LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Biface de St Acheul (Amiens, Somme, France), datée entre 500 000 et 300 000 années av. J.-C. Collections et Fouilles : Félix Régnault.
Épisode 4 :

Jean-Jacques Hublin : La question acheuléenne

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment un faubourg d’Amiens, Saint-Acheul, a-t-il pu donner le terme d’acheuléen, appliqué à la fois à la période du paléolithique inférieur et à l’industrie lithique ?

Biface de St Acheul (Amiens, Somme, France), datée entre 500 000 et 300 000 années av. J.-C. Collections et Fouilles : Félix Régnault.
Biface de St Acheul (Amiens, Somme, France), datée entre 500 000 et 300 000 années av. J.-C. Collections et Fouilles : Félix Régnault. Crédits : Didier Descouens via Wiki Commons

Peut-on faire démentir la « ligne de Movius », qui sépare les régions proches de l’Afrique où prédominent les bifaces de celles où ils demeurent rares ou même totalement absents, en Europe ou en Extrême-Orient ?

Le paléoanthropologue, Jean-Jacques Hublin, professeur invité au Collège de France, depuis 2014 et directeur du département d'Évolution humaine à l'Institut d'anthropologie évolutive Max Planck de Leipzig en Allemagne, qui a enseigné à Bordeaux et dans les plus grandes universités américaines, revient aujourd’hui sur l’industrie du silex.

Dans sa présentation, il souligne :

La production d'outils de pierre bifaciaux commence en Afrique de l'Est au moins dès 1,75 million d'années. Elle a été mise en évidence dans le gisement de Konso en Éthiopie qui livre bifaces, hachereaux et pics sur éclat. Elle est donc un peu plus récente que les premiers fossiles attribués à Homo erectus. Si certains gisements africains sont célèbres pour leurs accumulations considérables de bifaces, ces outils peuvent ne représenter qu'un faible pourcentage des artefacts présents dans les assemblages acheuléens.

Jean-Jacques Hublin poursuit sa datation géographique :

Hors d'Afrique, c'est vers 1,4 million d'années que l'on voit apparaître des bifaces, en Israël et dans le sud de l'Inde. Le début de l’Acheuléen en Eurasie est donc postérieur à la colonisation du continent par les hominines. Le début tardif de l’Acheuléen européen , vers -700.000 ans, pourrait être associé, à l'arrivée depuis l'Afrique ou le Proche-Orient d'une nouvelle forme d'hominines, Homo rhodesiensis/heidelbergensis. Mais elle pourrait aussi résulter d'une invention séparée.

Son cours met en valeur également les phénomènes de convergences techniques.

Jean-Jacques Hublin présente au Collège de France  la « ligne de Movius ». Proposé par l'archéologue américain Hallam L. Movius en 1948 pour démontrer une différence technologique entre les premières technologies d'outil préhistoriques
Jean-Jacques Hublin présente au Collège de France la « ligne de Movius ». Proposé par l'archéologue américain Hallam L. Movius en 1948 pour démontrer une différence technologique entre les premières technologies d'outil préhistoriques Crédits : Crédits : Collège de France

Quelles théories tire-t-on dès lors de ces différences de chronologies géographiques ? Les bifaces demeurent longtemps, alors qu’émerge la technique de débitage Levallois.

Que peut-on apprendre encore des silex ?

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Jean-Jacques Hublin, intitulé : "La première sortie d'Afrique", " la question acheuléenne ", le 18 novembre 2014

Intervenants
  • Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......