LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP)
Épisode 11 :

De loyaux adversaires

59 min
À retrouver dans l'émission

Quelle paix des braves, dans le violent XIXe siècle des écrivains et des journalistes, dans la prison de Sainte-Pélagie?, demande Antoine Compagnon. Quel est l’idéal de la cellule, "loin de l’agitation du monde", selon Chateaubriand? Quel asile a pu y trouver un Proudhon, plus longuement emprisonné?

1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP)
1re page du "Voyage autour de ma prison", par Louis-Auguste Martin (J. Rozez, 1859) / dessin extrait du Recueil iconographique. Prison Sainte-Pélagie conservé à la Bib. historique (BHVP) Crédits : Source gallica.bnf.fr / BnF

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » achève et tire le bilan de son exploration des tropes de la guerre littéraire de 1819 à 1881.

Depuis le cours précédent, il nous a introduit à partir des mémoires de Sosthène de La Rochefoucauld à cette sorte « d’entente cordiale », de fraternité qui a pu se développer en prison, entre légitimistes et républicains, ces prisonniers particuliers et privilégiés. C’est une page plus pacifique qui s’ouvre où nous retrouverons les figures « ami/ennemi » déjà croisées en amont de cette grande enquête autour du combat littéraire.

Dans le fameux « corridor rouge », l’illustre « pavillon des Princes » de la prison Sainte-Pélagie, où les plus grandes plumes engagées se sont succédé en un temps de grande agitation politique, à côté de Chateaubriand, de Béranger et de Proudhon, c’est, aussi, la figure du préfet Gisquet qui dessine la « loyauté entre adversaires », comme l’analyse Antoine Compagnon.

Notre grand spécialiste de Baudelaire et de Proust, se délecte, -- savoureuses citations à l’appui, à montrer selon la formule de l’ironique Louis-Auguste Martin, que nous découvrons à l’issue de cette grande séquence consacrée à Sainte-Pélagie, comment tirer profit de 6 mois dans « le ciel de Paris » ? Ce sténographe, emprisonné pour son essai Vrais et faux catholiques, livre, depuis sa fenêtre, son Voyage autour de ma prison.

Ainsi s’achève une « recherche en cours », nous rappelle Antoine Compagnon et la page reste ouverte, nous dit-il, pour d’autres explorations de ce long et turbulent XIXe siècle !

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 28 mars 2017, pour le cours d’Antoine Compagnon, « De la littérature comme sport de combat », aujourd’hui « De loyaux adversaires ».

Pour prolonger :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Antoine Compagnon a notamment publié chez Gallimard, Les Antimodernes en 2015 et chez le même éditeur, il publie prochainement Les Chiffonniers de Paris.

Bibliographie

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland BarthesGallimard, Collection Bibliothèque des idées, 2005

L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......