LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
400 tonnes de chinchard du Chili pêchées par un senneur chilien. Représentation de la surpêche, qui menace la sécurité alimentaire mondiale selon l'ONU et la FAO
Épisode 9 :

Gilles Bœuf : Quel futur pour la biodiversité ? Quelles mesures à prendre ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Que faire pour sauver l'environnement ? 20% des humains contrôlent 80% des ressources. Quelles sont les relations entre économie et écologie ? Quels sont les coûts pour sauver la biodiversité ?

400 tonnes de chinchard du Chili pêchées par un senneur chilien. Représentation de la surpêche, qui menace la sécurité alimentaire mondiale selon l'ONU et la FAO
400 tonnes de chinchard du Chili pêchées par un senneur chilien. Représentation de la surpêche, qui menace la sécurité alimentaire mondiale selon l'ONU et la FAO Crédits : C. Ortiz Rojas via Wikimedia Commons

Gilles Bœuf, titulaire de la chaire annuelle Développement durable, environnement, énergie et société, interroge dans sa série de cours, les conditions de maintien de la vie sur Terre, actuellement très menacée par l'action prédatrice de l'homme.

Gilles Bœuf nous rappelle que :

les sept plaies de l'humanité sont : le changement climatique, le productivisme agricole, la pénurie d'eau potable, les pêches qui détruisent les océans, la déforestation, l'effondrement de la biodiversité et la prolifération des produits toxiques.

Et il ajoute que :

l’histoire montre que l'homme n'est capable de réagir que lorsqu'il est au pied du mur et toujours après un trop grand nombre de morts. Peut-être pourrions-nous essayer d'éviter d'en arriver là.

De colloques promoteurs en conférences internationales, de résolutions mondiales à des débats, l'humanité ne cesse de proposer des actions pour la sauvegarde de l'environnement qui ne sont jamais tenues.

L'homme crée partout des réserves, mais cela suffira-t-il ? Il est urgent de préserver les milieux qui protègent les espèces et de ne plus traiter les biens communs comme s'ils étaient des biens privés.

Gilles Bœuf rappelle les liens entre économie et écologie :

en économie « classique », la nature n'a pas de valeur en elle-même, elle en acquiert uniquement à travers le travail humain.

L’organisation économique actuelle est anthropocentrée, elle repose sur une création de richesses par destruction des écosystèmes, par leurs surexploitations dans un monde aux ressources limitées. Le paradoxe de notre société est que l’inégal accès à la consommation conduit riches et pauvres à aspirer à la poursuite de la croissance.

Pour son dernier cours, Gilles Bœuf ouvre des pistes et nous propose des solutions.

Et nous gagnons le grand amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Gilles Bœuf, intitulé : « Océan et biodiversité, quelle érosion ? », le 4 mars 2014, (Rediffusion de l'émission du 8 novembre 2014, dans le cadre de l’Éloge du Savoir de Christine Goémé).

Intervenants
  • Biologiste, président du Muséum d’histoire naturelle de 2009 à 2015.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......