LE DIRECT
Bouddha en grès rouge du 1er siècle, après JC, trouvé à Mathura, dans l'Uttar Pradesh (Musée National New Delhi) / Détail peinture murale, Zhang Qian au départ de son expédition en Asie centrale de -139 à -126 (grottes de Mogao, 618-712)
Épisode 1 :

La centralité chinoise face aux autres (1/8)

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment le monde est-il vu par la centralité chinoise? demande la sinologue, Anne Cheng. Comment les Autres, ceux qui vivent, aux marges de l’Empire du Milieu, ou au loin, en Inde, sont-ils représentés dans la Chine ancienne? Comment la voie du Bouddha se trouve-telle associée au taoïsme?

Bouddha en grès rouge du 1er siècle, après JC, trouvé à Mathura, dans l'Uttar Pradesh (Musée National New Delhi) / Détail peinture murale, Zhang Qian au départ de son expédition en Asie centrale de -139 à -126 (grottes de Mogao, 618-712)
Bouddha en grès rouge du 1er siècle, après JC, trouvé à Mathura, dans l'Uttar Pradesh (Musée National New Delhi) / Détail peinture murale, Zhang Qian au départ de son expédition en Asie centrale de -139 à -126 (grottes de Mogao, 618-712) Crédits : A. Hornak / Corbis via Getty Images/Wikicommons

Comment l’Inde peut-elle  apparaître comme un "pays florissant" aux yeux des Chinois? Comment ce "royaume céleste", autre centre possible de civilisation, "au delà des montagnes",  participe-t-il à la fois du "fantasme fabuleux" et de la tentative de renverser l’itinéraire de la transmission de l’enseignement de Bouddha? 

En décembre 2015, Anne Cheng, titulaire de la chaire «Histoire intellectuelle de la Chine» a initié une grande enquête, pluriannuelle, au "titre large", "Universalité, mondialité, cosmopolitisme - Chine, Japon, Inde. Nous débutons aujourd’hui le 4e et dernier cycle de cette série de cours, où elle propose d’interroger, nous dit-elle, la "prétention chinoise à l’universalité". C’est l’ambition d’une Chine contemporaine, conquérante partout dans le monde, — cette Chine qui veut redonner vie à la mythique Route de la soie, qui a inspiré à la sinologue cette série qui part du présent pour interroger les lectures de l’héritage de la Chine ancienne, le fameux « Empire du milieu ».

Anne Cheng propose donc de "décentrer la Chine", de regarder au-delà de son poids économique et géopolitique, de questionner les empires antiques sur la longue durée et un "espace circulatoire plus large" où s’esquissent les interactions avec les grands voisins, l’Inde et le Japon. 

Pour ce premier cours, la sinologue revisite les notions abordées l’année précédente. Comme l’an passé, elle s’attache à citer les textes en chinois. Je rappelle sa belle interview pour la revue Vacarme en 2010, où elle revenait sur son parcours partagé entre l’Europe et la Chine (son père chinois ayant décidé de rester en France, alors que sa mère a choisi de regagner la Chine). Dans cette interview, elle expliquait son attachement à la lecture à voix haute pour comprendre les textes en chinois classique, être attentifs aux « effets de parallélisme », de rime, à la percussion des mots. Et vous verrez dans l’heure qu'Anne Cheng nous rend perceptible ces effets, même si nous ne  connaissons pas la langue. Elle indique également  :

"Il ne faut pas oublier qu’en chinois, surtout dans la langue classique, un son est le plus souvent un mot. On n’a donc aucune chance de comprendre un texte sans le travailler à l’oreille". 

"S’Il faut écouter, Anne Cheng rappelle qu’il faut aussi "voir" (et je vous renvoie aux pages web du Collège de France où vous retrouverez les vidéos des cours) :

"C’est en montrant comment se constitue un caractère, dit-elle, que vous comprenez, non seulement, dans quel champ sémantique il se situe, mais à quoi il vise : la graphie d’un terme tient lieu d’exercice étymologique."

Alors comment la Chine de la dynastie des Han s’est-elle ouverte aux Autres? Que signifie la métaphore de la bête sauvage rapportée aux autres peuples ou aux barbares? "Qui sont les vrais sauvages?"  Le rapport entre les centraux et les excentrés est-il d’ordre ontologique ou culturel?  s'interroge Anne Cheng. Et comment la Chine s’est-elle trouvée décentrée, notamment dans ses contacts avec l’Inde ?

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 22 novembre 2018 pour le cours d’Anne Cheng, aujourd’hui « la centralité chinoise face aux autres »

Intervenants
  • Sinologue, titulaire de la chaire « Histoire intellectuelle de la Chine » au Collège de France.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......