LE DIRECT
 Hope, illustration de la couverture des "Biographies contemporaines" d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Musée Carnavalet,  Cliché A. Sandras-Fraysse.
Épisode 6 :

Les personnalités, comme arme littéraire

59 min
À retrouver dans l'émission

Connaissez-vous, pratiqueriez-vous le 4e sens du mot "personnalité"? Comment cette forme moderne de l’éreintage, sous le vocable "les personnalités" a-t-elle pris une grande importance dans les conflits littéraires et journalistiques du XIXe siècle? demande Antoine Compagnon.

 Hope, illustration de la couverture des "Biographies contemporaines" d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Musée Carnavalet,  Cliché A. Sandras-Fraysse.
Hope, illustration de la couverture des "Biographies contemporaines" d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Musée Carnavalet, Cliché A. Sandras-Fraysse. Crédits : Hope/Agnès Sandras-Fraysse/Musée Carnavalet

Que signifie « Il y a dans cette critique beaucoup de personnalités ? » Pourquoi le règlement de l’Assemblée Nationale interdit l’usage des "personnalités"?

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » nous confronte aujourd’hui à un sens un peu oublié sans doute du terme « personnalité » dans le cadre sa série, « De la littérature comme sport de combat ». Depuis la semaine dernière et jusqu’à lundi prochain, il nous plonge dans le plaisir coupable de l’exécution à distance, de l’escrime et de la boxe littéraire, des violences verbales qu’échangent écrivains et poètes-journalistes au moment de l’essor de la presse à grand tirage, des chicanes avec la censure, de la publication des revues d’avant-garde plus ou moins éphémères, ces fameux petits-journaux où Baudelaire a pu faire ses armes de redoutable éreinteur. C’est l’âge d’or du Figaro, du Journal des Débats, du Corsaire Satan, et de toute cette terrible presse qui fait chanter les actrices… Gare à celui ou celle des notabilités du théâtre qui ne s’abonnent pas ! Mêlant les citations tirées des romans, comme l’incontournable Illusions perdues de Balzac, mais aussi, demain, du Capitaine Fracasse de Gautier aux extraits des épigrammes et autres « personnalités » tirés de la presse, il explore et analyse les tropes de la guerre littéraire ?

Antoine Compagnon qui se partage entre le Collège de France, depuis 2006 et son enseignement à l’université Columbia à New York depuis 1985, nous initie à la rhétorique des personnalités, comment ce néologisme à l’époque moderne est parti d'

"Un trait piquant, injurieux et personnel contre quelqu’un".

Voici l’éreintement des gens en vue et le cours s’achève par l’usage parlementaire des personnalités et sans trop en dire des amusantes surprises que nous réserve la fin du cours, nous verrons que la culture et la pratique anglo-saxonne de notre historien de la littérature s’avère fort précieuse !

Mais découvrons tout de suite ces attaques ad personam que sont les personnalités !

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 21 février 2017, pour le cours d’Antoine Compagnon, « De la littérature comme sport de combat », aujourd’hui la rhétorique des personnalités.

Pour prolonger :

Antoine Compagnon a notamment publié chez Gallimard, L’âge des Lettres en 2015 et chez le même éditeur, il publie prochainement Les Chiffonniers de Paris.

Bibliographie

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes

Les antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland BarthesGallimard, Collection Bibliothèque des idées, 2005

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination
À venir dans ... secondes ...par......