LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le duel, extrait du "Journal amusant", 24 juillet 1869 (Éditeur :  Aubert et cie, Directeur Charles Philipon)
Épisode 1 :

Les tropes de la guerre littéraire

59 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi l’écrivain entre-t-il dans la lice? Pourquoi la métaphore de la plume d’acier, cette image incontournable et durable de l’écrivain en athlète "aguerri" et "infatigable"? Antoine Compagnon interroge les tropes de la guerre littéraire?

Le duel, extrait du "Journal amusant", 24 juillet 1869 (Éditeur :  Aubert et cie, Directeur Charles Philipon)
Le duel, extrait du "Journal amusant", 24 juillet 1869 (Éditeur : Aubert et cie, Directeur Charles Philipon) Crédits : Source gallica.bnf.fr / BnF

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » ouvre les « dossiers », comme il dit, de « la littérature, comme sport de combat ». C’est le titre de la série de cours qu’il a donnés début 2017.

En 2014, Edouard Launet présentant pour le journal Libération le cours qu’Antoine Compagnon sur « la guerre littéraire pour le centenaire de la Grande guerre » expliquait que ce spécialiste de Montaigne, de Baudelaire et de Proust, « pensait traiter de la littérature comme sport de combat : les rivalités d’écrivains, les éreintements et les éreintages, la plume comme épée », comprendre la formule de Napoléon «je redoute trois journaux plus que cent mille baïonnettes», puis « travaillant par ailleurs sur une anthologie des écrits sur la guerre, s’imprégnant des grandes œuvres sur 1914-1918, il a décidé de donner une seconde tonalité à sa «guerre littéraire». Le projet de traiter de "l’éreintement", de "la pugilistique", de cet appétit pour la compétition dans le monde des lettres et de la presse a donc été remis à plus tard.

Dans le grand cours d’introduction qu’il nous propose aujourd'hui, c’est donc aussi le cheminement vers cette exploration de la littérature comme lutte, comme polémique, qu’il met en perspective, de son cours sur la grande Guerre au crochet des chiffonniers, l’an dernier, jusqu’à la plume-épée, cette année.

Antoine Compagnon note l’arrivée de la plume d’acier qui matérialise cette métaphore au XIXe siècle et ensuite l’apparition moderne du terme « sport », qui marque, pour sa part, le passage de la salle d’escrime qui voisinait avec la salle de rédaction des journaux au XIXe siècle, à la salle de boxe d’un Hemingway ou d’un Nabokov, photographiés avec leurs gants de cuir au siècle suivant. Qu’est ce qu’un « écrivain bagarreur » demande-t-il, tandis qu’il évoque Pierre Jourde et avant, le sociologue, lui aussi boxeur, Pierre Bourdieu et son analyse du champ littéraire, en « champ de luttes » dans Les Règles de l’art. Chez Bourdieu, il s’agit de « faire date » pour les écrivains engagé dans la compétition littéraire, tandis que chez le critique américain Harold Bloom dans Agôn, il s’agit pour les jeunes auteurs de « se faire une place ».

Notre illustre ingénieur de Polytechnique « converti » à la littérature explore donc l’expansion d’une image ancienne, la poésie définie comme une agonistique depuis Homère et Hésiode, une poésie dont les mots peuvent tuer, quand on songe à l’anecdote du poète satirique, Archiloque, qu’il cite, jusqu’ à la formule emblématique de l’écrivain combattant de la « cause royale et catholique », Ronsard déclarant à Catherine de Médicis en 1562 écrire « D’une plume de fer sur un papier d’acier ».

Les formules sont fortes mais notre historien de la littérature ne manque pas de souligner la caractère un « peu lâche de la métaphore » et son côté lieu commun. Enfin, cette « dimension de compétition », si elle met en valeur la rivalité avec les autres écrivains, peut aussi révéler le « combat avec soi-même » de manière plus significative.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 3 janvier 2017, pour le cours d’Antoine Comagnon, « De la littérature comme sport de combat »

Pour prolonger :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Antoine Compagnon a notamment publié chez Gallimard, L’âge des Lettres en 2015 et chez le même éditeur, il publie prochainement Les Chiffonniers de Paris.

Bibliographie

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland BarthesGallimard, Collection Bibliothèque des idées, 2005

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......