes les conditions d'une sixième extinction des espèces.

Gilles Bœuf explique :

L'homme est la seule espèce au monde qui prolifère en détruisant l'univers qui l'entoure et qui détruit même actuellement ses propres moyens d'existence.

L'acidification des océans constitue un problème majeur pour les espèces qui y vivent. Ce phénomène a pour conséquence de rendre plus difficile la production de coquille pour les coquillages ainsi que la construction du squelette du corail. Il fragilise aussi les animaux et affecte la symbiose avec les micro-algues qui fonctionnent dans le corail, les Zooxanthelles.

Il n'est pas sûr que ce soit les générations suivantes qui vivront la montée des barbaries engendrées par la raréfaction voire par la disparition des ressources. Tout s'accélère à tel point que l'on risque, nous-mêmes, d'en être les témoins.

Gilles Bœuf interroge nos pratiques. Il montre des images que nous ne pouvons voir, mais il les commente avec assez de science et de conviction pour nous obliger à changer notre vision des choses.

Son cours se penche aujourd'hui sur la Méditerranée, avant de nous parler de la disparition des espèces sur les divers continents.

Et nous gagnons le grand amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Gilles Bœuf, intitulé : « Océan et biodiversité, quelle érosion ? », le 11 février 2014, (Rediffusion de l'émission du 5 novembre 2014, dans le cadre de l’Éloge du Savoir de Christine Goémé).

Intervenants
  • Biologiste, président du Muséum d’histoire naturelle de 2009 à 2015.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......