LE DIRECT
Le Laboratoire d'Optique Appliquée (LOA) est une UMR (Unité Mixte de Recherches) ENSTA-Paris Tech - CNRS - École Polytechnique.
Épisode 8 :

Les Cours du Collège de France : Vendredi 28 octobre 2016

59 min
À retrouver dans l'émission

Quelle est la contribution des doctorants à la recherche ? Quels rôles jouent les partenariats pour mesurer exactement ce que recouvre en réalité le dualisme enseignement recherche dans le monde académique français ?

Le Laboratoire d'Optique Appliquée (LOA) est une UMR (Unité Mixte de Recherches) ENSTA-Paris Tech - CNRS - École Polytechnique.
Le Laboratoire d'Optique Appliquée (LOA) est une UMR (Unité Mixte de Recherches) ENSTA-Paris Tech - CNRS - École Polytechnique. Crédits : Ecole polytechnique Université Paris-Saclay /wikicommons

Face à la spécialisation de l’activité de recherche existe-t-il une spécialisation dans la seule activité d’enseignement au sein des études supérieures qui donnerait clairement l’avantage aux enseignants et aux étudiants des filières sélectives ?

Mêlant grandes enquêtes et données originales, - souvent issues de son équipe du Collège de France, Pierre-Michel Menger, titulaire de la chaire de Sociologie du travail créateur et directeur d'études à l'EHESS, nous propose ce matin une approche des filières sélectives et non sélectives par l’emploi universitaire.

Ainsi le sociologue souligne que

« les chercheurs statutaires sont comme une élite professionnelle dans un système de carrière dominé par les performances de recherche ». Ces derniers, explique-t-il, bénéficient d'un double avantage, premièrement, la moindre complexité du rôle, c'est-à-dire, qu'il n'y a pas d'écartèlement de l'agenda entre enseignement et recherche et deuxièmement d'un avantage de carrière, c'est-à-dire, un taux d'accès aux emplois supérieurs plus élevé ».

A ce double avantage s’ajoute un régime de « sécurité d’emploi ». Pour les universités et les carrières universitaires « genre mixte », il faut gérer « l’association des tâches d'enseignement et de recherche et la non sélection des étudiants », sauf aux niveaux du Master 2 et du doctorat.

Pierre-Michel Menger présente néanmoins « les multiples sous-solutions mixtes qui dérogent marginalement au dualisme et à la non sélection ».

La première partie du cours présente notamment les partenariats que nouent universités, grandes écoles et laboratoires pour fouetter les activités de recherches, mutualiser et se donner les meilleures conditions pour innover.

A propos des laboratoires et de la stratégie d'alliance des écoles, le sociologue cite le chapitre d’une étude, dont voici un des extraits très éclairants :

« L’effet de levier des unités mixtes de recherche est puissant. L'école polytechnique, qui employait directement 204 enseignants chercheurs en 2014, dispose ainsi d'un centre de recherche à Saclay comportant 22 laboratoires, avec 1650 personnels de recherche dont plus de 500 doctorants, en association avec le CNRS, le CEA, l’Inria, l'Inserm, [l’ENSTA] Paris Tech, l'école des mines de Paris, l’ENSAE, les universités Pierre et Marie Curie et Paris Sud »

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Pierre-Michel Menger, « La production du savoir. Carrières, disciplines et organisations » le 12 févier 2016.

Intervenants
  • sociologue, titulaire de la chaire Sociologie du travail créateur au Collège de France
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......