LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Soldats Samnites, détail fresque, tombe à Nola, IVe s. Av.JC, Museo archeologico nazionale di Napoli/Vue de Pompéi, Forum & Vésuve, cliché de W. H. Goodyear, avant 1923, Brooklyn Museum Archive/Vue de Pompéi & du Vésuve par un drone en nov. 2015
Épisode 1 :

Pompéi avant Pompéi, les premiers vestiges

59 min
À retrouver dans l'émission

Au-delà de l’image figée de la cité romaine ensevelie par les cendres et les lapilli en 79 de notre ère, après l’éruption du Vésuve, quelle a été l’évolution de Pompéi sur plusieurs siècles? Quels sont les premiers vestiges et souvenirs de la ville? Quel est l’état de nos connaissances aujourd’hui?

Soldats Samnites, détail fresque, tombe à Nola, IVe s. Av.JC, Museo archeologico nazionale di Napoli/Vue de Pompéi, Forum & Vésuve, cliché de W. H. Goodyear, avant 1923, Brooklyn Museum Archive/Vue de Pompéi & du Vésuve par un drone en nov. 2015
Soldats Samnites, détail fresque, tombe à Nola, IVe s. Av.JC, Museo archeologico nazionale di Napoli/Vue de Pompéi, Forum & Vésuve, cliché de W. H. Goodyear, avant 1923, Brooklyn Museum Archive/Vue de Pompéi & du Vésuve par un drone en nov. 2015 Crédits : Wikicommons/William Henry Goodyear/ElfQrin

Qu’est ce qui fausse les interprétations des archéologues et historiens ?

Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique », nous entraîne dans la plaine de Campanie sur le plateau de Pompéi dès le VIIe siècle avant notre ère. Ce n’est pas la ville mythique faisant dialoguer Eros et Thanatos et qui attire « plus de 2,3 millions de touristes par an » fascinés par ses riches villas, son forum et ses boutiques, la prospère cité, figée en pleine vie par la catastrophe du 1er siècle, que l’archéologue fait jaillir devant nous, c’est une autre ville plus ancienne et une autre frange de la population, à côté des aristocrates et magistrats, une frange moins prestigieuse, mais tout aussi essentielle à la vie économique de la cité qui vont émerger, cette semaine, dans le cadre de sa série de cours intitulée "Le développement urbain de Pompéi de la fin du VIIe s. av. J.-C. à 79 apr. J.-C".

Théophile Gautier dans sa nouvelle fantastique Arria-Marcella évoque :

" La ville ressuscitée, ayant secoué un coin de son linceul de cendre, (…) avec ses mille détails sous un jour aveuglant. Le Vésuve découpait dans le fond son cône sillonné de stries de laves bleues, roses, violettes, mordorées par le soleil. […]"

Voilà pour la carte postale, mais l’écrivain s’aventure dans cette histoire de fantôme, de morte amoureuse, dans l’inconnaissable. Son héros, Octavien, tout tourné vers le passé,

"remarqua qu’il franchissait des quartiers de Pompéi que les fouilles n’ont pas découverts ; et qui lui étaient en conséquence complètement inconnus."

Faire l’histoire de l’évolution de Pompéi, c’est aussi évoquer les années qui suivent la catastrophe où la cité devient un chantier de récupération de matériaux et faire l’histoire des différentes interrogations et approches archéologiques, de la redécouverte de la ville romaine à aujourd’hui.

Dans sa leçon inaugurale, en 2012, Jean-Pierre Brun rappelle "son parcours professionnel atypique, passant des collectivités locales au ministère de la Culture puis au CNRS".

"Je suis parti du terrain et je ne l’ai jamais quitté, dit-il. Je contribuerai à faire de l’étude des sites archéologiques une discipline capable de fournir des sources nouvelles à l’histoire des techniques et des économies du monde antique."

"Je ferai de ce Collège une maison commune des archéologues français, européens, méditerranéens".

Les travaux des collègues sont cités et commentés toute cette semaine et les apports du chantier sur l’artisanat d’une quinzaine d’année avec le Centre Jean Bérard et l’École française de Rome sur lequel Jean-Pierre Brun a travaillé .

"L’archéologie, par la masse de données scientifiquement établies qu’elle apporte, dit-il encore dans sa leçon inaugurale, peut nous aider à tirer quelques leçons d’une meilleure connaissance des systèmes économiques et techniques ainsi que des conditions de l’effondrement de la civilisation antique y compris pour nourrir nos interrogations les plus actuelles."

Du VIIe au IIIe siècle, place à l’histoire de l’évolution de la ville archaïque, Pompéi avant Pompéi, des 1ers vestiges d’habitat à l’enceinte en tuf "pappamonte", à l’arrivée des Samnites, peuple des montagnes, à l’alliance avec les Romains et à l’édification de nouvelles fortifications et à la refondation de la ville !

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 11 octobre 2016, pour le cours de Jean-Pierre Brun, Le développement urbain de Pompéi de la fin du VIIe s au IIIe av JC.

Pour prolonger :

Entretiens de Jean-Pierre Brun :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

- La Vie des Idées, Entretien avec Jean-Pierre Brun, "L’archéologie du futur", par Ariel Suhamy , le 19 septembre 2014

La leçon inaugurale de Jean-Pierre Brun est disponible en ligne sur le site du Collège de France et elle a été publié chez Fayard en 2012

Intervenants
  • Archéologue, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......